88 ORL
120 CHA
131 MIN
123 CLE
123 UTA
124 GSW
107 BKN
105 NYK
113 TOR
101 BOS
131 MEM
117 ATL
149 NOP
129 SAC
118 MIL
101 IND
108 LAC
92 OKC

CQFR : Smart à la folie, Tatum est déjà grand

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Voici ce qu'il fallait retenir du game 5 des playoffs NBA entre les Boston Celtics et les Philadelphie Sixers.

Les résultats de la nuit en NBA

Sixers @ Celtics : 112-114

---

- Vous avez toujours du mal à croire que le TD Garden est la salle la plus chaude et difficile à négocier pour une équipe visiteuse ? Les Celtics affichent un 7-0 à domicile dans ces playoffs. Les Cavs sont prévenus.

- Jayson Tatum est donc le dernier survivant de la formidable classe de rookies qui s'est exprimée pendant ces playoffs 2018. Et quel survivant... Tatum a encore été magnifique et bluffant, en attaque comme en défense : 25 points, meilleur marqueur des C's, avec un panier important à 23 secondes de la fin. On n'est même pas sûrs que la perspective d'affronter LeBron James en finale de Conf' le chamboule plus que ça. Un crack.

- Au passage, Jayson Tatum est désormais le co-dauphin (avec Donovan Mitchell) au classement du plus grand nombre de matches consécutifs avec au moins 20 points en playoffs pour un rookie : 7, série en cours. Avec 10, Jabbar est sur une autre planète.

- Notre gars Lord Covington a fini sur les fesses un peu facilement, mais l'un des moves de la nuit est aussi à mettre à l'actif de l'ancien Dukie. C'est smooth, c'est fluide, c'est Tatum.

- Quel phénomène de foire ce Marcus Smart... Les fans des Celtics ont tout vécu avec lui en l'espace de quelques secondes. De l'agacement d'abord, en le voyant rater le premier de ses deux lancers francs à 2.4 secondes de la fin alors que Boston ne menait que d'un point. De l'incompréhension nerveuse ensuite, lorsqu'il a involontairement marqué le second lancer alors que Brad Stevens lui avait demandé de le manquer. De l'amour ensuite, lorsqu'il est allé s'arracher pour intercepter le ballon sur la dernière remise en jeu des Sixers. Du Smart dans le texte.

- Marcus Smart a beau être un pitbull et un joueur surtout appréciable pour son agressivité en défense, le garçon sait aussi parfaitement faire briller les partenaires comme un vrai meneur passeur. Jugez plutôt ce alley-oop mené à bien avec Jayson Tatum.

- De retour dans le cinq à la place de Marcus Smart, Jaylen Brown a fait un match de bonhomme en attaque : 24 points à 10/13 (3/4 à 3 points). Tout en assurant sa part de boulot en défense, évidemment, comme tout au long de cette saison qui l'aura vu passer un nouveau cap à la vitesse de la lumière.

- Aron Baynes a encore fait un travail énorme sur Joel Embiid. Le Camerounais a beau avoir marqué 27 points, l'Australien lui a imposé un duel physique et éprouvant qui ne l'a pas aidé à améliorer ses stats dans le money time. Le pivot des Sixers n'a pas encore l'ADN clutch et a manqué ses deux shoots pour égaliser ou passer devant dans la dernière minute de ce game 5.

- On imagine les palpitations du staff médical des Sixers lorsque Joel Embiid a envoyé bouler son masque sur la dernière possession du match pour se donner à fond...

- Après un 1e tour exceptionnel, Ben Simmons est bien rentré dans le rang. Si ce game 5 l'a encore vu être prolifique, l'Australien a du mal à concrètement faire du bien à son équipe au tableau d'affichage. Là où Embiid, Redick et McConnell affichent un différentiel +/- positif, Simmons est à... -13. Une statistique qui s'étend malheureusement sur l'ensemble de la série. Philly avec Ben Simmons sur le terrain : -63. Philly avec Ben Simmons sur le banc : +48.

- Notre tronche au début des playoffs si on nous avait annoncé que Boston, sans Kyrie Irving, allait retourner en finale de Conférence.

 

- Malgré les mots doux échangés pendant les matches, les prises de bec et les fautes techniques, il y a un vrai respect entre ces deux équipes. C'était peut-être d'ailleurs la première série d'une saga sur plusieurs années entre les deux futures meilleures équipes de l'Est. Quand LeBron aura raccroché évidemment...

- Les Sixers étaient favoris chez les bookmakers avant le début de cette série. On peut donc imaginer leur déception. Cela dit, le Process a fière allure et cette série s'est achevée sur de belles promesses pour Brett Brown et son équipe. Joel Embiid et Ben Simmons sont en avance au niveau des temps de passage et gare à eux la saison prochaine à l'Est.