CQFR : LeBron en difficulté, Horford et Brown au top

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Voici ce qu'il fallait retenur du game 1 de la finale de la Conférence Est entre les Boston Celtics et les Cleveland Cavaliers.

Les résultats de la nuit en NBA

Cavs @ Celtics : 83-108

--- 

- A la mi-temps, on savait déjà que ce match n'était pas bien engagé pour les Cavs. Jamais une équipe avec LeBron James dans ses rangs n'avait compté un retard aussi important en playoffs à la mi-temps : 26 points...

- Pour rester sur LeBron, hallucinant depuis le début des playoffs pour porter son équipe, il y a un bémol non-négligeable. Dans chacune des séries de cette post-saison, le premier match a été le plus mauvais pour le "King". Toujours avec les mêmes difficultés. Cette nuit encore, il a eu l'air hors de rythme, en difficulté pour produire des efforts défensifs et prendre le jeu à son compte. Avec 15 points, 9 passes et 7 rebonds, James a fait un match que le commun des mortels qualifierait d'honnête. Mais shooter à 5/16 avec 7 pertes de balle, ce n'est pas du tout dans ses standards.

- Pour gêner LeBron James, Brad Stevens a profité de la confiance en lui de Marcus Morris, starter à la place d'Aron Baynes dans un cinq small avec Al Horford en pivot. Après deux fautes prises par le jumeau en tout début de match, on n'était pas trop rassurés pour la validation de son affirmation ("Je suis le deuxième meilleur défenseur de la ligue sur LeBron après Kawhi Leonard")...

- Finalement, l'affirmation a tenu le coup. La ténacité de Morris (39 possession défendues sur le "King") et le fait que Brad Stevens ait "varié les plaisirs" pour gêner LeBron ont eu leur petit effet. On avait rarement vu la star des Cavs autant gênée pour s'exprimer. On peut lui faire confiance pour s'adapter dès le game 2, mais le travail de Brad Stevens pour annihiler les points forts adverses est hallucinant (cf Ben Simmons dans la série précédente).

- Morris, dont on se demande toujours à quel moment il va vriller (bravo Brad Stevens pour ça aussi), a également été fort en attaque : 21 points et 10 rebonds à 7/12 dont 3/4 à 3 points.

- Jaylen Brown n'avait pas été à 100% depuis la série contre Milwaukee. On a vu la différence. Non seulement le sophomore a été le meilleur marqueur de ce match (23 points), mais il a encore réussi à alterner prise de risques en attaque et jeu défensif d'élite. A la vitesse à laquelle il progresse, il n'y aura pas beaucoup de monde pour l'empêcher d'être le meilleur two-way player de la ligue dans quelques années. Peut-être Kawhi Leonard, s'il retrouve son mojo...

- L'autre jeunot du groupe, Jayson Tatum, mérite aussi ses louanges. S'il n'a marqué "que" 16 points, presque tous ses paniers ont été inscrits à des moments-clés ou dans des situations décourageantes pour l'adversaire. Un eurostep par ci, deux shoots à trois points contestés par là... Superstar in the making.

- Le taulier de cette équipe, ça reste quand même Al Horford. Dire que certains remettaient en question sa participation au All-Star Game. Défensivement, le Dominicain a fait un match de très haut niveau en termes de placement, de travail sur l'homme et d'intensité. En attaque, c'était carrément un récital (8/10) dès que Kevin Love, qui a fait de son mieux, a tenté de le freiner. Barbecue chicken comme dit le Shaq.

- Hallelujah, Rodney Hood a accepté d'entrer en jeu dans un match de basketball, cette activité pour laquelle il gagne 2.3 millions de dollars par an. Quelle grandeur d'âme !

- Le shoot à 3 points, l'une des armes qui permettent généralement aux Cavs de se sortir des mauvais pas, avait été rangée au vestiaire cette nuit. 4/26, ça pique. Le 0/5 pour LeBron, qui s'est jusque-là montré d'une belle fiabilité from downtown dans les moments chauds, aussi.

- Les Celtics, eux, n'ont pas eu faire de l'arrosage intensif pour gagner ce match. Les Cavs leur ont concédé 60 points dans la raquette. C'est quand même beaucoup...

- Ce fan va devenir l'idole des anti-LeBron du monde entier.