- ORL
- UTA
- DET
- BOS
- CHA
- LAL

CQFR : KD discrètement décisif

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Voici ce qu'il fallait retenir du game 3 de la finale de la Conférence Ouest entre les Golden State Warriors et les Houston Rockets.

Les résultats de la nuit en NBA

Houston Rockets @ Golden State Warriors : 85-126

---

- +13, +22, +41... Est-ce qu'on aura le droit à un match vraiment serré avant la fin de cette série ? Ce serait sympa vu qu'on nous présente cet affrontement comme des matches entre ce qui se fait de mieux en NBA...

- Cette défaite de 41 points est la plus large de l'histoire des Rockets en playoffs. C'est aussi leur plus grosse défaite, saison régulière comprise, depuis 32 ans et une rouste infligée par les Sonics en 1986 (136-80). Pas le meilleur moment pour battre des records de médiocrité...

- Stephen Curry a attendu le 3e quart-temps de ce game 3 pour se réveiller. L'attente a duré, mais elle valait le coup. Avec 18 points à 7/7 durant cette période, le double MVP a mis le feu aux poudres et électrisé une partie qui n'avait pas encore complètement décollé. Le meneur All-Star n'a pas ralenti jusqu'à sa sortie du terrain à 5 minutes de la fin et a bouclé avec 35 points et 5 paniers primés (il n'en avait inscrit que deux en tout jusque-là).

- Quand Stephen Curry place des séquences comme celle-là, c'est que tout va bien. Enfin, pas pour l'amour-propre du défenseur, en l'occurrence James Harden.

- Si les Warriors ont autant dominé les débats, c'est aussi grâce à leur superbe match défensif. Limiter les Rockets à 85 points, ça tient de l'exploit. Surtout que malgré ce qu'indique le score, les Texans n'ont pas été ridicules et sont tombés sur un os, surtout dans leurs tentatives d'attaquer le panier. Klay Thompson et Andre Iguodala ont par exemple discrètement fait un match défensif de très haut niveau, pendant que Curry et Durant régalaient à la finition.

- Et si Curry a pu prendre progressivement confiance en son shoot, c'est parce que les Rockets devaient aussi surveiller Kevin Durant (25 pts, 6 rbds, 6 pds), encore très dur à contenir et excellent défensivement dans le plus grand des calmes. C'est dans ces matches-là que l'on se rend compte que la présence de "KD" est problématique pour l'équité des rencontres. Même lorsqu'il semble effacé, il est crucial et productif.

- C'était le 16e victoire consécutive des Warriors à domicile en playoffs. Un record jusque-là détenu par les Chicago Bulls 90-91.

- C'est toujours aussi compliqué pour Mike D'Antoni de faire jouer Luc Mbah-a-Moute. Le Camerounais, qui est l'un des joueurs-clés du groupe de part sa qualité défensive, est toujours incapable de jouer normalement à cause de son épaule. Du coup, son quart d'heure sur le parquet de nouveau été anecdotique.

- 22 minutes de jeu seulement pour Clint Capela malgré 13 points et 8 rebonds. Mike D'Antoni a de nouveau jugé que le small ball était plus adapté à la situation. Draymond Green en a du coup profité pour prendre 17 rebonds.

- Green a gratifié l'Oracle Arena de sa spéciale : une grosse faute sur Trevor Ariza, une petite poussette, quelques mots doux, une faute technique et un jeu d'acteur exceptionnel pour donner l'impression que la faute technique en question est la plus injuste jamais donnée à un jouer de basket.

- Shaun Livingston a lui voulu rappeler qu'en un contre un en défense, James Harden avait beaucoup moins de réussite que quand c'est lui qui a le ballon...

- Qui dit garbage time, dit présence des olibrius JaVale McGee et Nick Young sur le parquets, au côté de Quinn Cook notamment, qui s'est fait plaisir avec 11 points en 5 minutes à 4/4. JaVale, lui, s'est pris pour un joueur de basket et ça a plutôt bien fonctionné. Attention, ceci n'est pas une illusion d'optique.

- Pas sûr que James Harden et PJ Tucker étaient dans le spirit pour disputer un match de basket. C'est pas la fashion week bientôt ? Les deux coéquipiers y seront sans doute pour tenir le stand des "sapes à éviter".