Damian Lillard est une vraie superstar

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Personne ne se rend compte à quel point Damian Lillard est fort cette saison. Le meneur All-Star a passé un cap et il est l’un des meilleurs en NBA à son poste.

Il faut regarder les Portland Trail Blazers jouer pour comprendre. Si ce n’est pas votre cas, alors peut-être faisiez vous partie de ceux qui estimaient que Damian Lillard ne méritait pas sa place parmi les All-Stars. Sélectionné parce qu’il a pesté sa frustration, lui qui a souvent été snobé ? Russell Westbrook avait insinué quelque chose dans ce genre au moment de lui-même s’indigner par l’absence de son coéquipier Paul George (repêché depuis). Dame D.O.L.L.A. s’était défendu en répliquant simplement qu’il avait gagné le droit d’être invité au match des étoiles. Il ne devrait même pas y avoir débat.

Cette nuit, les Blazers ont fait chuter les Golden State Warriors (123-117) au cours d’une superbe rencontre marquée par le duel entre Kevin Durant (50 points) et Damian Lillard (44). Une belle victoire. Surprenante. Portland est capable de battre n’importe quelle équipe sur un match (pas sur une série, hein). Mais aussi de perdre contre n’importe qui. C’est tout le charme de cette franchise. L’effectif est imparfait. Il est simplement sublimé par sa superstar, Lillard, et son lieutenant de luxe (ou égal), C.J. McCollum.

Parce que, oui, il faut suivre les Trail Blazers pour comprendre que cette formation gagne des matches avec Ed Davis, Evan Turner ou Al-Farouq Aminu en joueurs majeurs – derrière les deux stars. Jusuf Nurkic, Shabazz Napier. Ce n’est pas dégueulasse. Mais ce n’est franchement pas brillant non plus. Portland n’est pas la franchise qui recueille le plus de talents. Et pourtant, elle s’est hissée dans le top huit de la Conférence Ouest. Elle a progressé en défense, comme Lillard. Elle se maintient avec un roster inégal et trop grassement payé.

Ça, le patron de l’Oregon y est pour beaucoup. Il est celui sur qui ces succès reposent. L’homme qui prend feu dans le dernier quart. Son moment. Même si, parfois, il lui arrive d’être tellement bouillant que son coach n’a même pas besoin de l’aligner sur le terrain dans les douze dernières minutes. Ce fut le cas contre Sacramento il y a moins d’une semaine. Damian Lillard est devenu le troisième joueur de l’Histoire à planter 50 points en moins de 30 minutes (29). Les deux autres ? Klay Thompson et… son coéquipier McCollum. Quel duo de pistoleros, bordel. Le meneur n’a pas baissé le rythme depuis. 39 pions contre Utah puis donc 44 cette nuit. Il est le premier joueur de l’Histoire des Blazers à enchaîner trois rencontres de suite à plus de 39 unités. Il continue de s’inscrire dans la légende d’une organisation sous-cotée et pourtant tellement historique.

Amateurs de stats, voilà les chiffres qu’il vous faut retenir au moment de parler de lui : sixième meilleur marqueur avec 26,1 points par match. 44,7% de réussite aux tirs, 37% à trois-points en plus de 8 tentatives derrière l’arc ! Avec, au passage, un shoot presque aussi étendu – en distance – que celui de Stephen Curry. 4,5 rebonds pour un meneur de taille normale (1,91 m). 6,6 passes par rencontre pour un joueur qui score déjà beaucoup de points. Yep, Damian Lillard n’est pas un All-Star. C’est une superstar.

Les highlights de Damian Lillard