Damian Lillard et Bradley Beal taclent « ceux qui ne regardent pas les matches »

Damian Lillard est le porte-parole d'un nombre grandissant de joueurs lassés d'être critiqués par des gens qui ne regardent pas les matches.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Damian Lillard et Bradley Beal taclent « ceux qui ne regardent pas les matches »

Les relations entre les joueurs NBA et les journalistes ne sont pas toujours idylliques. Il est parfois compliqué pour les uns de se mettre à la place des autres. Pour certains joueurs, il y a très peu de médias qui font correctement leur travail en termes d'analyses du jeu et peu sont suffisamment légitimes pour se permettre des critiques saignantes. Damian Lillard fait partie de ces basketteurs agacés par ce qu'il entend ou lit quotidiennement, ici et là, sur les plateaux télé ou sur les réseaux sociaux.

"Je suis quelqu'un qui regarde énormément de matches NBA. Pas juste des highlights et les boxscores. Pour moi, c'est tellement évident que beaucoup de gens qui parlent ne regardent pas vraiment les matches..."

Lillard ne visait pas quelqu'un en particulier, mais son message a clairement fait écho chez certains de ses camarades de la ligue. Bradley Beal lui a emboîté le pas, par exemple.

"Les fans des boxscores, ce sont les pires !", a tweeté l'arrière des Wizards.

D'autres joueurs NBA, comme Devonte' Graham, ont signifié à Damian Lillard qu'ils partageaient son point de vue.

"Pour la plupart des gens, il n'y a que ça qui compte et ils pensent connaître le basket grâce à ça...", a corroboré IT.

Kyrie Irving défend Kevin Durant face au traitement des journalistes

Des journalistes ont aussi abondé dans le sens du message de Damian Lillard, mais en y ajoutant une explication. Pour Alex Kennedy et Rashad Phillips, le problème n'est pas tellement qu'il n'existe pas assez de gens désireux et capables d'analyser le jeu de façon non putassière et objective. C'est simplement que ce ne sont pas ces profils que recherchent les chaînes de télé et les médias les plus récents.

L'apparition de polémistes plus virulents que par le passé - ça vaut aussi pour d'autres domaines que le sport - et en quête constante de matière pour exciter leur auditoire, n'a clairement pas aidé les joueurs NBA à avoir davantage d'estime pour la corporation. Le modèle proposé par Skip Bayless et Stephen A. Smith, pour ne citer qu'eux, n'est clairement pas celui que préfèrent Damian Lillard et ses camarades de la ligue. On peut le comprendre.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest