D’Angelo Russell vers le All-Star Game ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

D'Angelo Russell et les Nets sont dans une forme éblouissante. A tel point que l'ancien des Lakers pourrait avoir une belle surprise dans quelques jours...

Dans quelques jours, D'Angelo Russell sera peut-être All-Star. Une phrase que l'on ne pensait pas prononcer en début de saison. Le talent pur du garçon n'a jamais été remis en question. Même chez les Lakers, alors qu'il peinait à trouver sa place entre la fin de l'ère Kobe Bryant et l'attente d'une superstar du calibre de LeBron James. Simplement, on ne savait pas s'il parviendrait à exprimer ses qualités de manière suffisamment démonstrative pour être plus qu'un bon attaquant parmi tant d'autres. Surtout, allait-il pouvoir gommer l'immaturité dont il avait jusqu'ici fait preuve sur et en dehors du terrain (cf l'épisode Nick Young et son goût pour les soirées branchées de L.A.) ?

Alors que s'annonçait des mois de progression, certes, mais de transition chez les Brooklyn Nets - pas le meilleur contexte pour envoyer des joueurs au All-Star Game - D'Angelo Russell vit la meilleure séquence collective et individuelle de sa jeune carrière. A mi-saison, l'autre franchise de New York fait sensation dans la Conférence Est. "BK" enchaîne les victoires (18 sur les 24 derniers matches) et Russell monte en puissance jour après jour. La blessure de Caris LeVert, plus en vue que lui en début de saison, lui a petit à petit faire prendre conscience de ses responsabilités. Il n'y a pas eu métamorphose du joueur, simplement optimisation de ses qualités et de son physique.

Russell a toujours du mal à aller régulièrement sur la ligne des lancers et prospère dans un registre qui peut paraître dépassé : le shoot à mi-distance. Avec DeMar DeRozan, le n°2 de la Draft 2015 est le joueur le plus prolifique de la ligue dans cette zone que fuient la plupart des gros scoreurs de la ligue désormais. Avec des floaters venus de l'espace comme arme alternative, le voilà qui tourne à 19.3 points, 6.5 passes de moyenne à presque 44% d'adresse globale. Son adresse extérieure, l'une de ses forces présumées à sa sortie d'Ohio State, est elle aussi en hausse (37%) grâce à un meilleur dosage des shoots forcés qui agaçaient les fans des Nets la saison passée avant sa blessure et les habitués du Staples Center quelques mois plus tôt. Il y a plus de fluidité et de nerf dans tout ce que fait l'intéressé aujourd'hui. L'ancien Buckeye n'a jamais été le plus rapide ou le plus explosif du lot, mais il a clairement une meilleure connaissance de son corps et de la manière de l'utiliser à bon escient.

 

Alors que les titulaires pour le All-Star Game vont être annoncés la nuit prochaine, D'Angelo Russell peut espérer voir son nom choisi par les coaches quelques jours plus tard. Déjà parce qu'il fait partie de l'une des 8 meilleures équipes de l'Est et en est le moteur, mais aussi parce que les circonstances sont favorables. Malheureusement, Victor Oladipo ne pourra, sauf miracle, pas tenir la place qu'il aurait probablement décrochée après sa blessure au genou la nuit dernière. L'autre usual suspect, Kyle Lowry, a vécu une première partie de saison curieuse malgré la bonne tenue de ses Raptors avec sa plus faible moyenne de points depuis 6 ans et une adresse elle aussi en berne. Si les coaches se penchent sur la dynamique actuelle, "D-Lo" peut passer le cut. Russell vient d'être élu joueur de la semaine à l'Est et tourne à presque 24 points et 8 passes de moyenne depuis le début de l'année 2019.

"D'Angelo Russell est incroyable et en pleine confiance. En attaque, comme en défense. Ses coéquipiers se nourrissent de sa confiance et pas uniquement parce qu'il rentre des shoots. D'Angelo dirige l'attaque et les autres suivent son leadership. Il est pour beaucoup dans notre réussite et joue son meilleur basket. A dire vrai, il évolue à un niveau All-Star", a expliqué Kenny Atkinson au New York Post.

On peut toujours demander si ce boost au niveau de ses performances est amené à durer où s'il est simplement lié à l'expiration prochaine de son contrat. En juin, D'Angelo Russell sera restricted free-agent. Ce qui laisse une marge de manoeuvre intéressante aux Nets, qui n'auront qu'à matcher l'offre la plus élevée, si toutefois une équipe audacieuse a envie de les mettre sous pression. Avec son rendement actuel et la perspective de montrer ses qualités en playoffs pour la première fois, Russell a toutes les cartes en main pour s'offrir un contrat juteux et être le visage de Brooklyn dans les années à venir. Ou l'un des visages, si les Nets surprennent tout le monde sur le marché des gros poissons free agents...