David Robinson veut voir Tim Duncan partir sur un titre

Tout comme il l'avait fait en 2003, David Robinson aimerait bien voir Tim Duncan arrêter sa carrière sur un titre NBA.

Mickael LaviollePar Mickael Laviolle  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Flash back : nous sommes en 2003, le duo Tim Duncan-David Robinson remporte son deuxième titre NBA, après celui de 1999 remporté suite à une saison de lock-out. Usé par une longue carrière de 14 ans aux San Antonio Spurs, l'Amiral décide de prendre sa retraite et sort par la grande porte à l'âge de 37 ans.
"J'ai eu la chance de terminer mon dernier match sur une victoire. J'aimerais voir ça pour Tim. Je ne sais pas si ça sera sa dernière année. Mais s'ils gagnent cette année, rien ne dit qu'ils ne seront pas capables de le faire à nouveau l'année prochaine", a-t-il confié à Yahoo! Sports.
Tim Duncan a fêté ses... 37 ans en avril dernier. Mais à l'inverse de Robinson en 2003, il semble encore avoir de l'essence dans le moteur pour poursuivre la saison prochaine, après avoir fait de gros efforts l'été dernier pour entretenir son corps et perdre du poids pour épargner ses articulations. Cette saison il a tourné à 17,9 points et 9,9 rebonds retrouvant une place dans le premier cinq All-NBA.
"Il vieillit magnifiquement. Il joue encore un basket incroyable. Il est phénoménal."
Drafté en 1997 par les San Antonio Spurs, Duncan était rapidement devenu très proche de David Robinson qui était le patron de l'équipe à l'époque. Lors des workouts d'avant draft, le pivot avait décelé le potentiel de son futur coéquipier et avait fait une confidence qui en dit long au propriétaire de l'époque Red McCombs.
"Il est déjà plus fort que moi", avait-il remarqué.
Partant de ce constat, l'Amiral n'a eu aucun mal à ravaler sa fierté et à laisser les clés de la franchise au jeune rookie. Il était tout simplement prêt à tout pour remporter un titre qu'il n'avait jamais remporté, malgré ses performances de haut vol dans ses premières années et un titre de MVP en 1995.
"Ce n'est pas difficile à faire quand vous voulez gagner. Vous voyez quelles sont vos limites. Quand Tim est arrivé, nous avons commencé à travailler ensemble , c'était clair pour moi que ce gars pouvait scorer beaucoup et qu'il allait devenir un grand joueur. Ça aurait été vraiment stupide de ma part de me dire, "non, je veux continuer à être le leader de cette équipe au scoring."
David Robinson avait alors endossé un rôle de grand frère et de mentor. Il se souvient du jeune Duncan qui le chambrait sur son âge déjà avancé. Désormais, c'est TD le vétéran qui connaît les mêmes petits problèmes.
"Je n'ai pas manqué de le chambrer un peu. Quand il est arrivé, à chaque fois, je devais m'échauffer un peu plus longtemps que lui et il me disais à quel point j'étais vieux. Je devais glacer mes genoux et faire de la récup dans le bain tourbillonnant. Il est en train de connaître le même genre de petits désagréments."
Comme Robinson l'avait fait avec lui, Duncan a laissé le leadership de l'équipe à Tony Parker. Mais pour lui, ce n'était pas quelque chose qui a été imposé ou décidé, mais plutôt quelque chose qui s'est fait naturellement.
"Je ne sais pas s'il y a eu un moment où nous avons dit, je me mets de côté et c'est ton équipe, ou quelque chose comme ça. C'était juste lié à l'évolution de mon jeu et du sien. Ça se passe de la même façon avec Tony et Manu. Je ne pense pas que je me sois mis sur le côté ou quelque chose comme ça. Nos rôles ont juste changé et nous sommes à l'aise avec ça, tant que nous travaillons tous pour atteindre le même but."
Et ce but, c'est bien sûr de gagner un cinquième titre NBA, avant de quitter la ligue, comme le souhaite David Robinson, ou de tenter de réaliser un back-to-back la saison prochaine qu'il n'a jamais réussi à réaliser dans sa carrière.  
Afficher les commentaires (21)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest