De’Aaron Fox, et si les Kings avaient trouvé un patron ?

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Discrètement mais sûrement, De’Aaron Fox s’impose comme le maître à jouer d’une équipe des Sacramento Kings pas dégueulasse.

Nous avons passé en revue les jeunes joueurs des Sacramento Kings avant le coup d’envoi de la saison régulière. Avec une problématique, lequel d’entre eux était le plus à même de s’affirmer comme un leader autour duquel construire les bases de la « young super team » de Vlade Divac ? Après une semaine et cinq matches, une réponse semble déjà se dessiner. Le portrait-robot de l’intéressé : une touffe afro et de la dynamite dans les jambes. De’Aaron Fox, cinquième choix de la draft 2017, a attaqué la saison en boulet de canon. Un peu à l’image de son style sur le parquet.

Il a encore été précieux lors de la victoire des Kings – la deuxième en cinq rencontres – contre les Memphis Grizzlies cette nuit. Le meneur passé par Kentucky a compilé 21 points et 6 passes. Il a notamment inscrit 10 pions dans le troisième quart temps, moment où les siens ont remonté un déficit de huit unités pour prendre le contrôle du match. C’est encore lui qui avec un très gros dunk sur Marc Gasol, son seul panier du dernier quart, a initié un 14-4 qui a scellé le sort de la rencontre.

« J’espérais qu’il saute mais Marc ne décolle pas pour bloquer les tirs », commentait même le jeune homme.

De’Aaron Fox peut parfois manquer de précision (47% aux tirs alors qu’il shoote peu à trois-points : 10% derrière l’arc en deux tentatives) mais il progresse. Son évolution est logique après une saison rookie plutôt honnête à 11,6 points et 4,4 passes par match. Il est désormais monté à 17,6 pions et 6,6 caviars. Des moyennes que l’on peut espérer le voir tenir sur l’ensemble de l’exercice.

Principal axe de progression ? Sa capacité à finir près du cercle. Fox est l’un des joueurs les plus rapides de la ligue balle en main et il a un premier pas explosif. En ce sens, il se rapproche de John Wall, un All-Star à qui il est comparé depuis son passage aux Wildcats de Kentucky, la même faculté que le joueur des Washington Wizards. Prendre le dessus de vitesse, c’est bien. Encore faut-il conclure. Le jeune meneur des Kings convertissait 59% de ses tentatives dans la « restricted area », la zone la plus près du panier, l’an passé. Il a marqué 13 de ses 18 tentatives depuis le même endroit cette saison (72%). C’est ce qui fait la différence au scoring. Surtout qu’il y a aussi du mieux à mi-distance : 40% contre 35 l’an dernier. L’échantillon est encore trop faible pour juger, évidemment.

Mais ça prend forme. Surtout qu’il a le caractère – et le poste sur le terrain – pour s’affirmer comme le patron de cette jeune équipe des Kings. Ce n’est pas garanti qu’il puisse devenir un All-Star dans cette ligue. Mais en attendant une éventuelle explosion de Marvin Bagley III dans le futur, et sans pick en 2019 (protégé uniquement pour le premier choix), les Californiens ont tout intérêt à se construire autour de De’Aaron Fox. Il a les clés et il veut tout casser. Alors si vous hésitez à monter dans le wagon, foncez dès maintenant.