DeMarcus Cousins, une nuit douce-amère

DeMarcus Cousins a vécu une soirée particulière pour sa première à New Orleans. Individuellement irréprochable, "Boogie" n'a pu éviter une lourde défaite.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
DeMarcus Cousins, une nuit douce-amère
"At center, from Kentucky, an All-Star, number zero, DeMarcuuuus... Cousiiiins !" Le speaker du Smoothie King Center a mis du coeur à l'ouvrage pour que le public soit chauffé à bloc et accueille comme il se doit la plus prestigieuse recrue de l'histoire de la franchise. Quatre jours après son trade inattendu, DeMarcus Cousins était bien dans le cinq des Pelicans, cette nuit, pour la réception des Houston Rockets. On avait évidemment hâte de voir comment "Boogie" allait se comporter et, presque encore plus, ce que donnerait son association avec Anthony Davis. Si les fans venus se masser au 1501 Dixon Drive ont eu droit à un bel avant-goût sur ces deux thématiques, un constat s'impose : à l'heure actuelle et même avec les deux meilleurs intérieurs de la ligue, les Pelicans ne sont pas de taille à rivaliser avec le 3e de la Conférence Ouest. Pas plus d'un quart-temps pour le moment en tout cas. Ces 12 premières minutes sont néanmoins synonymes d'espoir pour NOLA. Il n'a pas fallu longtemps à "DMC" pour rappeler à tout le monde qu'il n'était pas n'importe qui. Son premier shoot a fait filoche à mi-distance après 30 secondes de jeu, et fait naître une belle clameur en tribunes. http://www.dailymotion.com/video/x5cze3m_le-premier-panier-de-demarcus-cousins-avec-les-pelicans_sport Sur sa deuxième tentative, Cousins s'est permis un petit dribble entre les jambes pour se créer son propre shoot et signer un 2/2. Quelques minutes et un panier facile de près plus tard, le nouvel arrivant s'est retrouvé à 3/3 sans forcer son talent. Après avoir manqué son premier shoot et laissé le second unit s'exprimer (et multiplier les cadeaux aux Rockets...), l'ancien pivot des Kings a, par sa seule présence sur le parquet, permis à son équipe de recoller au tableau d'affichage. Mieux, il s'est permis de scotcher James Harden sur la dernière possession texane de ce 1er quart-temps et de monter au contre sur l'arrière de Houston. Un exercice toujours périlleux qui se finit presque toujours sur la ligne des lancers. Pas sur ce coup. http://www.dailymotion.com/video/x5cz37w_demarcus-cousins-met-un-contre-a-james-harden_sport C'est ensuite que les choses se sont gâtées. Pas tellement par la faute de Cousins qui, individuellement, comme il le faisait chez les Kings, a noirci la feuille de stats avec 27 points (11/19), 14 rebonds, 5 passes et 4 contres, mais sur le plan collectif. Holiday, Moore, Hill, Frazier et Cunningham, les autres membres du cinq ou de la rotation serrée, ont eu du mal à lire les demandes du duo Boogie-AD. Davis a marqué davantage (27 pts) et s'est un peu plus promené sur le terrain au poste 4, mais on a pas encore vu de réelle combinaison ou petit jeu intérieur impliquant les deux compères. La copie des Pelicans s'est transformée en bouillie dans le 2e quart-temps avec un nombre important de pertes de balle (20 dont 7 pour le seul Holiday) et une intensité défensive douteuse face aux shooteurs extérieurs des Rockets. DeMarcus Cousins, plutôt calme et pas trop belligérant envers le corps arbitral, a ensuite vu son ami Omri Casspi subir un gros coup dur. Après 23 minutes plutôt convaincantes (12 points à 5/9), l'Israélien a dû quitter le terrain pour une blessure à la main. Verdict immédiat : une fracture du pouce et au moins un mois d'absence. Les Pelicans étant déjà un peu short en termes d'effectif, cette nouvelle n'arrangera pas leurs affaires dans la quête éventuelle de la 8e place à l'Ouest. Pas alarmiste après la rencontre malgré une lourde défaite par 30 points d'écart, "DMC" a demandé de la patience à la presse venue nombreuse dans le vestiaire de NOLA après le match.
"Personne n'attendait de nous que l'on gagne le titre sur ce premier match... On voit le potentiel, mais aussi ce sur quoi on doit travailler. Houston est une très bonne équipe, très chevronnée et qui a déjà une identité. On va essayer de trouver la notre, ce sera un processus. On va se dépouiller et je pense que tout ira bien", a-t-il expliqué au micro de NBA.com
Dès samedi, New Orleans sera en action du côté de Dallas, une autre équipe qui espère réussir un run pour coiffer tout le monde au poteau pour la 8e place. Après avoir dû se frotter à l'expérimenté Nene, DeMarcus Cousins retrouvera un ancien de Kentucky dans la raquette texane : Nerlens Noel, arrivé chez les Mavs peu avant la deadline.

Les stats de DeMarcus Cousins en NBA

Year Team G Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3PT% FTM FTA FT% Off Def Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
2010-11 SAC 81 28:30 5.3 12.4 43.0 0.0 0.2 16.7 3.4 5.0 68.7 2.7 6.0 8.6 2.5 3.3 1.0 0.8 4.1 14.1
2011-12 SAC 64 30:28 7.0 15.6 44.8 0.0 0.2 14.3 4.1 5.8 70.2 4.1 6.8 11.0 1.6 2.7 1.5 1.2 4.0 18.1
2012-13 SAC 75 30:31 6.4 13.8 46.5 0.1 0.3 18.2 4.2 5.6 73.8 3.0 7.0 9.9 2.7 3.0 1.4 0.7 3.6 17.1
2013-14 SAC 71 32:21 8.3 16.8 49.6 0.0 0.1 0.0 6.1 8.4 72.6 3.1 8.6 11.7 2.9 3.5 1.5 1.3 3.8 22.7
2014-15 SAC 59 34:07 8.4 18.1 46.7 0.0 0.1 25.0 7.2 9.2 78.2 3.1 9.5 12.7 3.6 4.3 1.5 1.7 4.1 24.1
2015-16 SAC 65 34:33 9.2 20.5 45.1 1.1 3.2 33.3 7.3 10.2 71.8 2.4 9.1 11.5 3.3 3.8 1.6 1.4 3.6 26.9
2016-17 SAC 55 34:23 9.2 20.3 45.2 1.7 4.9 35.6 7.7 10.0 77.0 2.1 8.5 10.6 4.8 3.8 1.4 1.3 3.7 27.8
Totals 470 31:54 7.6 16.5 45.9 0.4 1.2 32.2 5.5 7.5 73.4 2.9 7.8 10.8 3.0 3.5 1.4 1.2 3.8 21.1
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest