Trader Dennis Smith, OK, mais contre qui ?

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Les Dallas Mavericks chercheraient activement un nouveau point de chute pour Dennis Smith Jr. Tour d’horizon des échanges possibles.

Dès leurs premières discussions, Dennis Smith Jr et Luka Doncic se sont rapidement trouvé un point commun : Fortnite et les jeux vidéo. L’Américain, 21 ans, a été drafté un an avant le Slovène (neuvième choix en 2017). Il a rapidement été présenté comme le futur des Dallas Mavericks. Le nouveau visage prêt à prendre la relève de Dirk Nowitzki. Quelques mois plus tard, il devait déjà renoncer à ce statut flatteur. Ce n’est pas facile pour un jeune homme de devoir accepter ce changement. Il a pourtant fait bonne figure en répétant à qui voulait l’entendre que Doncic et lui pouvaient s’avérer complémentaires sur un terrain.

Le test visuel, après trois mois de compétition, atteste du contraire. Et les statistiques semblent démontrer que les deux joueurs peinent à coexister. Un sujet que nous avions abordé en long et en large, chiffres à l’appui, il y a moins d’une semaine.

Les Mavericks ne marquent que 100,9 points sur 100 possessions quand leurs picks des deux dernières drafts évoluent ensemble sur le parquet. Un rating qui monte à 106,9 quand Doncic joue avec Jalen Brunson, un autre rookie moins slasheur que Smith, et à 112,6 quand il est aligné avec J.J. Barea. Sauf que voilà, cela ne fait donc que trois mois – encore une fois – que les deux prospects se partagent la gonfle. Avec quelques matches ratés par Smith dans le lot. Ils ont 19 et 22 ans. A priori, ils ont le temps. Pour apprendre à se connaître et pour développer une éventuelle alchimie sur le parquet. Ou non, d’ailleurs.

Les Mavericks ont visiblement estimé qu’ils en savaient déjà assez. Selon ESPN, la franchise cherche un nouveau point de chute pour Dennis Smith Jr. Le jeune joueur serait lui aussi ouvert à l’idée d’un transfert. L’avènement de Doncic l’a poussé dans un rôle où il évolue le plus souvent sans ballon. Ce qui convient nettement moins à son jeu. Et donc à sa progression. Il tournait à 15,2 points et 5,2 passes lors de son année rookie et il est descendu à 12,6 pts et 3,9 pds en 28 matches cette saison. Il n’a pas pris part aux trois dernières rencontres en raison d’une blessure au dos. Son avenir s’écrira donc peut-être en dehors du Texas. Mais il ne sera pas facile pour ses dirigeants de trouver un deal vraiment intéressant, et ce malgré le potentiel intrigant de l’ancienne star universitaire de North Carolina State.

Le poste un est l’un des plus embouteillés en NBA. La plupart des franchises peuvent compter sur un meneur confirmé, voire un All-Star ou un potentiel All-Star. Celles qui n’en n’ont pas ont immédiatement été citées comme des destinations potentielles pour Smith. Nous avons pour notre part essayé de présenter des transferts crédibles.

Orlando, l'hypothèse la plus crédible ?

Orlando reçoit : Dennis Smith Jr (3,8 millions), Wesley Matthews (18,6 millions expirants)
Dallas reçoit : Aaron Gordon (21,5 millions)

Avec cet échange, le Magic récupérerait là le jeune meneur convoité par la franchise depuis plusieurs mois. Les Floridiens auraient d’ailleurs déjà manifesté un intérêt pour Markelle Fultz et Frank Ntilikina – deux autres meneurs issus de la cuvée 2017 – plus tôt cette saison. Smith Jr a pour l’instant montré plus de choses en NBA que ces deux jeunes joueurs. En tout cas sur le plan statistique. Il subit le contrecoup de l’arrivée de Luka Doncic aux Mavericks mais il reste un scoreur très athlétique capable de créer du jeu, même si essentiellement pour lui-même pour l’instant. Avec le bon coach et du temps pour se développer, il est susceptible d’atteindre un jour les 20 points et 6 à 7 passes par match. C’est une issue très positive et donc évidemment incertaine. Mais il y a un pari à prendre dans tous les cas.

La Draft 2019 n’est pas nécessairement chargée en meneurs de talent. Si vraiment le Magic a identifié un point faible sur cette position, le transfert a du sens. L’organisation n’attire pas les principaux free agents, plus depuis qu’elle squatte la deuxième moitié de tableau de la Conférence Est. Elle ne peut pas vraiment tanker non plus maintenant qu’elle a fait des progrès. Elle est même en course pour les playoffs à l’heure actuelle. Le Magic est neuvième avec 19 victoires et 24 défaites.

Perdre Aaron Gordon et sortir D.J. Augustin du cinq majeur pour y mettre Smith entraîneront peut-être une éventuelle régression. Orlando risque de s’écarter de la course aux playoffs. Mais d’une, ce n’est pas garantie parce que le milieu de tableau à l’Est reste très ouvert – pour ne pas dire très faible. De deux, fixer l’une des priorités sur le moyen terme en recrutant un jeune meneur peut paraître plus intéressant. Encore une fois à la condition que le management cherche absolument une solution sur ce poste.

Aaron Gordon fait doublon avec Jonathan Isaac

Gordon est l’un des meilleurs joueurs de l’équipe entraînée par Steve Clifford mais il ne fait pas l’unanimité. Son nom avait été inscrit sur le fameux tableau blanc stratégique posté par inadvertance sur les réseaux sociaux. L’ancien GM, Rob Hennigan, semblait prêt à le transférer. Ses successeurs y ont peut-être aussi pensé mais ils ont tout de même prolongé le quatrième choix de la draft 2014 pour 76 millions sur quatre ans l’été dernier. S’il est pressenti pour quitter la franchise, c’est sans doute en partie parce qu’il fait doublon avec le prometteur Jonathan Isaac, drafté en 2017. Comme Smith. Le Magic aurait trois jeunes joueurs majeurs – avec donc Isaac et Mo Bamba (sixième choix en 2018) – dans la même tranche d’âge. Intéressant.

Les coaches ont essayé de faire jouer Gordon, Isaac et Bamba simultanément. Sans succès pour l’instant. Gordon et Isaac sont tous les deux destinés à jouer ailier-fort au sein de cette ligue de plus en plus portée sur le jeu rapide, le tir à trois-points, les switches défensifs et l’étirement du jeu en attaque.

Orlando ferait aussi une excellente opération financière en se séparant du salaire de Gordon, garanti jusqu’en 2022. Surtout pour récupérer celui de Smith, encore dans son contrat rookie, et le deal expirant de Wesley Matthews. De quoi libérer de l’espace sous le Cap pour recruter des free agents ou en prolonger (Nikola Vucevic, Terrence Ross) si besoin en juillet prochain.

Malgré ça, on peut se demander si les dirigeants oseront franchir le pas pour autant. Aaron Gordon stagne – voire régresse – depuis la signature de son contrat mais il reste un ailier de 23 ans, super athlétique, qui compile tout de même 15,7 points, 7,6 rebonds et 3,3 passes par match. Tout en montrant de légers progrès à trois-points chaque saison. La décision ne sera sans doute pas facile à prendre.

Les Mavericks suivent-ils les traces des Pelicans ?

Hormis le salaire, le transfert a déjà beaucoup plus de sens pour Dallas. Gordon est beaucoup plus complémentaire avec Doncic que ne l’est Smith. Bon, les deux n’évoluent pas au même poste donc c’est logique. Mais il représente une menace pour le alley-oop supplémentaire à associer avec le Slovène (en plus de DeAndre Jordan). Un partenaire potentiel sur pick-and-roll et pick-and-pop. Mais aussi un playmaker en progression. Il n’a pas l’aisance en dribble pour vraiment créer du jeu. Ce qui peut poser problème à Orlando, où l’absence de créateurs le pousse justement à devoir se démener. Là, il pourrait profiter des décalages de Doncic pour attaquer une défense déjà en mouvement. Sa vitesse et sa verticalité feraient alors des ravages.

Ce qui nous inquiète, en revanche, c’est cette envie soudaine pour les Mavericks de vouloir précipiter leur évolution. OK, ils ont une pépite avec l’ancien prodige du Real Madrid. Mais il faudrait mieux ne pas reproduire la même erreur que les New Orleans Pelicans. Quand ils ont compris qu’ils avaient un potentiel « game changer » avec Anthony Davis, ils ont sacrifié tout projet à long terme pour l’entourer de joueurs confirmés. Sept ans plus tard, la franchise est toujours au même stade et l’intérieur menace plus que jamais de partir.

Les Mavericks blinderaient leur masse salariale en ajoutant Gordon aux émoluments de Jordan (22 millions mais expirants) et d’Harrison Barnes (une option à 25 millions pour la saison prochaine). Si Dallas prolonge Jordan pour plus de 20 millions, l’équipe se retrouvera avec presque 60 briques dédiées à trois joueurs : Barnes, Gordon et Jordan. Et aucun de ces gars-là n’a l’étoffe d’une deuxième option pour un candidat aux finales de Conférence. Seul soulagement, le contrat de Gordon est régressif. Son salaire diminue d’année en année pour atteindre 16 millions en 2022.

Quelles autres équipes pour Dennis Smith Jr ?

On ne croit pas à la rumeur impliquant Phoenix. Les Suns ont déjà un slasheur avec Devin Booker. Pas besoin de lui mettre Dennis Smith Jr dans les jambes. Le Miami Heat peut essayer d’articuler un transfert autour de Goran Dragic. Lui et Luka Doncic se connaissent bien, puisqu’ils ont gagné l’Eurobasket 2017 ensemble. Mais le Slovène s’est blessé au genou et il sera indisponible jusqu’à la mi-février. Les Floridiens n’ont pas non plus d’autres assets intéressants à ajouter au transfert. Ou alors ils ne veulent pas transférer ceux qui sont susceptibles d’intéresser les Mavericks (Josh Richardson, Bam Adebayo : ce serait trop cher payé que d’ajouter l’un des deux).

Les Detroit Pistons seront intéressés mais personne ne veut de Reggie Jackson. Les Knicks peuvent essayer de se mêler dans la danse, histoire d’avoir un énième meneur scoreur. New York peut toujours proposer Frank Ntilikina – qui était apprécié par les Mavericks et qui compléterait parfaitement Doncic – et le vétéran Courtney Lee. Ce dernier a encore un an de contrat au-delà de cette saison. Mais il est moins payé que Matthews et évolue dans un registre similaire. Les Knicks libéreraient du Cap pour partir à la chasse aux free agents cet été. S’ils ne croient pas en Emmanuel Mudiay, il y a là une idée.