111 IND
85 OKC
98 PHI
97 CLE
117 MIA
108 DET
120 CHI
102 NYK
115 PHO
123 LAL
119 UTA
114 BKN
121 DEN
125 ATL
107 SAC
99 POR

Après une telle déroute, que peut-on attendre de la France sur cet Euro ?

Damien Da SilvaPar Damien Da SilvaPublié

Balayée par la Slovénie (78-95) ce mercredi, l’équipe de France va terminer 3ème de sa poule et affrontera l’Allemagne en 8èmes de finale. Malgré des qualités évidentes, les Bleus affichent d’énormes lacunes et vont devoir se réveiller lors des matches à élimination directe.

L’équipe de France n’a pas réussi à balayer les doutes lors de la phase de groupes de l’Eurobasket 2017. Battus en début de compétition par la Finlande, les Bleus ont totalement raté leur premier gros test du tournoi en s’inclinant ce mercredi contre la Slovénie (78-95). Pour ne rien arranger à cette situation, la France n’a pas affiché un visage séduisant sur ses trois seules victoires face à la Grèce, l’Islande et la Pologne.

En terminant à la 3ème place de ce Groupe A, les hommes de Vincent Collet se sont tout de même qualifiés pour les 8èmes de finale. Ils affronteront l’Allemagne samedi à Istanbul. Mais étant donné les performances tricolores jusqu’à maintenant, que peut-on attendre de cette sélection avant le début des matches à élimination directe ?

Une défense très inquiétante...

Sur cette première partie de compétition, l’équipe de France s’est montrée particulièrement inquiétante dans le secteur défensif. On le savait, avec le début d’un nouveau cycle chez les Bleus, la défense n’était plus un point fort... Mais à ce point-là, ce n’est pas possible ! Que ce soit dans la victoire ou la défaite sur ce premier tour, la défense tricolore a affiché des lacunes incroyables avec par exemple 79 points encaissés contre l’Islande (une équipe faible) ou encore 95 ce mercredi face à la Slovénie.

Dépassée sur pick-and-roll, pas assez agressive sur les joueurs extérieurs et même dominée aux rebonds offensifs, la France manque sérieusement d’envie et d’intensité de ce côté du terrain. Et en même temps, ce n’est pas forcément une surprise puisque certains de nos meilleurs joueurs n’ont pas l’habitude de briller dans cet aspect du jeu... mais pour la suite du tournoi, il est essentiel d’afficher un autre visage. Quelles solutions pour Collet ? Elles ne sont pas si nombreuses. Mais dans ses rotations, le technicien tricolore pourrait offrir un temps de jeu plus important à Axel Toupane, retenu pour ses qualités défensives, mais aussi à Louis Labeyrie, qui a au moins le mérite de se battre sur tous les ballons.

Dans les matches à élimination directe, il sera impossible pour la France d’autoriser autant de tirs ouverts à longue distance, de paniers faciles à l’intérieur et d’être à ce point-là constamment en retard sur les écrans. Contre l’Allemagne en 8èmes, il faudra absolument limiter la star Dennis Schröder et ça sera sûrement suffisant. Pour cette mission, Toupane semble avoir le profil idéal. Mais dans l’éventualité d’un quart face à l’Espagne, une prise de conscience collective sera indispensable pour avoir une chance d’exister...

Des passages à vide effrayants pour la France

Si l’aspect défensif représente un problème majeur pour nos Bleus, ce n’est pas la seule explication des maux de notre sélection. Sur l’intégralité des rencontres jouées sur ce premier tour, les Français ont TOUJOURS connu d’énormes passages à vide ! Manque d’intensité et d’énergie, peu importe le niveau de l’équipe en face, les Bleus connaissent des sautes de concentration. De longs moments d’errements des deux côtés du parquet. Comment expliquer cette si mauvaise habitude ? Difficile à dire car ce problème a été connu à des moments différents dans cet Euro.

Est-ce qu’on peut mettre ce manque de régularité sur le compte d’un manque d’envie sur cette phase de groupes ? C’est peu probable, les Bleus connaissaient l’importance de ce match contre la Slovénie. Pourtant, ils ont été méconnaissable sur de longues séquences, en encaissant notamment un 13-0 déterminant dans le 3ème quart-temps. Une chose est sûre, la responsabilité de l’intégralité du groupe est engagée. En effet, dans ce domaine, la France a connu cette mésaventure avec les titulaires et les remplaçants. Autant le dire tout de suite, à partir de maintenant, à tous les matches, les Français devront être à fond pendant 40 minutes pour avoir la moindre chance d’obtenir une médaille. Vincent Collet va devoir serrer la vis...

Des qualités offensives évidentes, mais...

Si les faiblesses sont nombreuses, la France possède quelques forces. Sans aucun doute, cette équipe dispose clairement d’une puissance offensive intéressante. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les Bleus ont réalisé le record de points marqués sous les ordres de Collet face à l’Islande (115 points) lors de cette phase de groupes. Individuellement, avec Evan Fournier, Nando De Colo, Thomas Heurtel, Joffrey Lauvergne ou encore Kévin Séraphin, la France dispose peut-être actuellement des meilleurs éléments de son histoire dans ce secteur de jeu. Mais ça ne suffit pas pour être la meilleure attaque de l’histoire de notre pays ! La raison ? Ce potentiel n’est pour l’instant pas aux services du collectif.

Mauvais choix répétés, tentatives individuelles, drives forcés, dribbles à outrance, circulation du ballon réduite... Voici les gros problèmes connus par les Tricolores sur ce premier tour dans les moments difficiles. Conscients de leurs qualités, les leaders de cette équipe ont parfois trop envie de jouer les héros. Ils oublient qu’il s’agit d’un sport collectif. Pourtant, quand tout va bien, cette formation est capable sur une succession d’actions de régaler avec du mouvement, des passes bien senties et de bonnes finitions. Mais ça manque de constance pour être en mesure d’inquiéter sur 40 minutes les meilleures sélections européennes. Le potentiel est là, c’est sûrement un secteur où les Bleus peuvent déstabiliser TOUTES les nations. Mais il faut trouver la bonne formule, qui réclamera un comportement exemplaire de tous nos « leaders ».

Dans un gros match, les leaders peuvent-ils se dépasser ?

Pour résumer, en restant sur les mêmes bases, la France devrait réussir à se débarrasser de l’Allemagne en 8èmes. Sans manquer de respect à cette équipe, c’est assez faible si le problème Schröder est réglé. Par contre, dans l’éventualité d’un quart contre l’Espagne, c’est une nouvelle déculottée qui s’annonce... Comment éviter un tel scénario ? Compter sur nos fameux « leaders » justement. Face à la Slovénie, De Colo et Fournier, les deux patrons désignés de notre équipe, se sont ratés.

Malgré des statistiques « flatteuses », le meneur du CSKA Mouscou n’a pas été à la hauteur de l’événement en étant dominé des deux côtés du parquet par Luka Doncic. Pour l’arrière du Orlando Magic, le constat est encore pire avec un apport limité, des fautes répétées et un gros coup de sang. Nos leaders peuvent-ils se dépasser dans un gros match ? La réponse à cette question sera décisive pour l’avenir de notre pays dans ce tournoi. Sans des matches énormes de De Colo et Fournier, la France n’a aucune chance contre la Roja. Et attention, c’est tout un collectif qui devra hausser son niveau de jeu dans le sillage de nos deux stars. On pense notamment aux intérieurs qui devront passer un cap pour être à la hauteur du défi ibérique. Les matches décisifs arrivent, on va voir ce que cette équipe a véritablement dans le ventre...