Dwight Howard et Mike d’Antoni saoulés du Hack-a-Dwight

Grosse surprise, Dwight Howard et son coach, Mike D'Antoni sont fatigués de voir les adversaires faire systématiquement faute sur le pivot.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Dwight Howard et Mike d’Antoni saoulés du Hack-a-Dwight
39 lancers-francs tirés, 39 ! Nouveau record NBA. En une soirée face au Magic, Dwight Howard a passé presque autant de temps sur la ligne réparatrice que Chris Duhon, Steve Blake et Robert Sacre réunis... depuis le début de la saison (41). Les joueurs d’Orlando n’ont pas lésiné avec le Hack-a-Dwight, mardi dernier. Forcément, s’il y en a bien un qui n’est pas ravi de ce genre de tactique, c’est Mike D’Antoni, coach de Los Angeles. Qu’il s’agisse de Dwight Howard ou d’un autre joueur, Springles aimerait interdire ces pratiques :
« Je ne critique personne mais c’est une partie des règles qui n’est pas super. Nous faisons du divertissement et cela (voir un joueur tirer des lancers, qui plus est avec une réussite à la limite du l’indécence, toute la soirée) n’a rien de divertissant. Je déteste cela pour les fans. Ils peuvent venir gratuitement à l’entraînement les voir tirer 40 ou 50 lancers-francs. Ils n’ont pas besoin de payer les billets, je les invite tous, » ironise Mike D’Antoni pour ESPN.
Disons surtout que D’Antoni est situé du mauvais côté dans cette histoire, étant donné que sa deuxième option offensive passe son temps sur la ligne. Depuis le début de la saison, Dwight Howard a tiré seulement 73 lancers de moins que de shoots dans le champ, avec une réussite calamiteuse (48%). Pourtant à l’entraînement, le pivot tourne à 80% de réussite. Tant qu’il ne mettra pas ses lancers en match, les autres équipes feront faute sur Howard, D’Antoni en est conscient :
« Vous essayez de gagner, je comprends ça. Les coaches font ce qu’ils ont à faire. Comme je n’ai pas de bons shooteurs à disposition, je voterais pour (bannir ce genre de fautes volontaires). Si j’avais des bons tireurs, je ne voterais pas contre, c’est comme cela que l’on fonctionne en tant que coach. »
Pour Dwight Howard, ces fautes à répétitions ne sont pas forcément une partie de plaisir, surtout vu la souffrance qu’il dégage depuis la ligne.
« C’est ennuyeux, ce n’est pas amusant de jouer de cette manière et ce n’est pas amusant à regarder pour les fans. Mais l’autre équipe essaye juste de gagner. »
Les joueurs et coaches voire les dirigeants (remember l’amende de Stern envers les Spurs en vertu du spectacle proposé sans leur trois stars) NBA s’intéresseraient-ils soudainement aux fans, après rappelons-le, deux lockouts en quinze ans ? Mike D’Antoni a déjà eu à subir ce genre de technique à Phoenix, lorsque Shaquille O’Neal jouait aux Suns. Il livre une anecdote assez sympathique de la manière dont Shaq remerciait ses adversaires de l’envoyer sur la ligne :
« Shaq punissait le type. Je plaignais le gars qui faisait la faute, car Shaq le pourchassait et essayait de le tuer.»
Dwight Howard sait sur qui il doit (une nouvelle fois ?) prendre exemple. D’autant plus qu’avec l’absence de Kobe Bryant pour une durée indéterminée, le pivot des Lakers risque fort de passer du temps sur la ligne des lancers-francs.
Afficher les commentaires (32)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest