Dwight Howard ne ferait-il pas mieux de quitter les Lakers ?

Alors que sa décision tient la NBA en haleine, Dwight Howard a-t-il vraiment intérêt à rester chez les Lakers malgré l'aspect financier ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Dwight Howard ne ferait-il pas mieux de quitter les Lakers ?
Et s'il était l'heure pour Dwight Howard de se départir des traces et de l'ombre du Shaq ? De reconnaître qu'il ne sera jamais aussi doué ou aussi dominateur que ne l'était O'Neal et d'accepter de suivre un chemin différent... On ne peut pas entièrement blâmer D12. Au même titre que les "experts" footballistiques qui s'empressent de comparer tous les jeunes milieux de terrain blacks un peu grands à Patrick Vieira, ou les beurs techniques à Zinédine Zidane, la NBA et la presse US a décrété que les deux pivots draftés par la même franchise à 12 ans d'intervalle étaient de la même lignée. Presque condamné à singer le comportement du Big Cactus sans en avoir pour autant les mêmes facultés, Howard s'est enfermé dans un rôle d'entertainer/franchise player compliqué à jouer sur la durée lorsque l'on n'est pas aussi armé que Shaq. [superquote pos="d"]Howard s'est enfermé dans un rôle d'entertainer / franchise player compliqué à jouer sur la durée[/superquote]De gentil géant surpuissant à Orlando, il est devenu aux yeux de beaucoup un usurpateur avec deux mains gauches en Californie. A l'heure de faire son choix entre LA et ses autres courtisans, la meilleure option pour l'ancienne star du Magic n'est-elle pas de déjà tirer un trait sur la parenthèse Lakers et de tenter de restaurer son image ailleurs ? Quoi qu'il fasse, le pivot All-Star ne satisfera pas tout le monde et semble condamné à traverser un nouvel orage.  

Accepter de ne pas être fait pour L.A.

Il est certain qu'en choisissant une autre franchise (Houston ou Dallas par exemple), Dwight Howard aurait droit à la haine quasi éternelle des habitués du Staples Center et des nombreux fans des Lakers dans le monde. Dans 15, 20 ou 30 ans, on se souviendra alors encore de son passage à LA comme l'une des plus grosses déceptions de l'ère moderne chez les Angelenos. Pas en termes statistiques, évidemment (17,1 pts et 12,4 rbds de moyenne, ça reste supérieur à ce qu'est capable de faire le commun des mortels), mais au niveau de son impact sur le jeu et des résultats très décevants de l'équipe malgré sa présence et celle de pointures comme Kobe Bryant et Steve Nash. A terme, il pourrait pourtant sortir grandi de cet épisode. En reconnaissant qu'il n'est pas taillé pour un tel challenge et un tel contexte tout en s'asseyant sur la modique somme de 30 millions de dollars, le Superman 2.0 prouverait qu'il n'a rien d'un mercenaire. Et qu'il a toujours l'ambition d'accrocher une bague à son palmarès à court terme. Sans faire injure à la franchise purple and gold, les paramètres ne sont pas franchement réunis pour qu'elle soit à ranger dans la colonne des plus sérieux contenders dans un futur très proche. Et les Rockets, pour ne citer qu'eux, auraient l'air bien plus redoutables que les Lakers avec un axe James Harden-Dwight Howard (en plus d'une possible arrivée de Josh Smith) pour guider un collectif bien rodé. Eloigné de la hype inhérente à la Cité des Anges et de la pression sans doute trop grande pour ses épaules, D12 aurait a priori beaucoup moins de mal à retrouver son meilleur niveau. En prolongeant son contrat avec les Lakers, Howard s'exposerait à deux risques majeurs : celui de passer pour un joueur uniquement concerné par les millions de dollars qu'il perdrait en bougeant, et celui de s'enfoncer dans une forme de stagnation et de déchéance. A Los Angeles, sa cote de popularité est au plus bas et il n'a pas encore prouvé qu'il était capable de renverser l'exigeante opinion locale. L'équipe ne sera pas "à lui" avant que Kobe, plus motivé que jamais à revenir fort et à repousser la date de sa retraite, ne décide de raccrocher les sneakers. Soit dans 3 ou 4 ans... Dans le Texas, où on a sorti les très grands moyens pour le séduire, le joueur est désiré et amené à être au coeur du puzzle dès à présent.  

Repousser les avances de Kobe serait une preuve de caractère

[superquote pos="d"]Difficile d'estimer l'impact des déclarations de Kobe sur Dwight[/superquote]Mais ce que souhaite réellement D12 est un mystère. Lors de son entrevue avec les dirigeants californiens, Howard a été secoué par Bryant, dont la technique de drague s'est avérée à l'opposé de celle des Rockets. Plutôt que de le caresser dans le sens du poil comme il l'a fait avec Pau Gasol, le Black Mamba a cherché à piquer son coéquipier dans son orgueil ("Tu dois apprendre comment on fait pour gagner des titres. Au lieu de faire les choses à ta façon, juste écoute et apprends. Corrige tes défauts et tout ira bien"). Difficile d'estimer l'impact que ces déclarations ont eu sur le cerveau imprévisible de Dwight. Hormis peut-être chez les Mavs, qui ont quand même un peu de retard sur le dossier, il trouvera difficilement une franchise aussi rompue aux joutes pour le titre et un mentor aussi déterminé et enragé que Kobe. Repousser ces avances paraîtrait dingue aux yeux de pas mal de monde. Mais cela prouverait aussi qu'Howard a du caractère et l'envie d'être un autodidacte de la gagne. Bien plus valorisant si ça marche... Comme une confirmation qu'il n'est pas toujours à l'aise avec l'atmosphère de LA, l'ex-star du Magic a choisi d'étudier les propositions qui lui ont été faites hors de Californie, où le tumulte autour de son cas a de quoi le perturber. De sa décision pourrait dépendre le visage de la Conférence Ouest, pour ne pas dire plus, la saison prochaine...
Afficher les commentaires (48)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest