EuroBasket 2017 : Qui sont les mieux armés pour chasser l’Espagne ?

EuroBasket 2017 : Qui sont les mieux armés pour chasser l’Espagne ?

L'EuroBasket 2017 débute dans une dizaine de jours et il est temps de faire un point sur les forces en présence. Quelqu'un pourra t-il détrôner l'Espagne ?

N.SPar N.S | Publié

Une fois n'est pas coutume, l'EuroBasket n'a pas encore débuté qu'il fait déjà énormément parler de lui, et pour cause. Avec les récents forfaits de Milos Teodosic et Giannis Antetokounmpo, les absences font plus que jamais l'actualité et cet Euro n'a jamais semblé si ouvert. Un peu comme en 2013 lorsque la génération Parker a enfin été sacrée en Slovénie. Alors y aura-t-il une surprise avec un vainqueur inédit ? L'Espagne peut-elle perdre ? Quelle place pour la France ?

Le despote annoncé :

L'Espagne : 

Championne d'Europe en titre après avoir repris à la France son bien il y a deux ans, l'Espagne reste, malgré les forfaits de Sergio Llull et Nikola Mirotic plus un groupe rajeuni, le grand favori de cet EuroBasket. Les deux frères Gasol sont toujours là, et c'est l'immense problème pour tous leurs adversaires. Complémentaires à souhait dans le jeu FIBA, les tours jumelles sont l'arme absolue depuis plusieurs années en compétition internationale. Rajoutez Sergio Rodriguez, Ricky Rubio, Alex Abrines ou encore les frangins Hernangomez et vous obtenez tout simplement le meilleur effectif du continent. Sans comptez que la magicien Sergio Scariolo est toujours sur la banc, lui le chat noir des Bleus.

Ceux qui veulent être calife à la place du calife :

La Serbie :

Il ne manque plus que l'or à cette génération. Très souvent médaillée, la Serbie n'est plus montée sur la plus haute marche d'un podium depuis le championnat du monde 2002 ( Et encore il s'agissait de la Yougoslavie à l'époque). Même sans leur maître à jouer Milos Teodosic et les intérieurs Miroslav Raduljica et Nikola Jokic, la formation du sanguin Sasha Djordjevic peut compter sur un vécu et une expérience certaine. Sans compter que Nemanja Nedovic, annoncé forfait, pourrait finalement être de la partie. Un peu comme la France en 2015, ils ont le profil de l'outsider parfait.

La Croatie :

On l'a vu contre nos Bleus il y a deux semaines, la Croatie n'ira pas à l'EuroBasket pour y faire de la figuration. Bojan Bogdanovic, Dario Saric seront bien là et ils seront bien les leaders annoncés. Sans oublier Dragan Bender, le rookie des Phoenix Suns (4e position l'an dernier). Dans le groupe de l'Espagne, il sont cette année un candidat légitime à une médaille, et pourquoi pas espérer le plus beau métal si toutes les planètes sont alignées.

La France :

Nos Bleus sont un peu dans l'interrogation pour ce premier EuroBasket depuis 12 ans sans Tony Parker. Des cadres ne sont pas là comme Nicolas Batum et Rudy Gobert, mais il n'empêche que ce groupe a de la gueule. Tout le monde va être responsabilisé et si la défense arrive à se mettre au niveau de l'attaque, chose qui n'a pas été vraiment le cas en préparation, nos Français peuvent aller loin, très loin. Suffisant pour passer les obstacles serbes et espagnols ? Sur un match, tout est possible.

La Grèce : 

Sans le forfait de dernière minute de Giannis Antetokounmpo, la Grèce aurait eu des allures de champions d'Europe, réellement. Seulement, le MIP 2017 ne sera pas là et ce sont les ambitions grecques qui ont pris un coup. Néanmoins, il reste du monde et les Hellènes seront dans la poule des Bleus en Finlande. Les anciens Nick Calathes et Ioannis Bourousis font toujours partie des murs de la sélection et on pourra se consoler avec Thanasis le frère de... Giannis Antetokounmpo.

La Lituanie :

Finaliste lors deux derniers EuroBasket, la Lituanie fera encore une fois partie des principaux chasseurs. Deux fois opposée aux Bleus en préparation, les deux nations se sont quittées avec une rouste chacun, toutes à domicile. Le groupe change peu et les cadres Jonas Valanciunas, Mantas Kalnietis et Jonas Maciulis auront la tâche de ramener ce groupe au même niveau que les deux dernières éditions. Avec, si possible, un meilleur happy end.

Sur un malentendu, ça peut passer

La Slovénie :

Il est certes peu probable de voir la Slovénie sur le toit de l'Europe mais quand on voit le duo Goran Dragic-Luka Doncic, il est vraiment permis d'espérer au moins une médaille. Phénomène d'à peine 18 ans, Doncic marche sur tout le monde en préparation et on a vraiment hâte de le voir pour sa première compétition avec les A. À côté d'eux, ça reste un poil léger pour inquiéter les nations cités plus haut. Il seront également dans la poule de la France.

La Turquie :

Avec un tel effectif, il est possible qu'on ne pense pas à la Turquie pour cet EuroBasket. Mais c'est sans oublier que la phase finale aura lieu chez eux, à Istanbul. Et ça, ça change tout ou presque. Les supporters turcs sont parmi les plus bruyants et fous du vieux continent et lors des deux derniers événements organisés en Turquie (Euro 2001, championnat du monde 2010) la sélection a atteint la finale à chaque fois. Poussée par son public, la Turquie peut espérer beaucoup.

La Lettonie :

Quart de finaliste face aux Bleus en 2015, présent au TQO l'an dernier, la Lettonie fait partie du ventre mou européen. Seulement cette année, ils auront droit à une aide précieuse qui jouera sa première compétition internationale, Kristaps Porzingis. Davis Bertans est annoncé comme son bras droit et l'icône Janis Blums sera présent également dans un rôle mineur. Une présence en quart, comme il y a deux ans, sera déjà un bel accomplissement. Et pourquoi pas reprendre le rôle de la Macédoine il y a quatre ans en Slovénie qui avait été demi-finaliste.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest