Evan Fournier : « Je peux faire des grosses statistiques »

Auteur d'une pré-saison solide avec le Magic d'Orlando, Evan Fournier a pris une vingtaine de minutes pour répondre à la presse avant l'entraînement. Le Français est revenu sur ses objectifs, son nouveau coach et sa prolongation de contrat.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Interview
Evan Fournier : « Je peux faire des grosses statistiques »

Sur Scott Skiles :

"C'est un coach qui est très dur à l'entraînement. Sa réputation n'est pas usurpée. On s'entraîne très dur, on répète les mêmes exercices tous les jours. Il nous pousse en permanence. Il est très exigeant mais c'est ce qu'il nous faut. Il faut passer par ça pour pouvoir gagner. Je pense que l'on peut tous s'inspirer de son côté dur à cuire."

Sa prolongation de contrat :

"C'est accessoire de signer avant le 31 octobre. Je me concentre d'abord sur le basket. Si je ne signe pas maintenant, je le ferai l'été prochain. Et si ça se rapidement tant mieux. Il n'y a pas une partie en position de force ou de faiblesse. Les dirigeants du Magic savent que je peux faire de grosses statistiques avec un temps de jeu important. Me signer dès maintenant serait en quelque sorte une façon de faire des économies."

Ses objectifs cette saison :

"J'essaye de toujours progresser. Je veux gagner du temps de jeu et des responsabilités. Bien sûr, il est temps de retrouver les playoffs. C'est seulement ma deuxième saison ici mais ça fait quatre ans que le Magic n'a pas connu ça. On a tous les atouts pour atteindre les PO. Il faut voir comment le collectif va prendre car c'est ça qui fera la différence. Je pense que si on joue ensemble et que l'on joue dur tous les soirs, on peut vraiment atteindre notre objectif. On manquait de repère l'année dernière. C'était un peu à toi, à moi. On ne jouait ensemble que par séquence. La pré-saison était clairement axée sur la défense mais on doit mieux jouer en équipe si on veut passer un cap. Il n'est pas question pour nous de refaire une saison comme celle de l'an passé."

Sa place au Magic :

"Je me vois comme un titulaire. Après, tout dépend de ce que le coach attend de moi. Mais il y a de la concurrence dans tous les clubs. Il y a 15 joueurs par équipes dont 7 extérieurs. C'est normal, c'est la meilleure ligue du monde et il faut faire avec."

Les changements entre Orlando et Denver :

"Je sors en claquette pour aller à l'entraînement (rires). J'ai grandi en tant que joueur et en tant qu'homme. Je me suis habitué à la vie américaine. J'ai pris mes repères ici. Ce sont deux villes très différents et j'apprécie les deux."

Les conséquences de l'Eurobasket :

"Je me sens plus fatigué. Je me suis blessé à la cheville. L'Eurobasket pèse encore sur les esprits et c'est pas évident de se remettre dedans. Cette saison va être un challenge. Mais la compétition s'est terminée il y a quasiment un mois et je ne m'en servirai comme une excuse si jamais je fais une mauvaise saison."

Le calendrier du Magic :

"Cela ne change pas grand chose pour nous de jouer à domicile ou à l'extérieur. On fait plus attention à l'adversaire. On a un début de saison compliqué avec des premiers matches contre Washington, Oklahoma City et Chicago. Ce n'est pas un cadeau. Ce sera très important d'arracher au moins une victoire contre ces équipes-là. Si on ne fait pas attention, on peut rapidement se retrouver à 0-5."

Le leader du Magic :

"Pour moi, Nikola (Vucevic) est notre meilleur joueur. Il tournait à 20 points et 10 rebonds la saison dernière. C'est déjà un All-Star (au sens statistiques - NDLR). C'est juste que l'on a pas gagné beaucoup de matches l'année dernière. La notion de All-Star ne veut rien dire car tu deviens All-Star seulement quand ton équipe commence à gagner. Les Hawks avaient quatre All-Stars la saison dernière mais pour moi il n'y a pas quatre All-Stars dans leur effectif. Un All-Star, c'est un gars qui est invité régulièrement au All-Star Game."
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest