Ntilikina a marqué des points, enfin normalement…

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Frank Ntilikina a réussi une belle partie contre Boston pour sa première titularisation de la saison. On ne peut qu'espérer que ce n'était pas sa dernière.

"Être titulaire n'est pas le plus important. C'est finir les matches qui compte". On entend cette réplique à chaque fois que le rôle d'un joueur prête à discussion. Il y a quand même des situations où ne pas débuter un match peut interloquer. Frank Ntilikina était en droit de se demander pour quelle raison, alors qu'Elfrid Payton et Dennis Smith Jr, les deux seuls autres meneurs de métier des New York Knicks, étaient absents, David Fizdale ne lui a pas offert une place dans le cinq contre Orlando. "Je crains qu'il ne prenne des fautes trop tôt", s'était-il justifié. Fizdale a revu sa copie la nuit dernière pour le déplacement à Boston. L'ancien assistant d'Erik Spoelstra à Miami avait une requête : que Ntilikina amène de la fluidité au jeu et de l'impact défensif, si possible en rentrant quelques shoots. C'est très exactement ce qu'a fait l'ancien Strasbourgeois sur le parquet du TD Garden.

Les Knicks se sont inclinés sur un panier archi-clutch et classieux de Jayson Tatum dans le corner à la dernière seconde ou presque, certes. Mais Frank Ntilikina a marqué des points et satisfait à la fois son coach et les fans new-yorkais qui attendaient de le voir d'entrée de jeu. Certains qui n'ont pas regardé ce match se diront peut-être que 10 points (à 4/9), 3 rebonds, 3 interceptions, 2 passes et 1 contre en 38 minutes, ça n'a rien d'exceptionnel et qu'il n'a pas fait un bon match. C'est à la fois juste, puisque Frank doit, à terme, être plus prolifique offensivement, et un peu erroné. Le n°11 des Knicks a apporté une intelligence défensive et une capacité à faire circuler le ballon qu'aucun autre membre du roster ne possède. Beaucoup de ses camarades manquent de QI basket et ou de maturité dans le jeu. Cela s'est encore vu cette nuit, lors de séquences très brouillonnes avec Mitchell Robinson ou Julius Randle. Frank Ntilikina a été le joueur new-yorkais le plus fiable, de l'aveu-même de son coach.

"Il y avait de la confiance dans son jeu. Frank a joué libéré et sans se soucier de rien. Il fait le job que je lui demande et je suis très fier de la manière dont il l'a fait", a expliqué Fizdale dans le New York Post.

Plutôt que d'évoquer sa propre prestation, le "French Prince" s'est concentré sur l'aspect collectif, comme il en a l'habitude.

"Il y a eu de très bonnes choses. La circulation de balle était top. Ce n'était pas parfait, mais on a vu des progrès et il faut continuer à travailler, à se faire confiance et à créer des choses pour les autres. Ça va venir. Je pense qu'on est sur la bonne voie".

Le backourt Ntilikina-Barrett doit s'installer

On a envie de croire qu'avec l'accumulation des matches et des minutes, le backcourt qu'il forme avec RJ Barrett a de l'avenir. Défensivement, Ntilikina a de nouveau donné le ton, et pas seulement sur ce contre splendide sur Marcus Smart (voir plus bas), l'un des trois membres des Celtics à avoir croisé le fer avec lui en septembre pendant la Coupe du monde (Tatum était blessé). Kemba Walker, initialement son adversaire direct, était plus en jambes qu'en quart de finale du Mondial puisque l'ancien Hornet a inscrit 33 points. Néanmoins, les retours sur la prestation de Frank Ntilikina, qu'ils viennent de simples fans/observateurs ou de journalistes locaux, sont tous positifs. Dans deux jours, New York reçoit Sacramento et Ntilikina aura sans doute à nouveau l'opportunité de débuter et de s'occuper du pétard ambulant adverse, De'Aaron Fox. On ne peut qu'espérer que le combo titularisation + garde rapprochée du meneur adverse devienne son quotidien en NBA.

Les stats de Frank Ntilikina en 2019-2020

SeasonTeamGMinFGMFGAFG%3PM3PA3P%FTMFTAFT%ORDRRebAstTOStlBlkPts
2019-20NY518:301.44.829.20.62.227.30.00.0-0.41.41.81.61.20.80.23.4