Gerald Wallace: « Cette saison est une gifle en pleine tronche »

Placé sur le banc depuis le début de la saison, Gerald Wallace déguste. Le vétéran a du mal à encaisser cette nouvelle situation et le fait savoir.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Gerald Wallace: « Cette saison est une gifle en pleine tronche »
Il fut une époque où Gerald Wallace portait les Charlotte Bobcats sur ses larges épaules jusqu’à un premier tour de playoffs, le seul de l’histoire de la franchise. « Crash », comme l’ont surnommé les supporteurs de Caroline du Nord, semblait indestructible. Une demi-décennie plus tard, ce bon vieux Gerald a l’air… vieux, usé mais sûrement pas fatigué. En effet, les Boston Celtics – sa nouvelle franchise depuis cet été – sont en reconstruction et Wallace se retrouve scotché au banc. Un nouveau rôle difficile à accepter pour le compétiteur. Il a déjà fait part de sa frustration à plusieurs reprises et ne manque jamais une occasion de le faire. Illustration après une dérouillé face aux Nuggets (défaite 129-98).
« Vous êtes assis, vous ne jouez que 17 ou 18 minutes par match. Vous regardez, vous savez que vous êtes encore capable d’apporter et vous regardez les mecs qui jouent à votre place ne pas faire d’efforts. Ils ne respectent pas la compétition et ne pensent pas à l’équipe. C’est frustrant mais je dois faire avec. »
Ses 10 millions de dollars annuels font de lui l’un des remplaçants les mieux payés de la ligue pour un rendement assez faible : 22 minutes de jeu, 4 points par match et seulement 3 tirs tentés en moyenne. Gerald Wallace n’est plus que l’ombre de lui-même et il le vit mal.
« Cette saison est une gifle en pleine tronche. Je dois changer mon jeu. C’est d’abord un travail mental. J’accepte la situation mais une partie de mon esprit n’est pas d’accord avec ça. Je sais que je peux être toujours performant mais dans le même temps je doute. »
Comme l’an passé, lorsque le joueur n’avait plus aucune confiance en son shoot, le problème est mental avec Gerald Wallace. Mais pas seulement. Avec l’âge (31 ans pas si vieux mais plus tout jeune pour un NBAer), les blessures, les coups à répétition et les nombreuses minutes passées sur le parquet avec les Bobcats, le natif de l’Alabama n’est plus aussi athlétique. Or, il s’est toujours reposé sur son énergie et ses capacités physiques pour s’imposer dans la ligue. Le joueur a du mal à s’ajuster et il semble évident qu’il peine à accepter de jouer pour une équipe en reconstruction. « G-Force » n’a encore jamais remporté un titre et il aimerait sans doute changer de franchise. Vu son salaire annuel, les Celtics aimeraient s’en séparer. Mais son contrat et son faible rendement font de lui un joueur très difficile à échanger. Un cercle vicieux, tout simplement. En attendant de trouver une solution, Gerald Wallace peut toujours se morfondre sur le banc à ressasser les souvenirs de ses années aux Bobcats… Via Boston Herald
Afficher les commentaires (11)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest