Gerald Wallace : « Je ne pense pas que le Heat soit bien plus fort que nous »

Gerald Wallace n'a pas mâché ses mots lorsqu'il est revenu sur les dernières prestations de son équipe, qu'il estime avoir un talent comparable au Heat.

Mickael LaviollePar Mickael Laviolle  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Gerald Wallace : « Je ne pense pas que le Heat soit bien plus fort que nous »
Les Brooklyn Nets restent sur trois défaites cinglantes sur les quatre derniers matches. Ils ont perdu par 20 points d'écart face au Heat, de 13 points à Houston et en avaient pris 24 à Memphis. une série de défaite qui a eu le don d'énerver Gerald Wallace.
« Ce ne sont pas des matches où on a juste perdu... Ce sont des matches où on s'est fait botter les fesses.   Ces équipes nous ont dominés. Memphis nous a dominés. Houston nous a dominés. Et Miami, en deuxième mi-temps, nous a dominés ce soir. Nous disons vouloir être une des meilleures équipes de la Conférence Est et nous voulons nous battre pour les playoffs et pour le titre, mais nous avons des absences face aux meilleures équipes de la ligue. Nous ne pouvons pas nous permettre ça si nous voulons réussir », a-t-il confié à ESPN.
Face au champion en titre, les Nets n'ont jamais existé cette saison. Ils ont perdu largement leur trois matches (21 points d'écart en moyenne) en perdant un total de 57 ballons (19 par match) et en shootant à 14 sur 66 à trois-points. Pourtant, quand on lui demande si la différence entre les deux équipes est de 20 points, Wallace est catégorique.
« Non, je ne pense pas. Est-ce qu'ils ont une bonne équipe ? Bien sûr, c'est une bonne équipe. Ce sont les champions en titre. Mais je ne pense pas qu'ils soient bien plus forts que nous. Je ne pense pas qu'ils soient 20 points meilleurs que nous. Je ne dis pas qu'ils ne peuvent pas nous battre, mais il n'y a pas un écart de 20 points avec eux. »
En première mi-temps, les Nets ont montré qu'ils étaient capables de rivaliser avec le Heat. Mais c'était avant que LeBron James, touché dans son orgueil par les commentaires d'avant match de Reggie Evans, ne se réveille. Bien aidés par les 8 pertes de balles des locaux, LBJ et ses coéquipiers ont passé un 36-14 à Brooklyn pour plier le match. En quatrième quart-temps, on entendait même des fans scander le nom des New York Knicks dans le Barclays Center...
« C'est typiquement le jeu des Nets. Nous ne jouons pas ensemble. On perd des ballons, on n'exécute pas bien notre attaque. Et défensivement, on ne fait rien. On ne défend pas. On défend pas sur la balle. On ne s'aide pas les uns les autres. C'est la même histoire depuis le début de la saison », regrette-t-il.
Cette saison, BK affiche 17 victoires pour aucune défaite contre les équipes avec un bilan en dessous des 50% mais peine face aux équipes aux bilans positifs avec seulement 10 victoires pour 19 défaites. En saison régulière, cela leur permet d'occuper la quatrième place à l'Est, mais ce bilan est plus inquiétant dans la perspective des playoffs.
« J'ai dit aux gars 'Tout va bien face aux équipes moyennes car nous nous en sortons grâce à notre talent'. Mais quand nous jouons contre ces équipes de renom, nous ne pouvons pas avoir ce genre de match et refaire la même chose encore et encore. C'est décevant car, dans tous les sports, vous voulez vous mesurer aux champions et ils nous ont mis la honte les trois fois. Ça veut dire quoi pour nous qui voulons être un candidats au titre ? »
Pour lui, ce n'est pas une question de talent qui fait la différence entre Brooklyn et Miami.
« On est au même niveau en terme de talent, du 1 au 5 jusqu'au banc. C'est une question de collectif, d'exécution offensive, de s'aider les uns les autres en défense, faire la passe en plus, prendre soin du ballon. Nous ne l'avons pas fait ce soir. »
Afficher les commentaires (11)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest