Donnez-nous un Giannis contre LeBron !

On ne veut pas voir Toronto au second tour des playoffs. Désolé pour les Raptors mais un duel entre Giannis Antetokounmpo et LeBron James bien plus excitant.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Donnez-nous un Giannis contre LeBron !
Ils ont eu besoin de quatre matches pour le comprendre mais les Raptors ont enfin réalisé qu’ils étaient plus forts que les Bucks. Les changements stratégiques opérés par Dwane Casey dans le Game 5 ont fini par payer (victoire de 25 pts, 118-93). Toronto va remporter cette série. Sans doute même dès ce soir. Au plus tard ce weekend, avec un éventuel Game 7 programmé pour samedi. C’est une mauvaise nouvelle. Par pour les Raptors, bien sûr, mais pour la NBA. Ou en tout cas, si ça ne l’est pas pour la NBA, ça l’est pour le public. Ou en tout cas, si ça ne l’est pas pour les fans canadiens, ça l’est pour nous. Parce que nous, on veut Giannis Antetokounmpo. Et Milwaukee. Mais surtout Giannis. Et encore plus Giannis contre LeBron. Soyons honnête, on s’emmerde un peu à l’Est. Les Cavaliers et les Pacers ont offert quelques beaux duels mais la série est déjà pliée depuis un moment et Paul George prépare déjà ses bagages pour Los Angeles. Les Wizards et les Hawks sont mignons mais, à moins d’être un supporteur engagé de l’une des deux équipes, il est très difficile de regarder une de leur opposition plus de cinq minutes. Même Boston contre Chicago, c’est chiant. Surtout depuis que les Bulls se sont remis à mal jouer. On aime le basket, hein. Mais on veut vibrer un peu. Et franchement, quelles sont les choses plus excitantes dans la vie qu’un duel entre Giannis et LeBron.

Giannis Antetokounmpo contre LeBron James pour faire jumper les foules

Le Greak Freak, c’est l’update IOS de LeBron James. Ça doit d’ailleurs bien le titiller, le King, de voir un gamin comme ça dominer en NBA avec un physique encore abusivement inhumain que le sien. James est souvent plein d’éloges envers les jeunes joueurs qui débutent leur ascension vers les sommets. Il l’a aussi été avec Antetokounmpo. Mais il a aussi critiqué l’attitude de Giannis et de Jabari Parker (priez pour lui), qu’ils soupçonnent de se surpasser à chaque fois qu’ils affrontent Cleveland et de ne pas jouer aussi dur contre les autres équipes. Et ça, c’est exactement pour ça qu’il nous faut un choc entre les Cavaliers et les Bucks au second tour des playoffs. D’abord parce que LeBron va vouloir éduquer le jeune insolent. Ce qui nous promet une série à 30-9-9 de la part du prodige d’Akron. Ensuite parce que Giannis, le jeune insolent en question, va vouloir prouver qu’il peut prendre un jour la place du maître. Ce qui nous promet une série à 28-12-7 de la star de Milwaukee. https://www.youtube.com/watch?v=fGKP6_2CHbs Les playoffs, c’est ça. Ces moments intenses où deux stars se répondent coup sur coup. Action sur action. Pendant, quatre, cinq minutes. Ces séquences folles où on oublie tout le reste, où l’on vit à cent à l’heure, où l’on se crispe. On est sur le terrain dans ces moments-là. Enfin, on est chez soi, devant sa télévision ou son ordinateur. Mais dans la tête, on y est. On est là. On respire fort, on lâche des petits cris quand LeBron claque un dunk sur Giannis. On mime des « aïe, aïe, aïe » avec sa main quand Giannis vient bloquer LeBron par derrière. C’est ça qu’on veut. Un choc entre deux mutants. La brute épaisse contre l’homme élastique.

Les Milwaukee Bucks, un avant goût d'un futur dingue

[superquote pos="d"]A part Philly, aucune équipe n'a autant de potentiel que Milwaukee à l'Est[/superquote]Puis bon les Raptors, ça va quoi. Vous voulez vraiment vous taper Drake sur le bord du terrain tous les soirs ? A faire semblant de chambrer LeBron pour ensuite porter son maillot en plein concert ? C’est bon. Toronto a fait son temps. Milwaukee, c’est l’avenir. A part Philadelphie, aucune équipe de la Conférence Est n’a autant de potentiel que la franchise du Wisconsin. Et les Bucks ont même bien plus de certitudes que les Sixers. Parce qu’avec un cinq composé de Malcolm Brogdon (1,96 m pour un meneur), Khris Middleton (2,03 m pour un arrière), Jabari Parker (2,03 m), Giannis Antetokounmpo (2,11 m mais il donne l’impression de faire 2,40 m) et Thon Maker (2,16 m), c’est de la folie ! C’est le futur. Retenez-le. Ou comment garder les composantes du small ball en alignant que des mecs grands ! De la mobilité, des intérieurs qui s’écartent… et des longs bras pour sécuriser les rebonds et pourrir la vie des attaquants adverses en défense. Maintenant, il manque de l’expérience à ces Bucks. Il leur faut goûter au sang. Aux défaites amères et humiliantes. Celles qui agacent, qui frustrent, qui énervent et piquent l’orgueil des futurs champions. Celles qui forgent les plus grands compétiteurs. Il faut cultiver chez Giannis sa « haine » de LeBron et son envie de lui couper la tête. Comme Jordan voulait faire tomber celle des Pistons. Histoire que le Grec nous sorte une série à 37-12-9 pour éliminer le King dans trois ans. Bravo aux Raptors. Ils sont plus forts que les Bucks. Félicitation. Mais il faut partir maintenant. On comprend que certains fans attendent un choc entre les Dinos et les Cavaliers, sous prétexte que les Canadiens sont peut-être les adversaires les plus redoutables des champions en titre à l’Est (et encore…). Mais Toronto ne va pas sortir Cleveland. Vous le savez. Eux-mêmes le savent. Et c’est le problème. Ils vont jouer au moins trois matches en sachant qu’ils vont les perdre, ce qui les amènera automatiquement… à perdre. Ils vont se réveiller, prendre une ou deux manches pour finalement se dire qu’ils peuvent le faire. Mais trop tard. Et LeBron va les enfoncer dans le Game 6. Voilà, maintenant, c’est bon. Il faut partir messieurs. Faites le pour nous : laissez-nous kiffer notre Giannis versus LeBron.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest