MIP : Giannis Antetokounmpo est de plus en plus monstrueux

Chaque mois, BasketSession fait le point sur la course aux différents Awards. Zoom sur notre Most Improved Player provisoire.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
MIP : Giannis Antetokounmpo est de plus en plus monstrueux

Most Improved Player

1. Giannis Antetokounmpo (Milwaukee Bucks) 2. DeMar DeRozan (Toronto Raptors) 3. Otto Porter (Washington Wizards) 4. Kemba Walker (Charlotte Hornets) 5. Rodney Hood (Utah Jazz) Le trophée de Most Improved Player, joueur ayant le plus progressé en français, est l’un des plus difficile à attribuer. Sa définition est assez floue, d’où le nombre élevé de candidats au trophée chaque saison. Il résulte souvent d’une forte hausse statistique mais c’est parfois un peu injuste de le donner sur ce simple critère étant donné que six à sept points par match en plus (par exemple) sont souvent le fruit d’une meilleure opportunité, un temps de jeu en hausse, qu’une réelle évolution. Les sophomores sont souvent exclus de la conversation – et oui, un sophomore peut être élu MIP, aucune règle ne l’empêche : Gilbert Arenas a été élu MIP lors de sa deuxième saison NBA – sous prétexte que les deuxièmes années doivent naturellement progresser. Un argument un peu étrange soit. Du coup, à la rédac, nous avons souhaité récompenser ce qui se traduit pour nous comme une vraie progression. Se faire une place en NBA est difficile mais franchir le cap pour passer de « star » à « superstar » ou de « bon joueur » à « All-Star » est sans doute encore plus compliqué. Seule une poignée de joueurs parviennent à atteindre ce statut. C’est donc ce qui nous a motivé à couronner Giannis Antetokounmpo. Car lui, au-delà des stats, sa progression, elle est visible. A l’œil nu. Tous ceux qui ont suivi l’évolution du Greak Freak se rendent compte à quel point il passe des paliers saison après saison. Et encore plus cette année. Son temps de jeu a beau avoir stagné, ses stats sont grimpés en flèche : 2015-2016 : 16,9 pts à 50%, 7,7 rbds, 4,3 pds, 1,2 stl et 1,4 blk en 35 minutes 2016-2017 : 23,4 pts à 52%, 9,1 rbds, 5,8 pds, 2 stls et 1,9 blk en 35 minutes Mais, encore une fois, les chiffres ne sont ici que le reflet de la vraie prise de pouvoir de Giannis. Il n’est plus seulement un phénomène ou un projet, il est le maître à jouer d’une surprenante équipe de Milwaukee bien en place dans la course aux playoffs. Il fait tout sur le parquet, à part shooter de loin, et il est le joueur qui se rapproche le plus de LeBron James en termes de style de jeu. Il sera très certainement un All-Star pour la première fois de sa carrière, juste récompense vu sa façon de dominer les rencontres. Car c’est ce qu’il fait : il domine et fait gagner son équipe. Et ça, c’est nouveau. Selon le même principe, nous avons nommé DeMar DeRozan en second. La star des Toronto Raptors pratique le meilleur basket de sa carrière en maximisant son potentiel dans son registre typique. Otto Porter et Rodney Hood sont des candidats plus traditionnels.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest