MVP, ROY, Finales NBA : Nos prédictions pour la fin de saison

MVP, ROY, Finales NBA : Nos prédictions pour la fin de saison

La NBA attaque ce soir la dernière ligne droite de la saison. L'occasion de se mouiller une dernière fois sur les différents trophées.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Analyse

MVP : Giannis Antetokounmpo

La saison régulière s’étend sur presque six mois mais c’est parfois (souvent) la dernière ligne droite de l’exercice qui marque le plus les journalistes qui votent pour le MVP. Parce que c’est plus récent, plus frais dans leurs esprits, tout simplement. Les cartons de novembre ou décembre semblent bien loin. Malgré ça, comme le disait Shai dans sa tribune du jour, Giannis Antetokounmpo a peut-être déjà écrasé la concurrence. Il est tellement dominant, à l’image d’une équipe des Bucks bien partie pour finir une nouvelle fois avec le meilleur bilan de la NBA. Le Grec est donc en route vers le doublé avec 30 points, 13,5 rebonds, 5,8 passes et un PER monstrueux de 32,2. Le tout en seulement 31 minutes par rencontre. Les statistiques sont impressionnantes, l’impression visuelle dégagée est énorme, les progrès sont réels et sa franchise caracole en tête de la ligue. Game Over.

ROY : Ja Morant… ou Zion… ou Ja Morant

Vraie grande question sur cette fin de saison : si Zion Williamson parvient à mener ses Pelicans en playoffs, débusquant au passage les Grizzlies de son ex-coéquipier Ja Morant, peut-il mériter le trophée de ROY tout en ayant joué seulement 35 matches ? Il y a matière à débat mais tout laisse tout de même penser que Morant, éblouissant et vraiment surprenant de maturité, soit nommé meilleur débutant de la saison. Et ce serait mérité, que Memphis conserve ou non sa place dans le top-8 à l’Ouest. Avec plus de 17 points, plus de 7 passes, 49% aux tirs et 35% à trois-points, mais aussi des actions spectaculaires, du culot, de la gestion et du bagou, le jeune meneur a déjà mis une main et quatre doigts sur le trophée.

COY : Nick Nurse

Frank Vogel est peut-être le favori, avec la très belle saison réalisée par les Lakers. Il a su faire de Los Angeles une équipe défensive dominatrice à l’Ouest et grande favorite pour le titre NBA. Mais, d’une certaine manière, c’était prévisible avec LeBron James et Anthony Davis au sein de l’effectif – même si rien ne garantissait autant d’acquis si tôt dans la saison pour les Californiens. En revanche, les Raptors de Nick Nurse partaient, paradoxalement, avec plus de doutes malgré leur sacre en juin dernier. Et malgré la perte de Kawhi Leonard, superstar et MVP des finales, les Canadiens sont deuxièmes à l’Est avec un temps de passage légèrement meilleur que l’an dernier. Avec même un record de franchise à la clé, 15 victoires de suite. Ça mérite récompense.

6th Man : Dennis Schroder

Un trophée jamais facile à donner. Mais avec presque 20 points par match en sortant du banc et tout en étant concurrencé par Chris Paul et Shai Gilgeous-Alexander, Dennis Schroder a fait très fort sur le plan individuel cette saison. Sa place était loin d’être garantie et il a su s’imposer comme un joueur essentiel du Thunder, septième à l’Ouest. Les performances inattendues d’Oklahoma City peuvent convaincre les votants de leur donner un Award, via le meneur allemand.

MIP : Bam Adebayo

On sait, on sait… Brandon Ingram est perçu comme le favori pour le trophée de MIP. On voulait le donner à Luka Doncic, dont les statistiques ont autant augmenté que celles de B.I. Sauf que sa progression est presque plus « logique » puisque c’est sa deuxième saison dans la ligue. Celle de Bam Adebayo s’explique par un temps de jeu en hausse… qui lui-même a justement pour origine l’évolution fulgurante du pivot du Heat. Il est devenu un joueur complet, très précieux des deux côtés du parquet, physique mais aussi technique. Peut-être même le vrai prototype du poste cinq du futur, plus que Karl-Anthony Towns ou d’autres intérieurs très talentueux. Pour mesurer sa progression, il est passé de 8,9 à 15,8 points, de 7,3 à 10,4 rebonds et de 2,2 à 4,9 passes…

DPOY : Giannis Antetokounmpo

Le premier homme à faire le doublé MVP/DPOY depuis Michael Jordan… abusé ? Difficile à dire. Rudy Gobert, double-lauréat, est un éternel favori mais le Jazz a régressé en défense – dans les chiffres – et Giannis Antetokounmpo arrive en tête de TOUTES les catégories statistiques défensives (Net Rating, Box +/-, Win Shares).

Qui finira huitième à l’Ouest ? Portland

Ce pronostic tire de plus en plus la tronche, surtout suite à la blessure à l’aine de Damian Lillard (et après deux défaites de suite contre les Pelicans et les Grizzlies). Mais les Blazers ont plus de talents, plus d’expérience et le meilleur joueur de toutes les équipes candidates à la huitième place à l’Ouest.

Qui ira en finales NBA ? Bucks et Lakers

Les deux grands favoris et les meilleures équipes de chaque Conférence donc pas de grandes surprises. Il n’est pas toujours facile d’assumer ce statut en playoffs mais on y croit.

Champion ?

Lakers en 6.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest