119 ORL
98 PHI
115 MEM
103 OKC
125 UTA
92 PHO
148 POR
144 BKN

Gordon Hayward et Kyrie Irving étaient rouillés

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Le moment était spécial. Un an après s’être explosé la cheville lors des cinq premières minutes du coup d’envoi de la saison, Gordon Hayward était de retour au TD Garden. Avec quelques pensées un peu sombre venues troubler sa préparation pour le premier match de l’exercice 2018-2019. « Les images de ma blessure me sont venus […]

Le moment était spécial. Un an après s’être explosé la cheville lors des cinq premières minutes du coup d’envoi de la saison, Gordon Hayward était de retour au TD Garden. Avec quelques pensées un peu sombre venues troubler sa préparation pour le premier match de l’exercice 2018-2019.

« Les images de ma blessure me sont venus en tête, surtout à l’échauffement et en sortant du tunnel. J’ai essayé de ne pas y penser dès que j’ai commencé à jouer. Puis ça s’est évaporé », confiait l’ailier All-Star.

Rien d’illogique. Cette fracture à la cheville a été traumatisante pour le joueur. Mais le voici bel et bien revenu sur les parquets, lui qui avait déjà retapé la balle en pré-saison. Incomparable avec ces nouveaux débuts officiels. Mais il n’était pas le seul à faire son retour. Kyrie Irving, indisponible depuis mars et opéré du genou, a lui aussi retrouvé sa place sur le terrain.

« Tout le monde parle du fait que Gordon a été absent douze mois mais Kyrie en a manqué six », soulignait Brad Stevens, le coach des Celtics.

Les deux stars de Boston étaient donc évidemment rouillées. Irving a balancé parpaing sur parpaing tout au long de la soirée. Aucun panier en huit tentatives en première période. Puis un 2/14 à l’arrivée, pour 7 points et autant de passes décisives. Gordon Hayward n’a pas fait beaucoup mieux. 10 points, 5 rebonds, 4 interceptions et 4/12 aux tirs. Avec quelques hésitations là encore assez logiques.

Physiquement, les cadres des Celtics sont en forme. En bonne santé. Mais ils ont besoin de reprendre des sensations. Du rythme. Ça va évidemment venir. En attendant, Jayson Tatum assume le leadership. Il a les atouts pour tenir le rôle encore un moment si besoin. Le collectif du Massachusetts est suffisamment fort pour permettre à Kyrie Irving et Gordon Hayward de ne pas se mettre trop de pression. Ils vont retrouver leur niveau. Le but étant qu’ils montent en puissance tout au long de l’année pour être à nouveau au sommet de leur art au moment des playoffs.