Greg Oden, le monstre devenu un énorme « bust »

Greg Oden, le monstre devenu un énorme « bust »

Avant d’échouer en NBA, à cause de ses genoux, Greg Oden était considéré comme la prochaine grande superstar du basket américain.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

Un destin brisé. Brisé par des genoux bien trop fragiles. Sauf que contrairement à Penny Hardaway, Grant Hill, Brandon Roy ou Derrick Rose – d’autres surdoués de la balle orange dont la carrière a été gâchée par des blessures – Greg Oden n’a jamais pu prouver ce qu’il valait au plus haut niveau. Et pourtant, il avait le potentiel. Oh oui. Présenté comme un crack par les scouts à sa sortie du lycée puis à l’université. Le joueur numéro un du pays, devant Kevin Durant. Un type comme il n’en existe « qu’un par génération » selon Steve Kerr, GM des Phoenix Suns à l’époque.

Plus grand que tout le monde, Oden dominait déjà tous ses adversaires au lycée, semant la terreur dans les affrontements entre établissements de l’Indiana au côté de son fidèle coéquipier Mike Conley. Les deux compères ont prolongé l’aventure ensemble du côté d’Ohio State. Pour le même résultat : le géant marchait sur tout le monde, bien servi par son meneur. Presque 16 points et 10 rebonds de moyenne lors de sa première et unique saison à l’université.

Greg Oden, le n°1 maudit a entamé sa reconversion

Avec même une finale NCAA pour les Buckeyes. Menés par leur star, ils sont tombés de peu contre Florida – et Joakim Noah, Al Horford ou encore Corey Brewer – malgré 25 points, 12 rebonds et 4 blocks de Greg Oden. Défaite ou pas, tout le monde en avait déjà vu assez : le pivot d’Ohio State était le prospect incontournable de cette cuvée (avec KD). Une force de la nature, même pas 20 ans mais déjà costaud, 2,13 m et 120 kilos, des moves dos au panier... Un joueur invaincu à domicile tout au long de son parcours scolaire au lycée puis à la fac.

Les Portland Trail Blazers l’ont pris en première position lors de la draft 2007. Et ça ne faisait évidemment pas scandale à l’époque. Sauf que ça a très vite mal tourné. Un mois avant ses grands débuts, Oden a été contraint de passer sur le billard. Opération du genou. Le début des emmerdes. Il est resté loin des parquets. Toute la saison. Pendant que Durant brillait sous les couleurs des Sonics.

Trop lourd, il a enchaîné les pépins physiques à chaque tentative de retour. Pied. Genou à nouveau. Opération sur opération. Puis les Blazers ont fini par lâcher l’affaire. L’ancien pivot du futur a disparu des radars petit à petit avant un dernier essai avec Miami en 2014. Il n’a joué que 105 matches en NBA au total. Pour 8 points et 6,2 rebonds de moyenne. Il avait le niveau pour être un grand. Mais son corps n’a pas suivi.

Avec le recul, on peut se demander quelle aurait été sa carrière. Surtout avec l’évolution de la ligue et des équipes de plus en plus petites. Greg Oden serait-il devenu obsolète ou aurait-il dominé encore plus ? Au point d’empêcher le « small ball » ? Peu probable. Mais ça reste un sacré gâchis.

Greg Oden dominateur à la fac

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest