Greg Oden : « Pas besoin de moi en début de saison »

Greg Oden a expliqué que son choix de rejoindre Miami avait aussi été motivé par le peu de pression qui lui sera mis sur les épaules.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Greg Oden : « Pas besoin de moi en début de saison »
Après trois saisons blanches et des rumeurs constantes d'un retour en NBA, Greg Oden a donc choisi de relever le challenge que lui a proposé le Miami Heat. Outre le fait de pouvoir jouer au sein d'une équipe double championne en titre et avec le meilleur joueur du monde, l'ancien pivot de Portland a révélé que c'est le peu de pression qu'allait lui mettre la direction floridienne dans un premier temps qui lui a fait préférer le Heat aux Pelicans.
"On m'a fait comprendre qu"on n'aurait pas énormément besoin de moi en début de saison. Je serai prêt à temps mais il faudra évidement gérer mon temps de jeu. Je ne vais pas mentir et dire que je suis à 100%. Je bouge bien et je me sens bien, mais il me reste énormément de travail", a reconnu Greg Oden, très reconnaissant envers la franchise de South Beach.
"Lorsque j'ai discuté avec Erik Spoelstra et que je me suis aperçu qu'il savait exactement tout ce que j'avais effectué pour revenir, je me suis dit que Miami saurait ce qui est le mieux pour moi. Mon but est de finir la saison en bonne santé et de pouvoir dire que je n'ai eu aucun souci".
En Louisiane, où les Pelicans ont un roster prometteur, le public et les observateurs auraient vraisemblablement attendu beaucoup, peut-être trop, d'un joueur à la santé si précaire. Le choix de l'intérieur de 25 ans apparaît donc compréhensible, puisque la réussite du Heat ne dépend pas de son rendement, lui qui devrait partager des minutes avec Chris Andersen une fois son physique rodé au maximum. Le fait que l'ex-star des Buckeyes ait accepté près de deux fois moins d'argent pour rejoindre Miami plutôt que New Orleans, est un nouvel exploit à mettre à l'actif de Pat Riley. Un joli coup qui coûtera néanmoins 2,6 millions de dollars de luxury tax à Micky Arison, le propriétaire de la franchise.
Afficher les commentaires (23)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest