Guerschon Yabusele : « Je ne pouvais pas refuser »

BasketSessionPar BasketSession Publié

S'il ne découvrira pas la NBA cette saison, Guerschon Yabusele trépigne d'impatience à l'idée de découvrir le championnat chinois avec les Shangai Sharks.

Guerschon YabuseleSélectionné en 16ème position par Boston lors de la Draft 2016 et même s'il s'est montré sous son meilleur jour lors de la Summer League, Guerschon Yabusele va encore devoir patienter avant d'effectuer ses premiers pas en NBA. Convoité par plusieurs équipes en Europe, le jeune intérieur va finalement prendre la direction de la Chine et des Shangai Sharks avec qui il entend briller dans l'espoir de convaincre les Celtics de lui donner une nouvelle chance en fin de saison.
« Ce qui m'a convaincu, c'est le projet. La saison dure cinq mois. Ça signifie avoir ensuite la chance de revenir à Boston et de rester avec l'équipe », s'est-il expliqué auprès du journal L'Equipe.
« J'ai regardé un peu, il y a pas mal de bons joueurs. Emmanuel Mudiay y est passé. C'est un bon Championnat, ça peut être intéressant pour moi. J'aimais ce challenge d'arriver dans une équipe et d'être l'étranger. Tout va changer, ce ne sera pas comme en France. J'ai hâte de commencer, de découvrir l'Asie et la Chine. Je ne connais pas Shanghai. J'en ai simplement entendu parler, ça a l'air joli. Je pense que je vais apprécier cette nouveauté. »
Un choix qui s'explique également par le côté financier puisque le joueur de 20 ans, qui touchait 4000 euros par mois l'an dernier à Rouen, s'est engagé pour un juteux contrat de 1,5 millions de dollars à l'année avec le club chinois.
« L'aspect financier n'a pas compté plus que ça », prévient-il néanmoins.
« Moi, c'est le basket avant tout. Je vais avoir un entraîneur et un préparateur physique à disposition rien que pour moi. Déjà, au niveau du projet, c'était intéressant. Après, je ne vais pas vous mentir. J'ai zéro diplôme et on me propose de gagner en cinq mois ce que certains ne gagnent pas en dix ans de carrière. Je ne me voyais pas refuser, que ce soit par rapport à moi ou ma famille. Depuis quelques mois, mon ambition était de rendre à ma mère tout ce qu'elle a fait pour nous. Qu'elle arrête de travailler. »
Avec des moyennes de  8,2 points, 6 rebonds, 1,5 passes, 1,1 interceptions et 0,9 contres en 25,1 minutes en huit rencontres disputées avec les C's en Summer League, Guerschon Yabusele peut en tout cas se féliciter d'avoir réussi son examen de passage outre-atlantique. Une expérience dont il garde un excellent souvenir et qui lui a permis de se familiariser avec le jeu pratiqué en NBA.
« J'ai été surpris. Le jeu est beaucoup plus rapide (qu'en Pro A). Ça joue vraiment direct, ça drive un peu de partout. C'est vraiment agressif en attaque. Tout le monde essaie de te jouer. On peut faire quatre ou cinq aller-retours de suite, sans que ça ne s'arrête. Ça court beaucoup. Il faut que tu suives les attaques et que tu sois présent sur le retour aussi. Ce que j'ai appris ? Qu'il fallait toujours être prêt et vigilant, ne jamais baisser les bras. Même quand tu as l'impression que ce n'est rien, sur une petite aide par exemple. Mon intégration s'est plutôt pas mal passée. Je répète souvent que je suis quelqu'un de simple. J'aime bien m'amuser, rigoler avec mes coéquipiers sur le terrain ou en dehors. Je me suis entendu avec tout le monde, j'ai discuté avec tous les gars. J'ai eu l'impression d'être accepté.»
De quoi le motiver encore davantage à mettre les bouchées doubles dans les prochains mois pour franchir encore un nouveau cap et ainsi convaincre les Celtics de lui offrir au plus vite l'opportunité de faire à nouveau ses preuves sur les parquets de la Grande Ligue...