Il n’y a vraiment pas plus chaud qu’Isaiah Thomas dans le money time

Joueur le plus clutch de la ligue cette saison, le meneur des Celtics continue de dominer les quatrièmes quart temps comme personne en NBA.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Il n’y a vraiment pas plus chaud qu’Isaiah Thomas dans le money time
  Un autre match, un autre carton pour Isaiah Thomas. Le All-Star des Boston Celtics a terminé avec 41 points cette nuit, menant son équipe à la victoire contre les Detroit Pistons. 24 d'entre eux ont été inscrits dans le dernier quart temps pour sceller le sort de la rencontre et permettre à la franchise du Massachussetts de revenir à deux petits succès des Cleveland Cavaliers, fragiles leaders de la Conférence Est. Une performance héroïque dans le money time. Une de plus pour le meneur qui peut légitimement réclamer le statut de joueur "le plus clutch" du championnat. [superquote pos="d"]"On le cherche dans ces moments-là. Il aime la pression." Jaylen Brown [/superquote]Personne ne marque plus que lui dans les douze dernières minutes. Avec 10,3 points inscrits dans le quatrième quart, il devance assez nettement ses concurrents Russell Westbrook (second avec 9,4 pts), Kyle Lowry (7,9), DeMarcus Cousins (7,8) et Kawhi Leonard (7,4). Du jamais vu depuis vingt ans, s'il parvient évidemment à maintenir ce rythme jusqu'à la fin de la saison. Non seulement Thomas est plus prolifique mais il est aussi le membre le plus efficace de ce petit groupe. Avec 48% de réussite dans le champs et 42% derrière l'arc, il est tout simplement injouable au moment même où les défenses ont pourtant tendance à resserrer la pression sur lui. Le match d'hier était une nouvelle démonstration de sa capacité à prendre le dessus quand la tension est au plus haut. Les Pistons ont entamé un run décisif dans le quatrième quart temps, remontant un handicap de 11 points avant de reprendre l'avantage. Les Celtics ont répondu par l'intermédiaire de leur star, auteur de 9 points en moins de deux minutes. Ils n'ont plus été rejoints. Avec 6/9 aux tirs et trois paniers primés, Isaiah Thomas était encore une fois le grand acteur de la victoire dans les dernières minutes.
"On le cherche dans le quatrième quart temps. Il est le ce type de joueur. Il aime la pression, il aime ces moments-là", confie Jaylen Brown, le rookie des Celtics.

Les Boston Celtics ont besoin d'un deuxième go-to-guy

[caption id="attachment_310143" align="alignleft" width="318"] Personne ne marque plus que lui dans le quatrième QT.[/caption] Les joueurs de Brad Stevens savent vers qui se tourner et ils n'ont pas beaucoup d'autres choix. Thomas est le seul joueur de l'effectif à même de créer du jeu, pour lui ou pour les autres, balle en main sur demi-terrain. Seuls Westbrook et Cousins, autres superstars isolées, ont un Usage Rate (% des possessions jouées par tel ou tel joueur) supérieur au sien dans le quatrième quart temps (43%, soit presque la moitié des possessions jouées par les Celtics pour Thomas). Cette dépendance au scoreur de poche n'est pas nouvelle et elle était déjà pointée du doigt comme l'une des faiblesses potentielles de Boston lors des playoffs l'an dernier. Les Celtics avaient été éliminées en sept manches par les Atlanta Hawks. Mais la montée en puissance du joueur de 27 ans tend pour l'instant à faire taire les détracteurs.
"Je savais que c'était un bon joueur de basket. Mais il écrit désormais sa propre légende. Il est l'un des meilleurs joueurs de la ligue. Un All-Star, un candidat au MVP", poursuit Brown.
Isaiah Thomas est une machine à faire gagner son équipe. Il pointe à 49% aux tirs et 47% à trois-points quand l'écart est inférieur à cinq points dans les cinq dernières minutes de jeu. Seul Westbrook marque à peine plus de points que lui dans ces situations (5,8 contre 5,2) mais, contrairement aux Celtics, le Thunder nettement moins souvent avec la victoire. En 30 rencontres serrées - comprendre ici les paramètres citées ci-dessus - Boston l'a emporté à 21 reprises, essentiellement grâce à Isaiah Thomas. Dans l'idée, les C's ont sans doute besoin d'un autre joueur capable de se créer son propre tir et c'est pour ça que Danny Ainge reste à l'affût, prêt à swaper ses nombreux assets pour une star. Mais, en attendant, les verts et blancs continueront de se reposer sur les petites mais très solides épaules de leur joueur le plus décisif.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest