Jabari Parker évitera-t-il la malédiction Derrick Rose ?

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser Publié

En signant aux Chicago Bulls, Jabari Parker revient chez lui, sur ses terres. Mais Derrick Rose sait à quel point il est difficile d’être prophète en son pays.

Sur le papier, c’est une occasion de rêve ! Quitter les Milwaukee Bucks, où il était mal utilisé, pour rejoindre les Chicago Bulls, la franchise de SA ville à lui. L’organisation est en pleine reconstruction, certes, mais elle croit suffisamment en son talent pour lui avoir fait un pont en or (40 millions sur deux ans). Mais attention, Jabari Parker devrait savoir que les retours au bercail sont parfois plus difficiles qu’on ne le croit.

Pour exemple, il suffit de prendre Derrick Rose. Lui aussi était l’enfant chéri de Chitown. Un talent monstrueux calé sur des qualités athlétiques hors du commun. Mais de blessures en déceptions et en affaires scabreuses, le plus jeune MVP de tous les temps a fini par se perdre totalement. Aujourd’hui, il est en passe de devenir le seul ancien MVP à ne pas mériter d’entrer au Hall-Of-Fame. C’est dire comme les choses vont vite en NBA…

Pourtant, pour Jabari Parker, D-Rose demeure une icône.

« C’est toujours un héros pour énormément de gens, moi y compris », a-t-il expliqué à ESPN.

« Sa legacy le placera parmi les meilleurs de l’histoire, peu importe ce qui se passera maintenant pour lui. Quoi qu’il arrive, nous sommes à fond derrière lui. Il peut s’arrêter de jouer maintenant. Il sera une légende […] Ses blessures ne le définissent pas en tant que joueur. »

On comprend que Jabari Parker ait ce point de vue, lui qui, justement, a déjà connu pas mal de pépins physiques depuis le début de sa carrière pro (deux opérations du genou). Mais à ce stade de son parcours, on ne peut qu’être enthousiaste. Il n’a que 23 ans et a déjà montré qu’il pouvait être un joueur d’impact offensivement, capable d’évoluer sur les deux postes d’ailier.

Au sein de ces jeunes Bulls plein de talent, il pourrait trouver enfin sa place et bénéficier de suffisamment de temps pour continuer à se développer pleinemen,t sans que ses « limites » en défense ne lui fassent squatter le banc plus longtemps que de raison. Quand on joue chez soi, la pression peut être énorme, mais Jabari semble avoir besoin d’un tel challenge pour se relancer pour de bon. On espère qu'il ne crèvera pas le cœur des Chicagoans comme Derrick Rose l'a fait avant lui...