Jabari Parker pénalisé par son temps de jeu ?

Si Jabari Parker parvient jusqu'à présent à répondre aux attentes placées en lui, certains observateurs estiment que le "faible" temps de jeu que lui accorde Jason Kidd pourrait être un frein à sa progression.

Yann LachendrowieczPar Yann Lachendrowiecz  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Elu rookie du mois de novembre à l'Est, Jabari Parker a déjà confirmé qu'il était bel et bien prêt à effectuer le grand saut pour la NBA. Et si ses débuts sous les couleurs des Bucks sont prometteurs, l'ancien pensionnaire de Duke laisse toutefois quelques observateurs sur leur faim d'un point de vue statistiques. Annoncé comme l'héritier de Carmelo Anthony ou encore Paul Pierce, l'ailier de 19 ans affiche en effet des moyennes un ton en dessous de ce que laissait entrevoir son potentiel à l'Université. La faute notamment à au temps de jeu que lui accorde son entraîneur Jason Kidd depuis le début de la saison (moins de 30 minutes par match) et qui selon certain scouts pourrait freiner la progression du jeune prodige.
« Jason Kidd fait du mal à Jabari Parker en ne lui donnant pas assez de temps de jeu », a confié un scout de la Conférence Est à SheridanHoops. « Il a 19 ans. Il devrait jouer au moins 35 minutes par match. On ne va pas en faire une affaire mais si on additionne ces 7 ou 8 huit minutes par match, ça fait beaucoup d’expérience. »
On notera toutefois que Jabari Parker est le rookie qui bénéficie de plus de minutes derrière Bojan Bogdanovic (30,7 minutes) et Nerlens Noel (30,4 minutes). Et alors que les Bucks ont su accrocher le bon wagon en ce début de saison (11 victoires, 10 défaites), Jason Kidd estime aujourd'hui qu'il n'aurait aucun intérêt à cramer son rookie qui devra tenir la distance sur l'ensemble de la saison régulière.
« Nous avons de la profondeur et j’essaie de limiter ses minutes car la saison va être longue pour Jabari n’a jamais joué 82 matches », s'est justifié le coach de Milwaukee.
Des choix qu'accepte le jeune ailier qui espère avant tout profiter de sa première année pour s'acclimater au rythme infernal du calendrier NBA.
 « Il faut entretenir la passion au quotidien. Ce n’est pas comme à l’Université et en High-School, vous avez un temps limité pour vous recentrer sur le match suivant. C’est ce qui fait toute la différence. »
Reste désormais à voir quelle sera la marge de progression de Jabari Parker qui tourne jusqu'à présent à 12,3 points et 5,9 rebonds de moyenne par match. Des stats qu'il aura certainement à coeur de gonfler dans les prochaines semaines s'il veut conserver son statut de favori pour le trophée de Rookie Of the Year.
Afficher les commentaires (8)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest