James Harden et Chris Paul, portés disparus dans le money time

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Un match clé vers la qualification leur tendait les bras mais les Houston Rockets, à l’image de James Harden et Chris Paul, ont raté le coche.

 

Un Game 5 traditionnellement crucial dans une série de playoffs. Un match décisif au cœur d’un duel très serré entre les deux meilleures équipes de la ligue. Kevin Durant qui rejoint le vestiaire, avec l’impression pour les acteurs de la partie que le MVP des deux dernières finales s’est rompu le tendon d’Achille. Aussi triste qu’est une blessure, c’était là pour les Houston Rockets de James Harden l’assurance de finir la rencontre sans avoir à affronter le meilleur joueur du monde.

La possibilité d’effacer le souvenir de l’an dernier et de mettre fin à tous les débats « et si »  autour de la blessure de Chris Paul à la même époque en 2018. Le meneur All-Star avait manqué les Games 6 et 7 en raison d’une douleur à la jambe. Les Texans ont ensuite passé des semaines – et même plus, ils en parlent encore aujourd’hui – à répéter qu’ils auraient dû gagner. Un discours presque hautain rarement entendu dans le sport. Qu’une équipe estime mériter la victoire est une chose. Qu’elle martèle que ce n’était pas normal qu’elle soit éliminée en est une autre.

Back à l’Oracle. Les Rockets pouvaient donc laisser ce souvenir douloureux derrière eux. De prendre un avantage clé avant d’aller disputer un Game 6 à Houston. Et ils sont complètement passés au travers. CP3 n’a inscrit que trois petits points dans les 14 minutes passées sans Durant. Il a réalisé l’un des plus mauvais matches de sa carrière en playoffs avec un vilain 3 sur 14 au total. Quant à James Harden, il s’est éteint. Il s’est mis en veille au pire moment. Seulement un seul tir tenté – et réussi – dans les 8 dernières minutes de la partie. Alors que le match se jouait. Lui-même n’avait pas d’explication.

« Je ne sais pas », rétorquait-il, l’air vraiment honnête, quand les journalistes lui ont demandé ce qui s’est passé. « Il faudrait que je revois le match. Peut-être qu’il y avait des gars qui avaient de bons tirs et que j’essayais de jouer juste, je ne suis pas sûr. »

C’était sa réaction à chaud. En fait, Harden n’a même pas été mauvais. Au contraire. Il a tenu son équipe à bout de bras quand elle était menée de 20 points en première mi-temps. Il a fini avec 31 points tout en étant très propre aux tirs : 10 sur 16. Le barbu s’est juste effacé quand il ne fallait pas.

Les Rockets ont été dépassés par les événements. Comme s’ils avaient été surpris. Maintenant, James Harden et Chris Paul ont une occasion pour se rattraper et montrer ce dont ils sont capables. Même deux s’ils arrachent un Game 7. Ce n’est pas fini.