Jaylen Brown, le seul homme qui peut priver Joël Embiid du titre de RoY

Jaylen Brown est tranquillement en train de monter en puissance et de devenir l'un des seuls joueurs capables de disputer le titre de Rookie de l'année à Joël Embiid.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Jaylen Brown, le seul homme qui peut priver Joël Embiid du titre de RoY
Depuis quelques semaines, la NBA et ses fans n'ont d'yeux que pour Joël Embiid. Rien de plus normal tant l'attente a été longue autour du Camerounais, dont les premiers pas ont été franchement séduisants, même au sein d'une équipe qui va lutter pour atteindre la barre des 10 victoires cette saison. La tendance est à un titre de Rookie de l'année pour celui qui s'est auto-surnommé "The Process", tant ses statistiques semblent devoir être supérieures (il tourne à 17.3 points et 6.3 rebonds de moyenne) à celles de ses camarades de promo malgré un temps de jeu habilement limité par Brett Brown. Parmi les autres débutants initialement attendus au top, Ben Simmons ne rejouera pas avant 2017 et n'est même pas encore sûr d'éviter la saison blanche, Brandon Ingram n'est pas très exposé chez les Lakers et paraît encore léger pour le haut niveau, Dragan Bender (drafté en 4e) ne joue que 7 minutes par match à Phoenix, Kris Dunn est encore brouillon et intègre tout juste le 5 de départ des Wolves après la blessure de Ricky Rubio et Buddy Hield shoote à 32% avec New Orleans...  Finalement, l'un de seuls rookies à être sur le pente ascendante et à avoir (un peu) marqué les esprits, c'est Jaylen Brown. L'arrière/ailier des Boston Celtics n'affiche pas de stats démentielles et, avant cette nuit (pour pallier le forfait de Jae Crowder), il n'avait ni été dans le cinq, ni joué plus de 20 minutes dans une rencontre. Logique quand on évolue dans une équipe déjà bien en place et qui a les moyens de finir sur le podium de la Conférence Est. Mais face à Cleveland, la seule équipe de la ligue encore invaincue, Brown a montré qu'il était prêt à passer la vitesse supérieure si on lui en donnait l'occasion. Contre les Cavs, l'ancien de la fac de Berkeley n'a pas eu besoin de faire du chiffre pour impressionner. Directement opposé à LeBron James - il y a plus simple pour une première titularisation en NBA -  le jeune Celtic a fait de son mieux en défense (LeBron a fini avec 30 points, 12 passes et 7 rebonds) et a été rayonnant en attaque. Avec 19 points, 5 rebonds, 3 interceptions, 50% d'adresse et un 3/6 encourageant à 3 points, une prise à la Odell Beckham Jr devant Kevin Love (voir plus bas) et une action digne du top 10 devant le "Chosen One", Jaylen Brown a rempli son contrat et poussé LeBron à déclarer après le match :
"Boston prend clairement du plaisir grâce aux picks que les Nets leur donnent !"
  Parfois comparé à James lorsqu'il était au lycée (une comparaison a priori erronée tant la qualité de passe du "King" est supérieure), le numéro 7 des C's, dont on vous avait vanté l'intelligence et l'épatant cocktail de maturité et de culot avant sa Draft, fait tout pour s'inspirer de lui en termes d'attitude. Ce qui ne peut pas être une mauvaise idée.
"Je respecte LeBron, mais pas seulement sur le parquet. Ce qu'il fait en dehors du terrain, la façon dont il se comporte avec les gamins de l'Ohio, le fait qu'il n'ait jamais eu de problèmes avec la loi... C'est tout simplement un modèle incroyable pour moi. Je le regarde jouer depuis que je suis petit et ça m'a façonné. Je respecte encore plus LeBron pour ce qu'il est, que pour ce qu'il fait sur le plan sportif".
C'est pourtant sur Kobe Bryant que Jaylen Brown a d'abord calqué son jeu et son éthique de travail. Depuis qu'il sait que son quotidien sera celui d'un joueur NBA, il ne ménage pas ses efforts pour atteindre l'excellence professionnelle du Black Mamba, qu'il a été déçu de voir prendre sa retraite avant d'avoir pu l'affronter.
"Kobe se levait à 4 ou 5 heures du matin pour aller à la salle et se mettre minable jusqu'à 6h30, avant de faire de la muscu à 8h et de poursuivre avec l'entraînement collectif à 10h. Tout ce qu'il a accompli c'est grâce à cette discipline. Je suis persuadé que c'est en s'astreignant à ça qu'on peut devenir grand. Je veux suivre ce modèle, cette représentation de ce que doit être un athlète. Ce que des gars comme lui ou Isiah Thomas (Zeke, pas l'actuel meneur de Boston, NDLR) peuvent me conseiller, je le note dans un carnet plutôt que sur mon téléphone. Ça rentre mieux", avait-il raconté
Même en restant cantonné à un rôle de remplaçant (Avery Bradley et Jae Crowder sont pour l'heure indéboulonnables sur les postes 2 et 3), Jaylen Brown aura très certainement l'occasion de se mettre en valeur dans les prochains mois et, surtout, d'aider les Celtics à faire mieux que l'an dernier. Et s'il peut gêner Joël Embiid sur le chemin royal qu'il s'est pour le moment tracé...

Les 5 premiers matches de Jaylen Brown avec Boston

Date Opp. Score Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3PT% FTM FTA FT% Off Def Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
Nov 3 @CLE L 122-128 35:26 8 16 50.0 3 6 50.0 0 1 0.0 3 2 5 2 1 3 1 4 19
Nov 2 CHI W 107-100 8:14 1 3 33.3 1 2 50.0 0 0 0.0 1 1 2 0 0 1 0 4 3
Oct 29 @CHA W 104-98 15:26 3 6 50.0 0 0 0.0 1 1 100.0 1 0 1 0 0 0 0 1 7
Oct 27 @CHI L 99-105 20:26 4 7 57.1 0 1 0.0 0 0 0.0 0 1 1 1 1 0 0 3 8
Oct 26 BKN W 122-117 19:27 3 4 75.0 0 0 0.0 3 4 75.0 0 2 2 1 1 1 2 1 9
 
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest