On a retrouvé Jayson Tatum

On a retrouvé Jayson Tatum

Après une saison dernière un peu décevante, Jayson Tatum est en train de retrouver le visage de go-to-guy et de futur grand de son année rookie.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Le tutorat estival de Kobe Bryant n'a pas brisé Jayson Tatum. Pas plus que sa collaboration avec Kyrie Irving et son leadership problématique. On a cru un temps que ces deux facteurs avaient eu un effet néfaste sur le diamant brut révélé durant les playoffs 2018. Celui qui avait guidé les Celtics jusqu'en finale de Conférence. Depuis la mi-octobre, Tatum est redevenu l'ailier à la tronche de future superstar que l'on espérait et tout Boston se rallie derrière son talent. La nuit dernière, l'ancien Dukie a fait l'éclatante démonstration de son bien-être. Contre les Charlotte Hornets, l'ailier de 21 ans a signé son record de points en carrière (39 pts à 15/29), dans une soirée où il a donné l'impression de pouvoir aller encore plus haut. Avec 12 rebonds, 3 contres et un one-man show dans le 4e quart-temps qui l'a vu marquer plus de points que l'équipe adverse (22 à 16), Tatum a parfaitement abordé les fêtes.

Le schéma qui s'est réinstallé à Boston après le départ de Kyrie Irving est finalement celui qui semble convenir le mieux à Jayson Tatum. Un ADN défensif plus prononcé, la responsabilité d'être le go-to-guy dans les matches serrés, voilà ce qu'il lui fallait. Avec 21.6 points et 7 rebonds de moyenne, et en dépit de quelques errements près du cercle en termes d'adresse, Tatum est le moteur du groupe de Brad Stevens. Lorsqu'on le voit scorer avec autant d'aisance que la nuit dernière, on comprend que Danny Ainge n'ait pas voulu l'inclure dans les discussions avec les Lakers pour le trade d'Anthony Davis. D'autres auraient pressé la détente, mais le GM des Celtics n'avait aucune garantie sur l'envie de "AD" de rester au-delà de l'été 2020 et le potentiel de Tatum lui paraissait bien trop important pour prendre ce risque.

Un défenseur sous-coté

Il n'y a pas qu'en attaque que Tatum est précieux cette saison. Brad Stevens a beau être heureux de voir son joueur tourner à plus de 20 points de moyenne, c'est son impact défensif un peu ignoré qui le rend le plus fier.

"Je n'arrive toujours pas à croire que l'on ne dise pas plus à quel point il est bon défensivement. Pour je ne sais quelle raison, ce sujet est oublié. Il est vraiment devenu un très bon défenseur grâce aux efforts qu'il produit depuis le début de la saison. Il est long, il chasse le ballon, il se place devant les shooteurs... On le voit mettre ses mains sur le ballon ou faire suffisamment peur aux adversaires en un contre un avec sa longueur. Depuis l'aile, il est aussi excellent au rebond. Jayson Tatum est l'une des raisons pour lesquelles notre défense en est là aujourd'hui et on a besoin qu'il continue dans cette voie", s'est réjoui Stevens au micro de The Athletic.

Si on veut s'appuyer sur des données statistiques pour donner raison à Brad Stevens, Jayson Tatum a le 6e meilleur "vrai" +/- de la ligue. Son impact global impressionne tous ses camarades, même les plus expérimentés comme Kemba Walker.

"Vous n'avez encore rien vu. Il arrive. Et il arrive fort. C'est un futur All-Star et j'ai hâte de le voir continuer à grandir. Ce sera l'un des meilleurs joueurs NBA".

Il y a effectivement encore une belle marge de progression pour le 3e pick de la Draft 2017. Tatum shoote à 42% cette saison (35.6% à 3 points) et peut devenir plus fiable. Lors de sa saison rookie, il tournait ainsi à 43.4%, mais ne prenait que 3 tirs extérieurs par rencontre. Si on ne lui met pas d'autres solistes dans les pattes, l'adresse viendra avec le temps. Sa collaboration avec Kemba Walker est déjà probante et l'ancien meneur de Charlotte, qui score à peine plus que lui en moyenne, est un chef de file avec lequel il est plus simple de travailler.

Après 27 matches, Boston est l'une des trois équipes encore capables de talonner Milwaukee, à cinq victoires derrière les Bucks. Si Jayson Tatum continue à prendre confiance et à se rapprocher du niveau d'un All-Star, sa première sélection ne tardera plus. Et les Celtics pourront peut-être faire mieux que la saison dernière, où les Bucks les avaient stoppés sèchement (4-1)...

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest