Van Gundy : « Ce n’est pas le triangle qui fera gagner les Knicks ou non »

L'attaque en triangle est censée révolutionner les performances des New York Knicks. Est-ce vraiment une solution miracle ? Jeff Van Gundy en doute.

Laurent ReymondPar Laurent Reymond | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Van Gundy : « Ce n’est pas le triangle qui fera gagner les Knicks ou non »
Jeff Van Gundy, le plus dégarni des deux frangins, a beau être éloigné de la fonction de coach depuis 7 ans (suite à l’élimination en 7 matches des Rockets au premier tour des playoffs 2007 face aux Jazz), personne (et certainement pas ESPN pour qui il est commentateur depuis) ne viendra remettre en doute sa connaissance du jeu. Lorsque Marc Berman du New York Post l’interroge sur le fait que l’attaque en triangle n’est que très peu utilisée en NBA, bien que son ancien rival Phil Jackson peut se targuer d’afficher 11 bagues à ses doigts en ayant eu recours à ce système, Jeff Van Gundy répond ceci :
« Le triangle en lui-même, est simplement une attaque basée sur la liberté de mouvement du ballon et sur l’implication de tous les joueurs. C’est une bonne chose, mais ce n’est pas l’attaque en triangle qui fera gagner ou non les Knicks. Ils gagneront si Carmelo Anthony joue exceptionnellement bien et si Iman Shumpert et J.R. Smith rebondissent en effectuant une grosse saison. Mais ce ne sera pas simplement grâce à un système ».
Du même avis que Shaquille O’Neal qui déclarait récemment que l’attaque en triangle fonctionnait seulement si l’équipe comptait plusieurs stars dans ses rangs, Jeff Van Gundy poursuit :
[superquote pos="d"]"Les systèmes ne font pas gagner les matches, les joueurs si !"[/superquote]« Je pense que quiconque confond un système de jeu avec la raison du succès commet une grave erreur. Les systèmes ne font pas gagner des matches, les joueurs si ! Tout ce que tu essaies de faire avec n’importe quel système c'est de placer les joueurs à des endroits du terrain où ils peuvent exprimer leurs forces et minimiser leurs faiblesses. Le triangle avec Michael Jordan et Scottie Pippen entourés de shooteurs extérieurs étaient une attaque redoutable. Il en était de même pour Kobe Bryant et Shaquille O’Neal puis pour Kobe Bryant et Pau Gasol. Le triangle fonctionnait bien avec eux mais d’autres systèmes leur auraient également permis de gagner ».
Alors simple pique adressée à Phil Jackson ou constat plein de lucidité ? On penche tout de même pour la deuxième solution, tant l’effectif des Knicks cette saison ne fait pas rêver et semble être composé de trop peu de joueurs à fort QI basket (l’apport de José Calderon à la mène devrait aider cependant). Il faut dire que lorsque Jeff Van Gundy coachait les Knicks entre 1996 et 2001, il a pu compter sur des joueurs de renom tels que Patrick EwingJohn StarksLarry JohnsonLatrell SprewellAllan Houston et bien d’autres encore. Néanmoins, Van Gundy pense que les Knicks retrouveront tout de même les playoffs en 2015, mais rien n’est moins sur vu l’amélioration générale de la Conférence Est cette année !
Afficher les commentaires (5)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest