Les Knicks refusent de s’aligner, Jeremy Lin va rejoindre Houston

Les Knicks ne s'aligneront pas sur l'offre des Rockets. La Linsanity est déjà finie à Big Apple.

Yann LachendrowieczPar Yann Lachendrowiecz  | Publié  | BasketSession.com / NEWS / Transferts
Les Knicks refusent de s’aligner, Jeremy Lin va rejoindre Houston
La pilule empoisonnée a fait son effet. La proposition de Houston pour Jeremy Lin était trop importante. D’après le New York Times, les Knicks ont finalement pris la (sage ?) décision de ne pas s'aligner sur l’offre des Rockets. Pour le meneur de 23 ans, révélation de la saison passée et chouchou du Madison Square Garden, l’aventure new-yorkaise s’arrête là. Il sera un Rocket pour les trois saisons à venir avec un contrat de 25,1 millions de dollars. Les Knicks ont confirmé l'information via leur porte parole dans la nuit mais ont pour le moment refusé de s'exprimer sur le sujet.     Selon les différentes rumeurs, le staff de New York aurait tenté ces derniers jours de trouver des solutions pour s'aligner sur l'offre des Rockets mais c'est James Dolan lui-même qui aurait tranché et décidé de lâcher l'affaire. Le prix demandé pour Lin via l'offre de Houston était tout simple déraisonnable ou "ridicule" aurait dit Melo. (Pour plus de précisions sur le contrat empoisonné que Houston a proposé à Jeremy Lin et pour mieux comprendre la décision des Knicks, nous vous conseillons cet article.) Les fans des Knicks ne peuvent qu'être partagés par cette issue. Les plus pondérés et carrés expliqueront sans doute avec raison qu'accepter de "matcher" une proposition aussi extravagante aurait été de la folie. Spécialistes des contrats exorbitants et des choix foireux, les dirigeants de Big Apple se sont dit que cette fois, ils ne seraient pas les dindons de la farce. L'avenir pourrait leur donner raison si Raymond Felton et Jason Kidd apportaient un vrai plus au groupe de Mike Woodson. Mais ils ont aussi pris le risque de passer à côté de la poule aux oeufs d'or. Ok, le gamin d'Harvard n'a fait que 25 matches de haut niveau dans la ligue avant de se blesser. Mais rien ne dit qu'il n'aurait pas continué sur sa lancée cette saison et surfé sur la vague de popularité invraisemblable qui a assailli Gotham au plus fort de la Linsanity. Sur le plan marketing, New York se prive d'un atout maître, dont on ne peut toutefois mesurer avec précision l'impact réel en termes de vente. En attendant, on ne peut que conseiller à Raymond Felton de retrouver toute sa verve, sans quoi le Madison Square Garden ne se privera pas de déplorer avec bruit le départ de son éphémère protégé... A lire et à voir sur le sujet : - Jeremy Lin remercie New York sur Twitter. - La saga Jeremy Lin vu par les Taïwanais de NMA. - Tout comprendre du piège tendu par Houston à NY.
Afficher les commentaires (69)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest