- MIN
- MEM
- MIA
- LAL
- ORL
- NYK
- WAS
- POR
- SAS
- GSW

John Calipari entre au Hall of Fame

Guillaume RantetPar Guillaume RantetPublié

Le coach de Kentucky rejoindra lundi les autres légendes de la balle orange. Un lot de consolation pour le célèbre coach universitaire suite à l'élimination du Final Four des Wildcats.

John-Calipari-050510John Calipari a perdu, vive John Calipari ! Si le célèbre coach des Kentucky Wildcats s'est incliné face à Wisconsin hier soir, il rejoindra le Hall of Fame pour ses glorieux faits d'armes. Dont cette saison régulière, à l'issue de laquelle les Wildcats ont fini invaincus. Même sans titre cette saison, les efforts de John Calipari seront donc reconnus à leur juste valeur. Tout comme le travail qu'il a accompli depuis 1988, l'année où il a assumé pour la première fois des responsabilités de coach principal.

ESPN indique que John Calipari a recueilli les dix-huit voix favorables nécessaires sur les 24 disponibles pour être intronisé au Temple de la renommée. Et ce pendant que dix autres finalistes, Dikembe Mutombo, Tim Hardaway, Spencer Haywood, Kevin Johnson, Lisa Leslie, Jojo White, Leta Andrews, Bill Fitch, Robert Hughes et Dick Bavetta, patientent encore. Son rival de la veille, le coach de Wisconsin, Bo Ryan, n'a quant à lui pas reçu assez de voix pour recevoir la même distinction. Une revanche sur son bourreau ? Non, car John Calipari a su rendre hommage à son adversaire une fois ses rêves de titre envolés :

« Il faut rendre hommage à Wisconsin : ils nous ont fait subir ce qu'on a fait subir toute la saison aux autres équipes. »

Autrement dit, ce que John Calipari entend combattre au quotidien depuis plus de vingt ans : la défaite.

Le maître de Kentucky

Durant les 38 rencontres de la saison régulière, John Calipari n'a pas connu le goût amer de la défaite. Wisconsin le lui a rappelé. A un moment fatal. L'annonce officielle de l'intronisation du coach de 56 ans interviendra lundi, à Indianapolis. Là où son équipe a craqué. Là où il aurait pu remporter un second tournoi NCAA. Le premier, remporté à la tête des Wildcats, remontant à 2012. Mais ce titre n'était qu'une réussite parmi tant d'autres dans la carrière de celui-ci.

1988. Après des expériences en tant que coach assistant du côté du Kansas, et de Pittsburgh, John Calipari fait le grand pas. Direction l'UMass, et une première saison mitigée. Son bilan : dix victoires et dix-huit défaites. Mais John Calipari laissera une trace même dans le Massachusetts. Le coach universitaire hissera ainsi trois équipes de NCAA dans le Final Four. L'UMass en 1996. Memphis en 2008. Puis, bien sûr, Kentucky. Avec ses Wildcats, John Calipari a disputé quatre Final Four lors des cinq dernières années. Des épopées dont la plus fabuleuse, en 2012. Dans chacune de ces trois équipes, John Calipari sera reconnu pour son travail. Remportant une fois le titre de coach de l'année. Le dernier lui a été décerné aujourd'hui, pour cette fameuse saison qui a épaté tout le monde.

[html]

[/html]

Quand le maître veut rejoindre ses élèves

La NBA ? John Calipari s'y est essayé. Chez les New Jersey Nets, d'abord. Entre 1996 et 1999, il s'est assis sur les bancs de la Grande Ligue en tant que coach principal. Puis a rejoint les Sixers, pour une expérience en tant que coach assistant la saison suivante. Deux expériences qui traînent sur son CV, entre l'UMass et Memphis.

« Il y tient vraiment. Il ne le proclamera pas haut et fort. La NBA est la seule ligue où il a échoué et ça le rend fou. Il n’est plus le même coach que lorsqu’il est arrivé. Il n’était pas prêt et il l’est désormais » lâchait un dirigeant NBA pas plus tard que le mois dernier.

S'il n'a pas beaucoup coaché en NBA, il connaît bien beaucoup de ses membres. Et ce pour les avoir eu dans ses rangs. John Wall, DeMarcus Cousins, Eric Bledsoe, Brandon Knight, Anthony Davis, Michael Kidd-Gilchrist ou encore Nerlens Noël ont évolué sous ses ordres à Kentucky. A Memphis, John Calipari a également fait grandir Derrick Rose et Tyreke Evans.

En entrant au Hall of Fame, John Calipari sera désormais l'égal de Jim Boeheim, Larry Brown, Mike Krzyzewski, Chris Mullin, Rick Pitino et Roy Williams, six coaches universitaires qui ont été intronisés au Temple en activité. Il rêvait peut-être de remporter une deuxième fois le tournoi NCAA, puis de rejoindre ses anciens élèves de la Grande Ligue. Avec cette saison régulière, le rêve était parfait. Ou presque. Car Wisconsin a tué John Calipari. Mais vive le roi !