Jrue Holiday a subi le racisme de la police, sa femme raconte

Jrue Holiday a déjà été confronté au racisme de la police américaine. Le récit de sa femme Lauren à ce sujet est malheureusement édifiant.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Jrue Holiday a subi le racisme de la police, sa femme raconte

Jrue Holiday n'est pas qu'un super joueur de basket, ancien All-Star et meneur très respecté en NBA. C'est aussi un homme sans histoires, dont le couple avec l'ancienne star du soccer Lauren Holiday (ex Cheney) est l'un des plus populaires du sport américain. Dans un texte paru dans le Players' Tribune, Lauren a pris la plume pour raconter quelques mésaventures qu'elle et son mari ont connues depuis qu'ils sont ensemble. L'une d'entre elles l'a particulièrement marquée, puisqu'elle a vu le meneur des New Orleans Pelicans être maltraité par des officiers de police sans la moindre raison valable.

"J'étais en voiture avec ma belle-soeur, la soeur de Jrue. [...] Nous venions de finir notre entraînement matinal et étions en voiture pour aller prendre un Starbucks. Soudain, on a vu une voiture de police se mettre dans la même file, derrière nous. J'ai continué à conduire. Ce n'est que quelques minutes plus tard que la sirène a retenti.

Nous étions dans une rue fréquentée, donc je me suis mise dans un parking vide. Au mégaphone, l'officier m'a ordonné de sortir de la voiture. Il a demandé mon permis. Je ne l'avais pas sur moi et ma belle-soeur non plus. Instinctivement, elle a appelé Jrue sur Facetime pour lui expliquer la situation. J'ai été frappée de voir la vitesse avec laquelle elle est passée à l'action en se rendant compte de la possible gravité de la situation. Je me rends compte aujourd'hui que ce sens de l'urgence que je n'avais pas porte un nom : le privilège blanc.

Lisez Kyle Korver sur le privilège blanc, c’est puissant

Par chance, Jrue était à la maison, à cinq minutes de là. [...] Il est arrivé avec son père quelques minutes plus tard. Il est sorti de la voiture est s'est calmement approché avec nos permis de conduire à la main. Je n'oublierai jamais ce qu'il s'est produit ensuite.

Ils ont menotté Jrue. Vraiment. Le policier savait avant qu'il n'arrive que Jrue était mon mari, qu'il allait se présenter sur les lieux et pour quelle raison. Malgré ça, Jrue n'aurait pas pu afficher davantage de calme et de déférence dans sa manière d'approcher. Tout ce que le flic a vu, c'est un grand homme noir sortir d'une voiture. Apparemment, c'était suffisant. Il est venu vers Jrue et a claqué ses menottes sur lui.

Jrue est resté calme comme il l'est toujours. J'étais livide et je demandais des réponses, en insistant sur le fait que mon mari n'avait rien fait. [...] L'image qui me reste, c'est celle du visage de sa soeur. La manière dont elle a réagi m'a fait prendre conscience du danger dans lequel il se trouvait. Elle était terrifiée et paralysée par la peur. [...] Elle savait que la moindre interaction avec la police pouvait potentiellement être fatale. Le moindre souffle en présence d'un flic peut être ton dernier".

Ce n'est qu'après l'arrivée d'un deuxième officier que la situation s'est détendue. Jrue Holiday et sa femme ne savent toujours pas si l'homme est venu prévenir son collègue qu'il s'agissait d'un joueur NBA ou s'il lui a simplement fait observer l'illégalité de sa démarche. Toujours est-il que Holiday a été relâché sans explication, pendant que sa compagne recevait une amende parce que les vitres de son véhicule étaient trop teintées...

Comme le clament avec pertinence tous les joueurs NBA impliqués dans le mouvement Black Lives Matter, être riches ne les préserve pas du racisme des forces de l'ordre aux Etats-Unis. Cette histoire en est un nouvel exemple, heureusement pas aussi dramatique que d'autres.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest