Karl-Anthony Towns, déjà la saison de l’explosion ?

Karl-Anthony Towns n'a qu'un an de NBA derrière lui. Pourtant, l'intérieur des Wolves a déjà l'air prêt à conquérir la ligue et à ramener son équipe sur le devant de la scène.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Karl-Anthony Towns, déjà la saison de l’explosion ?
On a beau avoir tenté de militer pour que Karl-Anthony Towns devienne Karl Towns, par paresse et souci de commodité. Peine perdue, il semblerait bien qu'il y ait consensus : la NBA et ses acteurs ont décidé de s'en tenir au prénom composé. Autre consensus, nettement plus intéressant que cette parenthèse parfaitement inutile : Towns est un monstre et cette saison qui s'annonce pourrait déjà lui permettre de s'installer comme l'un des meilleurs joueurs de la ligue. Rien que ça, oui. [caption id="attachment_312830" align="alignright" width="318"] "KAT" a remporté le Skills Challenge généralement réservé aux meneurs...[/caption] Certes, le rookie de l'année 2016 joue pour une franchise qui ne s'est pas qualifiée pour les playoffs depuis 13 ans et, à l'exception de la saison 2003-2004, n'a jamais dépassé le 1er tour... Mais le vent est en train de tourner à Minneapolis et c'est en partie parce que les Wolves peuvent s'appuyer sur le potentiel et le niveau déjà effrayant de leur jeune intérieur. Il y a trois ans, on pensait que c'est autour d'Andrew Wiggins que s'articulerait l'avenir de "Minny". Le Canadien n'est pas à enterrer et il faut lui laisser le temps de découvrir quelle sera sa place sur l'échiquier de la ligue, mais on peine à l'imaginer en franchise player unique comme lorsqu'il a débarqué en provenance de Kansas. La personnalité polarisante de ce groupe, c'est bien "KAT". Moins discret, plus affable que Wiggins, Towns a crevé l'écran pour sa première saison en NBA, malgré un contexte particulier après le décès d'un homme avec qui il avait déjà noué des liens forts : Flip Saunders. Le Jersey boy (il est né à Piscataway) d'origine dominicaine (il est international) a marqué les esprits sur le plan statistique (18.3 points, 10.5 rebonds, 2 passes et 1.7 contre de moyenne à 54.2%) et psychologique. Si DeMarcus Cousins et Anthony Davis, souvent décrits comme des prototypes de big men jamais vus auparavant, ont été encensés par la critique ces dernières années, Towns a l'opportunité de susciter encore plus d'émoi. http://www.dailymotion.com/video/x4azfz9_karl-anthony-town-2016-highlights-rookie-of-the-year_sport Plus stable sur le plan du caractère que "Boogie" sans avoir rien à lui envier en termes de ball handling et a priori moins exposé aux caprices de son corps que "Unibrow" tout en affichant des qualités défensives similaires, le garçon dispose d'un arsenal déjà très complet. On a encore en tête ces séquences face aux Warriors où il s'est retrouvé à défendre sur Stephen Curry avec une efficacité très respectable sur les switches grâce à sa mobilité exceptionnelle pour un joueur de 2m13. http://www.dailymotion.com/video/x42cubi_karl-anthony-towns-est-il-le-stephen-curry-stopper_sport

All-Star dès cette année ?

Ne lui manquent finalement qu'un peu de bouteille, de dureté et de malice. C'est en cela que deux hommes, qui ont collaboré du côté de Boston, ont un rôle-clé à jouer dans son développement dès la rentrée. Kevin Garnett,  d'abord, dont on ne sait pas encore s'il poursuivra sa carrière, restera dans tous les cas dans l'entourage de l'équipe puisqu'il souhaite en devenir l'un des futurs actionnaires. Le Big Ticket a déjà pris "KAT" sous son aile la saison passée pour lui apprendre les ficelles et les rudiments du métier et l'inspirer par son éthique de travail. On l'a vu communiquer abondamment avec son padawan sur le banc avec le "tough love" qu'il affectionne tant. Des leçons qui continueront quoi qu'il advienne dans les mois et les années qui viennent.
"Son personnage est ce qu’il est mais quand vous êtes coéquipiers, il vous respecte. Vous découvrez toutes les facettes de KG. Il n’y a personne d’autre que je voudrais plus comme coéquipier que Kevin Garnett et j’ai été béni de l’avoir à mes côtés une année entière et d’avoir pu le considérer comme un ami", avait-il déclaré à USA Today.
[caption id="attachment_268523" align="alignleft" width="318"] Tom Thibodeau peut faire de Karl-Anthony Towns une véritable machine de guerre.[/caption] Tom Thibodeau, nouveau patron sportif de la franchise, semble lui être le coach idéal pour faire progresser tactiquement Towns et lui aider à acquérir un QI basket à la hauteur de celui des meilleurs joueurs du monde. La venue de l'ancien gourou défensif des Celtics et ex-coach des Bulls s'accompagnera évidemment de longues séances de tableau noir comme "Thibs" les affectionne, dans un cocktail d'exigence et de bienveillance dont la pépite de 20 ans tirera forcément profit.
"Je suis très reconnaissant de ce que m'a apporté Sam Mitchell, mais j'ai aussi hâte de travailler avec Tom Thibodeau. C'est certain, je profiterai jusqu'à la fin de ma carrière de tout ce qu'il m'apprendra. J'ai vraiment envie de voir ce qu'il enseigne sur le plan défensif", se languissait Towns sur Bleacher Report en mai dernier.
Dans l'hypothèse où les jeunes Wolves se qualifieraient pour les playoffs, les distinctions et les honneurs afflueront forcément vers le pivot. Pourquoi ne pas imaginer, déjà, une sélection pour le All-Star Game (Blake Griffin l'avait été dès sa saison rookie, Kyrie Irving lors de sa saison sophomore) ? Plusieurs coaches éminents se sont montrés dithyrambiques à son sujet et c'est l'un d'entre eux (sans doute Steve Kerr ou Gregg Popovich) qui auront le dernier mot à ce sujet au mois de février. Quitte à être optimiste concernant Karl-Anthony Towns, pourquoi ne pas carrément le considérer comme un candidat au top 10 du classement du MVP en fin de saison ? La concurrence étant terrible dans cette course, "KAT" pourra au moins se réjouir d'être l'une des têtes d'affiche chez les joueurs de Fantasy League. Grâce à son PER phénoménal de l'an dernier, il est déjà annoncé comme un concurrent de taille pour Stephen Curry, LeBron James, Kevin Durant et Anthony Davis pour être sélectionné le plus fréquemment en première position par les geeks de la balle orange...

Les stats de Karl-Anthony Towns

Year Team G Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3PT% FTM FTA FT% Off Def Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
2015-16 MIN 82 32:01 7.6 14.1 54.2 0.4 1.1 34.1 2.7 3.4 81.1 2.8 7.7 10.5 2.0 2.2 0.7 1.7 3.0 18.3
Totals 82 32:01 7.6 14.1 54.2 0.4 1.1 34.1 2.7 3.4 81.1 2.8 7.7 10.5 2.0 2.2 0.7 1.7 3.0 18.3
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest