Quelles stars seront échangées cet été, où et contre qui ?

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

La plupart des principaux Free Agents ont déjà signé leur nouveau contrat. Mais d’autres joueurs majeurs sont susceptibles de changer de franchise dans les prochaines semaines. Pronostics.

Il est a priori plus facile pour une franchise d’acquérir une superstar confirmée en la recrutant directement sur le marché des agents libres. Mais les temps changent. Les meilleurs basketteurs de la ligue n’hésitent plus à reprendre le contrôle de leur avenir en forçant leur transfert avant l’expiration de leur contrat. Kyrie Irving, Carmelo Anthony et Paul George, trois All-Stars, ont ainsi été échangés lors de la dernière intersaison. Après avoir réclamé leur départ. Un exemple suivi par Kawhi Leonard, qui fait lui aussi pression pour quitter les San Antonio Spurs.

Le MVP des finales est susceptible de changer d’équipe dans les prochaines heures, semaines ou mois. Allez savoir. Et il ne sera peut-être pas le seul joueur majeur* à bouger d’ici la reprise des camps d’entraînement. Le point sur cinq joueurs et donc cinq situations délicates.

*Par « joueurs majeurs », nous entendons les stars au sens large, pas nécessairement All-Stars mais parmi les deux premières options offensives de leur équipe.

Kevin Love (Cleveland Cavaliers)

Pourquoi les Cleveland Cavaliers chercheraient-ils à s’en séparer ?

Le nom de Kevin Love a circulé quasiment sans interruption dans le flot des rumeurs NBA depuis sa première année au sein de la franchise de l’Ohio. Parce qu’il constituait la meilleure monnaie d’échange pour renforcer une équipe imparfaite. Les Cavaliers ont fini par gagner avec leur intérieur, redevenu All-Star et libéré mentalement par le sacre.

C’est justement à l’approche de la Free Agency de LeBron James que les dirigeants auraient indiqué avec insistance qu’ils ne comptaient pas transférer Love, même en cas de départ du King. Les spéculations sur un échange de l’ailier-fort ont pourtant repris de plus belle dès l’annonce de la décision de James de rejoindre les Los Angeles Lakers.

Les Cavaliers peuvent tenter de jouer les playoffs. Surtout au sein d’une Conférence Est dévastée. Ils ont des vétérans expérimentés et des jeunes joueurs aux dents longues. Love peut s’imposer comme la pierre angulaire de l’équipe et rappeler à tous le joueur qu’il était avant d’être rameuté à Cleveland. Mais le front office peut aussi prendre une autre route, moins populaire, et anticiper le départ de sa star – qui dispose d’une option sur la saison 2019-2020 – en obtenant des assets en contrepartie. Le tanking n’est que rarement apprécié mais c’est une voie quasiment obligatoire pour toute équipe en transition, surtout s’il s’agit d’un petit marché peu attractif.

Pourquoi Kevin Love voudrait partir ?

Parce qu’il a bien mérité un break loin de l’Ohio. Il a l’expérience des finales NBA, il serait nettement mieux au sein d’une équipe candidate aux playoffs ou même au titre.

Une proposition pour Kevin Love : Les Portland Trail Blazers

Portland est déjà dans le rouge financièrement. La franchise n’a donc pas beaucoup de possibilité pour passer un cap. C’est problématique. Damian Lillard et C.J. McCollum, qui approchent doucement de leur apogée, réclament du soutien. Love serait une troisième option offensive idéale au sein d’un système où les shooteurs sont mis en avant. Il apporterait de la diversité à une équipe trop dépendante de ses deux pistoleros en attaque. Sa capacité à étirer le jeu serait d’ailleurs bénéfique aux deux arrières de l’Oregon – un état où Kevin Love a passé une majeure partie de son enfance.

OPTION A

PORTLAND REÇOIT : Kevin Love (24,1 M, expire en 2019 avec option jusqu’en 2020).

CLEVELAND REÇOIT : Un premier tour de draft (2019), Meyers Leonard (11,2 M, 2020), Al-Farouq Aminu (6,9 M, 2019), Zach Collins (3,6 M, 2022).

Voilà la proposition qui peut satisfaire McCollum et Lillard vu qu’aucun des deux ne serait échangé dans ce cas-là. La contrepartie peut sembler faible mais il ne faut pas oublier que Kevin Love a une option sur sa prochaine saison à 25,5 millions de dollars. Cleveland peut le perdre sans rien obtenir en échange en 2019. Il y a tout de même là deux atouts intéressants : le pick, évidemment, mais aussi le prometteur Zach Collins.

Le choix de draft serait probablement assez bas, les Blazers sortant vainqueurs du transfert dans l’immédiat – et donc candidat à l’une des quatre ou cinq premières places à l’Ouest. Mais ce transfert a un sens seulement si les Cavaliers décident de reconstruire de zéro. Le départ de Love ferait régresser l’effectif et permettrait donc à Cleveland de piocher éventuellement dans le top dix en 2019. Tout en ayant un pick supplémentaire.

OPTION B

PORTLAND REÇOIT : Kevin Love (24,1 M, expire en 2019 avec option en 2020).

CLEVELAND REÇOIT : C.J. McCollum (25,7 M, expire en 2021).

Portland peut essayer de forcer la main en demandant au moins un pick pour apaiser la perte de sa star, ami de Lillard. Surtout avec l’option qui plane sur le contrat de Love.

Une proposition pour Kevin Love : Les Denver Nuggets

La franchise du Colorado n’était déjà pas loin de le récupérer via un échange à trois avec les Cavaliers et les Indiana Pacers l’an dernier. Son association avec Nikola Jokic peut faire des étincelles.

DENVER REÇOIT : Kevin Love (24,1 M, expire en 2019, avec option en 2020), Kyle Korver (7,5 M, expire en 2020), Kendrick Perkins (2,4 M non garantis).

CLEVELAND REÇOIT : Paul Millsap (29,2 M, avec option équipe en 2020), Darrell Arthur (7,4 M, expire en 2019), premier tour de draft 2019

Les Nuggets veulent dégraisser. Un premier tour de draft reste le prix à payer. Les Cavaliers ne seraient pas trop impactés financièrement au-delà de la prochaine saison étant donné qu’ils peuvent couper Millsap en 2019. Love pourrait éventuellement quitter Denver au même moment mais une belle saison avec un bon groupe bien coaché peut peut-être le convaincre de rester et d’enfin ramener la franchise dans la lutte pour l’une des cinq premières places à l’Ouest.

Une proposition pour Kevin Love : Les Milwaukee Bucks

Les Bucks ont besoin d’un shooteur pour étirer leurs lignes. Ils ont d’ailleurs un joli coup à jouer à l’Est et se renforcer avec un joueur de cette trempe peut les aider à passer un cap.

MILWAUKEE REÇOIT : Kevin Love (24,1 M, expire en 2019 avec option en 2020), Kyle Korver (7,5 M, expire en 2020).

CLEVELAND REÇOIT : Un premier tour de draft 2019, Matthew Dellavedova (9,6 M, expire en 2020), Tony Snell (10,6 M, expire en 2021), Mirza Teletovic (10 M, expire en 2019).

Cleveland n’obtient pas de grande contrepartie mais récupère tout de même un jeune ailier, Tony Snell, capable de briller en attaque comme en défense. Ainsi que le chouchou du public Matthew Dellavedova.

Lire la suite