Kevin Burleson, le joueur NBA qui a raté… 35 tirs de suite !

Kevin Burleson, le joueur NBA qui a raté… 35 tirs de suite !

L’histoire malheureuse de Kevin Burleson, un joueur du bout du banc qui est entré dans les anales d’une bien triste manière.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / NEWS

Vous ne connaissez pas Kevin Burleson. Sauf si vous êtes un fan hardcore des Charlotte Bobcats (si jamais ça existe ?) ou bien un passionné de NFL. En effet, Al, son père, et ses frères Nate, Lyndale et Alvin Jr ont tous joué au foot US. Kevin, lui, a donc choisi le basket. Et ça lui a plutôt réussi puisqu’il a fait un cursus complet à Minnesota avant de finalement débarquer en NBA, en 2006, après deux années passées en Allemagne.

C’est donc aux Bobcats qu’il a essayé de faire son trou dans la grande ligue. La franchise venait d’être créée un an plus tôt et elle squattait les bas-fonds des classements. Les dirigeants n’avaient donc rien à perdre en testant Burleson. Surtout au bout du banc. Mais le coach Bernie Bickerstaff lui a fréquemment sa chance dans le « garbage time ». Sauf que le meneur s’est illustré… en enchaînant brique sur brique.

En faisant des recherches, un utilisateur de Reddit a mis en lumière une série hallucinante et peu glorieuse de Kevin Burleson. Il montre comment le joueur a manqué 35 tirs de suite entre janvier et mars 2006. 35 tirs de suite. C’est énorme ! Aucun basketteur NBA n’a connu une période aussi délicate en termes d’adresse. Même Shaquille O’Neal, qui était catastrophique aux lancers-francs, n’a jamais réussi à en rater plus de 12.

L’internaute passionné de balle orange donne même une probabilité très parlante : les chances de rater 35 tirs de suite en prenant 88 tirs (le total de shoots pris par Burleson sur l’ensemble de la saison 2005-2006) est à peine supérieur à 0%. Même en replongeant dans nos souvenirs, on peine à imaginer un joueur, même sur un playground ou au fin fond du championnat département de la Creuse, qui aient un jour raté 35 tirs de suite.

Alors, évidemment, Kevin Burleson ne les a pas tous manqués le même soir. Et c’est là où c’est traître. Il ne jouait que des bouts de matches. 8 minutes en moyenne. Avec à chaque fois seulement quelques possessions pour se mettre en valeur. Donc rarement le temps de se mettre en rythme. Il n’empêche qu’il prenait parfois quatre ou cinq tirs et ratait tout quand même.

Les Bobcats l’ont coupé à l’issue de la saison. Sans surprise. Il a ensuite bourlingué en G-League avant de finir sa carrière en Egypte… Burleson est désormais un assistant coach aux Timberwolves. Un rôle qui lui convient sans doute mieux. En espérant qu’il ne donne pas de conseils sur le tir aux jeunes joueurs de Minnesota.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest