132 IND
112 BKN
113 WAS
117 TOR
101 NYK
103 BOS
116 PHI
115 ORL
112 MIA
113 CHA
116 CHI
118 DET
140 DAL
136 MIN
119 DEN
91 PHO
121 POR
108 SAS
115 LAL
124 HOU

Kevin Durant : « On savait qu’Harden finirait par se fatiguer »

BasketSessionPar BasketSession Publié

Les Golden State Warriors de Kevin Durant n’ont pas paniqué après avoir compté 11 points de retard à la pause. Ils ont juste attendu que la superstar des Houston Rockets craque pour accélérer le rythme.

Ils ont manqué de jus. Les Houston Rockets ne sont vraiment pas passés loin d’une qualification pour les finales NBA. Mais ils n’avaient plus les jambes. Plus l’énergie. Asphyxiés par l’événement mais aussi par le poids des matches et des possessions étouffantes. Pour Kevin Durant, la fatigue a évidemment joué un rôle sur le score final (101-92 pour les Golden State Warriors).

« James [Harden] dribble tellement à chaque possession. On savait qu’il finirait par se fatiguer à un moment donné. Je pense qu’ils étaient tous fatigués à force de switcher autant en défense et de mettre du rythme en attaque. Ils ont beaucoup tiré à trois-points et nous avons de la chance qu’ils n’en ont mis que sept. »

Les Warriors étaient peut-être plus frais. Ils ont trouvé les ressources mentales et physiques pour aller chercher ce Game 7 à l’extérieur. Notamment à la faveur d’un énorme troisième quart temps (33-15). D'ailleurs pile au moment où les Rockets ont craqué. Au bout du rouleau, ils ont envoyé brique après brique derrière la ligne à trois-points. 27 ratés de suite à cheval entre la second et le quatrième quart temps. Des jambes trop lourdes, des joueurs plus à mêmes de se concentrer pleinement sur leurs tirs, des bras trop courts… le tir est une épreuve psychologique. Les manqués ont donc entraîné d’autres manqués.

Mike D’Antoni a peut-être fait les frais de sa rotation serrée. L’absence de Chris Paul, touché à la jambe, a aussi pesé. Son forfait a d'ailleurs mis beaucoup de pression sur les épaules de James Harden, unique prince de l’isolation à outrance. Ce n’est pas une manière de le blâmer. Les Rockets se sont axés autour de ce système. Ils l’ont respecté jusqu’au bout. En vain.

Via ESPN