105 LAC
113 GSW
85 ORL
107 TOR
98 OKC
111 POR

Kevin Seraphin : « Maintenant, je suis mieux préparé pour la saison NBA »

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Forfait lors de l'Eurobasket, Kevin Seraphin ne regrette pas son choix. Il se sent d'attaque pour la prochaine saison NBA à venir.

Kevin-Seraphin-350Son choix a été l'un des plus discutés. En supposant que la plupart des analystes et que peut-être même Vincent Collet s'étaient mis en tête que Joakim Noah ne viendrait pas en équipe de France cet été, le forfait de Kevin Seraphin fut celui qui a fait couler le plus d'encre. Contrairement à Ronny Turiaf, Ali Traoré ou même Rudy Gobert, l'intérieur guyanais n'était pas blessé. Simplement, le jeune joueur (23 ans) a préféré - probablement un peu influencé par la direction de sa franchise - faire l'impasse sur l'Eurobasket en Slovénie afin de bosser dur aux Etats-Unis. A la compétition continentale, le Wizard a donc préféré les workouts individuel, ce que Boris Diaw avouait hier "personnellement ne pas comprendre. C'est un sport collectif, c'est en équipe que l'on progresse, pas seul dans un gymnase." Les Bleus sont désormais champions d'Europe et Seraphin, qui a tout de même essuyé une gueulante de Jacques Monclar sur RMC à l'époque de sa forfait, s'est tenu à son programme et il n'a pas le temps pour les regrets (né pour amener ma part de progrès... ) :

"Je suis content pour eux. Ce n'est pas que je ne voulais pas y aller. Bien sûr que je voulais jouer avec eux. Des fois vous devez faire des sacrifices. Je devais faire des sacrifices cet été pour progresser et élever mon niveau de jeu et c'est ce que j'ai fait", résumait Kevin Seraphin au reporter du Washington Post.

Très attendu vu qu'il arrive dans sa "contrat year" - sa dernière année de contrat - l'ancien joueur de Cholet doit désormais franchir un cap s'il entend perdurer dans la ligue. On l'a bien compris, le garçon a bossé cet été. Mais comment ? Visiblement, il a surtout éliminé de la graisse afin d'être plus mobile :

"Je suis plus affûté. Je suis plus explosif, plus rapide et je peux jouer plus longtemps à un niveau d'intensité élevé."

Randy Wittman sera ravi de l'apprendre, encore faut-il que le coach fasse jouer le bonhomme. Et ça, ce n'est pas encore gagné vu les tendances du tacticien des Wizards. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Kevin Seraphin va pouvoir profiter de la blessure d'Emeka Okafor (qui pourrait manquer plusieurs mois...) pour s'illustrer au sein du collectif de Washington.

"J'étais un peu énervé (pour lui) parce que Mek' est un super type. Il bosse dur. Il m'aide et il me donne des conseils. Mais maintenant j'ai une chance. Cette ligue, c'est une histoire d'opportunités. Maintenant, je dois élever mon niveau. Je pourrais avoir plus de temps de jeu, je dois me préparer à ça. Je dois être prêt pour le début de la saison."

 

"L'année dernière, je n'étais pas vraiment prêt car c'était ma première saison. Je ne savais pas à quoi m'attendre. Maintenant je sais. Je sais comment tout fonctionne. Je suis plus mature et mieux préparé."

Sans en remettre une couche, on rappellera que ses performances intéressantes lors de l'Eurobasket 2011 puis lors de son passage à Vitoria semblait l'avoir fait prendre une nouvelle dimension. Le pivot français sera désormais en concurrence avec Jan Vesely, très performant durant l'Euro avec la République Tchèque, et Trevor Booker, lui aussi resté bosser dans la capitale fédérale durant l'été. Emeka Okafor ne se fait cependant aucun soucis pour le Guyanais :

"Seraphin il a un truc qui est essentiel dans cette ligue : de la confiance en soi. C'est un mec qui a une bonne éthique de travail, il a un super touché de balle près du panier et il veut apprendre. Il était concentré, il a beaucoup travaillé cet été. Et je pense que tout ça va lui donner beaucoup de confiance pour le début de la saison."

Plus de confiance qu'une première médaille d'or pour la sélection nationale ?