117 CHA
119 MEM
112 ORL
97 PHI
140 BOS
133 WAS
102 HOU
93 LAC
129 MIN
114 SAS
120 LAL
94 GSW
106 POR
114 TOR

Le théorème de Khris Middleton ou pourquoi les Bucks ont créé la surprise

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Avant le début de la saison, nous avions mis au point une formule pour évaluer les Milwaukee Bucks. Elle est plus que jamais d'actualité.

Les Milwaukee Bucks disputent un Game 6 décisif sur leur parquet cette nuit. S'ils perdent, les joueurs de Jason Kidd quitteront les playoffs. Mais la tête haute. Car la petite franchise du Wisconsin a surpris son monde lors des trois derniers mois. Ou plutôt depuis le retour de Khris Middleton. L'arrière est un pur 2-way player et sa présence a changé la donne. Il ne suffit pas à faire de son équipe un outsider pour le titre mais il les place exactement où nous les avions attendu : entre la cinquième et la neuvième place avec un vrai potentiel de poil à gratter à l'Est. Voici donc notre article du 12 septembre 2016, republié car finalement toujours d'actualité. 

Des joueurs comme Khris Middleton, il y en a un paquet en NBA. Un mec solide, un titulaire indiscutable capable d'apporter une quinzaine, voire une vingtaine de points par match. Un joueur suffisamment fort pour se forger une longue carrière dans la ligue mais encore trop limité pour prétendre au statut de star. Mais des gars comme Middleton, en vérité, il n'y en a pas tant que ça. Un arrière un peu à l'ancienne, très bon shooteur, qui défend sa position, peut créer du jeu balle en main, possède une belle lecture du jeu ainsi qu'une qualité de passe intéressante. Un profil complet. Propre. Trop loin du All-Star Game mais trop important pour être transféré sans réclamer du lourd en échange -- les Milwaukee Bucks ont notamment refusé de le céder en contrepartie de Ricky Rubio.

Khris Middleton, quelque part, c'est peut-être le meilleur des joueurs NBA dont tout le monde se fiche. Le mec respecté au sein de toutes les organisations mais inconnu du public le plus large.

Et ce sont justement les mecs de sa trempe qui permettent de jauger parfois certaines équipes pas assez fortes pour viser le titre mais bien trop armées pour tanker. Et ça, ça nous donne le théorème de Middleton.

Première hypothèse : Si Khris Middleton est ton meilleur joueur....

[superquote pos="d"]"Khris Middleton, c'est le meilleur des joueurs NBA dont tout le monde se fiche"[/superquote]... Ta franchise est en reconstruction et risque bien de passer par la case draft pour essayer de mettre la main sur une superstar. Les joueurs phares sont censés, entre autres, être à même de débloquer leurs coéquipiers des situations les plus compliquées en faisant la différence -- parfois seul -- balle en main. Middleton en est capable. Il a ce côté "Ray Allen du pauvre", autrement dit ce côté "Michael Redd" (un autre ancien des Bucks), à savoir un arrière adroit de loin mais aussi efficace sur pick-and-roll. Mais il n'a pas la carrure d'une première option sur l'intégralité d'une saison, du moins pas pour une équipe candidate aux playoffs. Vous voyez une équipe drivée principalement par Rudy Gay aller loin ? Non. Et bien c'est le même principe.

Le joueur de 24 ans est plus intéressant lorsqu'il est idéalement servi sur catch-and-shoot (43% derrière l'arc dans ces situations) et il peut donc plus judicieux de l'associer à un autre attaquant d'élite en mesure de capter l'attention de la défense.

Deuxième hypothèse : Si Khris Middleton est ton lieutenant de luxe...

[superquote pos="d"]Les Milwaukee Bucks entre la deuxième et la troisième hypothèse[/superquote]... Ta franchise peut éventuellement viser les playoffs, notamment au sein d'une Conférence plus faible (regards pointés vers la cote Est des Etats-Unis). Avec ses qualités de shooteur et son habilité à driver vers le cercle, l'ancien pensionnaire des Detroit Pistons a le profil pour accompagner une star en attaque. Avec 18,2 points par match, il était tout simplement le meilleur marqueur de sa franchise la saison passée. Il plantait même plus de 20 pions par rencontre en janvier et février avant de baisser en productivité -- mais de gagner en efficacité (et c'est un point primordial) -- lorsque Jason Kidd a confié les clés du jeu à Giannis Antetokounmpo.

Les Bucks et Middleton jouaient mieux quand ce dernier a été basculé dans un rôle de deuxième option (voire troisième, nous y viendrons) lors des vingt derniers games de la saison.

Troisième hypothèse : Si Khris Middleton est ta troisième option...

L'associer à deux attaquants plus forts est la garantie de pouvoir compter sur un troisième élément intraitable lorsqu'il dispose de suffisamment d'espaces pour shooter ou attaquer le cercle après que ses meilleurs coéquipiers aient créé les décalages nécessaires. Middleton convertissait plus de 57% de ses tirs ouverts la saison dernière. Mais plus de la moitié de ses tirs étaient contestés, et c'est ce qui arrive lorsqu'un joueur est ciblé par la défense adverse. Si les franchises NBA possèdent souvent un, voire même deux pour les mieux fournies, stoppeurs extérieurs, rares sont celles à pouvoir se targuer d'une troisième défenseur capable d'éteindre une troisième option aussi talentueuse qu'un gars de la trempe de l'arrière des Milwaukee Bucks.

Dernière hypothèse : Si Khris Middleton est ton quatrième meilleur joueur...

Khris Middleton... Ta franchise peut viser gros. Le titre NBA. Imaginez seulement si les Golden State Warriors avaient joué les finales avec Khris Middleton à la place d'Harrison Barnes, leur quatrième option offensive à l'époque ? Injouables. INJOUABLES.

Le verdict pour les Milwaukee Bucks ? Actuellement, Middleton est peut-être le deuxième meilleur joueur de la franchise, en passe de perdre son statut de lieutenant d'Antetokounmpo au profit d'un Jabari Parker prêt à exploser. En d'autres termes, les Bucks sont entre la deuxième et la troisième hypothèse. Une équipe destinée à terminer entre la cinquième et la neuvième place de la Conférence Est. L'équipe de Kidd est peut-être encore un peu trop short pour espérer mieux qu'une simple qualification en playoffs. Mais elle a le potentiel pour rapidement s'imposer comme du poil à gratter à l'Est.

A vous désormais de trouver le Khris Middleton de votre équipe favorite et d'appliquer ses quelques règles afin d'évaluer ses chances de briller cette saison.

Khris Middleton en bref :

25 ans, quatre saisons NBA. 2,03 mètres et 106 kilos. Arrière/ailier. Statistiques en 2015-2016 :
18,2 points à 44% aux tirs, 39% à trois-points, 3,8 rebonds, 4,2 passes et 1,7 steal en 36 minutes.
Net Rating : -0,1, PER : 16,85.