Klay Thompson, facteur X malgré sa blessure

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Incertain juste avant le coup d’envoi du match en raison d’une entorse à la cheville, Klay Thompson a tenu son rang. Il a même été lors des hommes clés de la victoire des Golden State Warriors dans ce Game 2.

Les Golden State Warriors ont eu chaud. Ils ont retenu leur souffle quand J.R. Smith a « taclé » Klay Thompson dans le premier quart temps du Game 1 des finales NBA 2018. L’arrière All-Star californien a été contraint de retourner des vestiaires. Mais il a pris sur lui et il est tout de même revenu sur le parquet quelques minutes plus tard, contribuant ainsi à la victoire des siens (24 points). En revanche, il a peut-être aggravé sa blessure en jouant malgré la douleur. Il était donc incertain pour le Game 2. Et ce encore quelques heures avant le coup d’envoi.

« Ça me faisait mal mais j’ai suivi le traitement comme il fallait. Je me suis dit que ma cheville serait gonflée cet été », explique Klay Thompson, décidément déterminé à jouer toutes les finales tout en étant diminué.

Une attitude de guerrier qui lui vaut les louanges de ses coéquipiers.

« C’est sans doute le mec le plus dur avec qui j’ai joué », notait pour sa part son coéquipier Draymond Green.

La gâchette est très précieuse pour son équipe. Thompson l’a encore prouvé cette nuit. Il a donc pris sur lui. Il a serré les dents pour tenir sa place de titulaire. Et il a donc joué 34 minutes cette nuit ! Plus fort encore, il a rentabilisé son temps de jeu avec 20 points inscrits à 8/13 aux tirs. Il n’a peut-être pas eu l’impact d’un Stephen Curry ou d’un Kevin Durant mais il a lui aussi pesé sur le succès de son équipe. En marquant notamment des paniers importants. Notamment dans le troisième quart temps.

Klay Thompson décisif quand il le fallait

Le quart temps qui suit le retour des vestiaires est traditionnellement un moment fort des champions en titre. Pas cette nuit (et pas particulièrement dans le Game 1 non plus). Les Cavaliers ont plus que résisté. Ils ont même recollé au score en revenant fort après la pause. Kevin Love s’est par exemple réveillé à ce moment. Il a inscrit 13 points à 4/4 dans le troisième quart. George Hill et LeBron James étaient eux aussi en mission. Ils ont ainsi fait passer plusieurs fois l’écart de 13 à 6 et 5 points. Ils auraient même pu revenir à égalité si les Warriors n’avaient pas calé quelques runs. Avec à chaque fois un homme pour maintenir le bateau à flot sur cette période crucial : Klay Thompson.

Il a inscrit 10 de ses 20 points à ce moment-là du match. Avec d’abord un premier tir primé pour faire repasser l’avance au-dessus des 10 pions. Un trois-points plein de culot en transition (61-72). Les Cavaliers sont repartis à la charge. Love a réduit le déficit à cinq petites unités après son propre tir extérieur. Thompson a répondu avec deux paniers consécutifs. James a encore une fois ramené les siens à -5. L’arrière des Warriors a alors envoyé une nouvelle flèche depuis la ligne à trois-points pour redonner de l’air aux siens (77-85). Des paniers oubliés, perdus dans le flot du record de Curry. Mais des tirs vraiment importants quand l’adversaire revenait. Le tout avec une cheville en vrac.