Opération séduction pour David Fizdale et Kristaps Porzingis

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser Publié

David Fizdale espère bien réussir aux New York Knicks et, contrairement à ses prédécesseurs, il a visiblement compris quelle était la priorité : faire le max pour que Kristaps Porzingis se sente impliqué.

David Fizdale sait que s’il veut réussir aux New York Knicks, il faut impérativement que Kristaps Porzingis adhère au projet à 100%. Le problème, c’est que les relations entre la franchise et Porzingod ne sont pas vraiment au beau fixe (merci Phil Jackson…).

Du coup, comme il sait que le temps presse à mesure que le Letton se rapproche de la fin de son contrat rookie, Fizdale a décidé de mettre les bouchées doubles pour montrer à Porzingis à quel point il est important pour l’avenir du club. Aujourd’hui, il décollait donc pour la Lettonie afin de lui présenter en détail son plan de jeu… et Kevin Knox.

Les Knicks croient à fond dans leur nouveau rookie et David Fizdale compte bien sur l’association entre Knox et Kristaps Porzingis pour redresser enfin la barre et faire à nouveau de New York un club qui compte. Même si ce n’est que de la summer league, Kevin Knox a été l’une des révélations de la Summer League de Las Vegas et les fans locaux commencent à reprendre espoir.

La grande question, bien sûr, sera de savoir quand Kristaps Porzingis pourra reprendre (il n’est pour l’instant pas attendu sur les parquets avant, au plus tôt, début 2019) et s’il aura conservé toute sa mobilité après son opération du genou. Mais quand on a un tel talent entre les mains, on ne peut pas ne pas se donner les moyens de l’impliquer au maximum.

« Il faut qu’il puisse voir et comprendre notre projet », a expliqué David Fizdale à Marc Berman du New York Post.

« Qu’il comprenne comment je veux l’utiliser, comment je pense le coacher et que je puisse commencer à construire une relation avec lui, un vrai lien. »

On n’est encore qu’au début du « process », mais au moins David Fizdale semble prendre les choses par le bon bout. Aux Knicks, c’est déjà une révolution !