Les Knicks et leurs 1st round picks maladroits, toute une histoire

Les New York Knicks ont la fâcheuse habitude de sélectionner des joueurs à l'adresse un peu problématique lors de la Draft...

BasketSessionPar BasketSession  | Publié
Les Knicks et leurs 1st round picks maladroits, toute une histoire

Ces derniers jours, une rumeur prête aux New York Knicks l'intention de drafter un meneur scoreur au 1er tour de la Draft 2020. Au vu de leur classement actuel, il est très possible qu'ils décrochent un pick suffisamment haut à la loterie pour viser l'un des meilleurs prospects du genre, comme LaMelo Ball ou Cole Anthony. Deux garçons dont l'adresse n'est pas (encore) la principale qualité. Si les Knicks empruntent cette voie, ils risquent fort de "réussir" un quatre à la suite. Mais quatre quoi, au juste ? Quatre premiers tours de Draft consécutifs utilisés pour des joueurs qui ne parviennent pas à atteindre les 40% d'adresse globale.

8e pick 2017 : Frank Ntilikina, 36.4% lors de sa saison rookie, 36.2% en carrière.

9e pick 2018 : Kevin Knox, 37% lors de sa saison rookie, 36.9% en carrière.

3e pick 2019 : RJ Barrett, 38.7% lors de sa saison rookie.

On a vu des joueurs de très haut niveau débuter leur carrière par des pourcentages un peu faiblard avant d'accomplir leur destin. C'est simplement qu'à New York, les Knicks ont quand même tendance à ne pas apprendre de leurs erreurs... Ntilikina, Knox et Barrett n'ont pas encore assez d'années derrière eux ou d'opportunités réelles dans de bonnes conditions pour les enterrer. Le premier n'a pas encore réussi à faire décoller le volet offensif de sa panoplie, le second a un temps de jeu et des stats en berne depuis sa saison rookie, là où le troisième a montré de très bonnes choses dans un premier temps avant de vivre une première saison dans la ligue à l'image de son équipe : diminuée et médiocre.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest