129 BOS
108 ATL
124 CHA
126 NYK
125 BKN
118 WAS
102 CLE
114 MIL
101 PHI
113 IND
97 MEM
100 MIA
109 DEN
98 OKC
128 POR
122 TOR
125 SAC
130 GSW

Kobe Bryant ou l’art de la punchline assassine

BasketSessionPar BasketSession Publié

C'est ce soir que seront retirés par les Los Angeles Lakers les deux numéros de Kobe Bryant. L'occasion de ressortir certaines de ses punchlines les plus mémorables.

La NBA et les Los Angeles Lakers vont rendre hommage à Kobe Bryant cette nuit. La franchise mythique va effectivement retirer les deux numéros, 8 et 24, du Black Mamba. Une occasion pour nous de marquer l’événement en ressortant des anciens papiers au sujet de l’un des joueurs qui a marqué toute une génération de basketteurs.

Kobe Bryant nous manque sur le terrain, mais aussi face aux micros. Dans le numéro 57 de REVERSE, nous avions compilé certaines de ses meilleurs punchlines, en voici un florilège !

Parole de Kobe

Assassin sur le terrain, Kobe Bryant l’était tout autant face à un dictaphone. Certaines de ses punchlines sont entrées dans la légende, en voici un Best Of percutant.

R57- KOBE Bryant PAROLES-42-45-1

La peur ? Connaît pas

« La dernière fois que j’ai été intimidé, c’était quand j’avais six ans, en cours de karaté. J’étais ceinture orange et le professeur m’a ordonné de combattre une ceinture noire qui avait deux ans de plus que moi et qui était bien plus grand. Putain, j’étais terrifié ! J’avais vraiment la trouille et il m’a botté le cul. Mais après, je me suis rendu compte qu’il ne m’avait pas botté les fesses aussi fort que ce que je le pensais et qu’il n’y avait vraiment pas de raison d’être effrayé. C’est à peu près à ce moment-là que j’ai compris que l’intimidation n’existe pas vraiment si l’on a le bon état d’esprit. »

Kobe et Mozart

« Je shoote trop depuis que j’ai l’âge de 8 ans. Mais ‘‘trop’’, c’est juste une question de perspective. Certains pensaient que Mozart mettait trop de notes dans ses compositions. Laissez-moi le dire ainsi : je fais le show pour les gens qui disent que je shoote trop. Je trouve ça très intéressant. Pour en revenir à Mozart, il répondait aux critiques en disant qu’il n’y avait ni trop de notes, ni pas assez. Il y en avait autant que nécessaire. »

Les bannières, c’est pour les losers

En 2011, les Los Angeles Lakers décrochent le titre de champions de la Division Pacifique peu après la mi-mars. Kobe Bryant, lui, n’en avait rien à carrer. Mais alors rien du tout :

« Nous, on n’accroche pas de bannière pour les titres de division. »

Manière de dire sèchement aux journalistes venus le questionner sur le sujet qu’aux Lakers, seul le gros trophée compte.

Le « crime stopper »

Le 16 novembre 2014, alors qu’il vient de prendre 34 tirs en 31 minutes et de scorer 44 points lors d’une grosse défaite des Lakers :

« Je préférerais ne pas devoir en arriver là, mais vous ne pouvez pas vous asseoir et regarder un crime qui se déroule devant vos yeux sans rien faire. »

Entre croqueurs, on se comprend

Kobe Bryant explique pourquoi il a apprécié que le fraîchement débarqué Jeremy Lin ait pris un très gros tir dans le moneytime, traditionnellement réservé au Black Mamba :

« Parce que je ne veux pas de tocards, je ne veux pas de lavettes, et si vous êtes un tocard et une lavette, je vais vous marcher dessus. »

#MambaOut

Quelques jours avant un Lakers-Mavericks de 2013, Mark Cuban avait suggéré dans les médias que la franchise californienne pourrait peut-être « amnistier » Kobe pour faire de la place dans sa masse salariale. Bryant avait répondu en scorant 38 points au cours d’une victoire sur les Mavs et en balançant ensuite un tweet culte :

« Amnistie ÇA. »

Hey LeBron !

LeBron affirme que les Lakers 2012-13 ne seront jamais autant scrutés que son Miami Heat ? Kobe répond sèchement :

« En quoi ça importe ? Il veut quoi pour ça, un cookie ? »

Bonus : LeBron James Vs Kobe Bryant

LIRE LA SUITE >>

Lire la suite