Quand Kobe Bryant se compare – modestement – à Mozart

Afin de répondre aux critiques l'accusant de trop shooter, Kobe Bryant a fait appel à une démonstration signée Mozart.

Guillaume RantetPar Guillaume Rantet | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Quand Kobe Bryant se compare – modestement – à Mozart
Kobe Bryant prend-il trop de shoots ? L'éternel débat, qui devient d'autant plus vif quand le joueur des Lakers manque d'adresse, n'a pas l'air de le déranger plus que cela. Car le joueur vient de l'affirmer : à l'image de Mozart hier dans ses compositions, il sait faire preuve de mesure.
« J'ai beaucoup shooté depuis mes huit ans. Mais « trop », c'est une question de perspective. » a commencé par expliquer le Black Mamba à Chuck Klosterman de GQ. « Certaines personnes pensaient que Mozart avait trop de notes dans ses compositions. Je connais des gens qui disent que je shoote trop. Je trouve ça très intéressant. Si on revient à Mozart, il répondait aux critiques en disant qu'il n'y avait pas trop ou pas assez de notes. Il y en avait autant que nécessaire. »
Dans cet entretien, Kobe Bryant est également revenu sur sa relation avec Phil Jackson. Et a avoué que son passé avec l'ancien entraîneur des Lakers était assez tendu :
« Il est très intelligent, et il a compris la dynamique qu'il devait gérer entre moi et Shaq. Donc parfois il m'attaquait dans la presse, et j'ai compris qu'il le faisait pour plaire à Shaq. Quand j'ai compris ce qu'il faisait, j'ai pensé que c'était une insulte à mon intelligence. Je veux dire, je savais ce qu'il faisait. Pourquoi n'est-il pas venu m'en parler ? En plus, j'allais le voir et nous parlions de certains choses en privé, et il les a utilisées pour manipuler les médias contre moi. »
Mais Phil Jackson a également piqué le Black Mamba dans son orgueil :
« A partir de ce moment, j'ai dit ' Je ne peux pas continuer de supporter ça. ' C'était durant nos trois premiers titres. Donc quand il parlait dans la presse et disait des choses sur moi, je me disais ' F... it. C'est terminé avec ce mec. Je vais jouer pour lui et remporter des titres, mais il n'y aura aucun échange entre nous. ' Au même moment, il m'a conduit à un rythme de folie. Parce que volontairement ou non, il m'a mis une énorme pression sur les épaules pour être efficace et pour être bon et bon aujourd'hui. »
Peut-être que, comme Mozart avec ses notes, et le Black Mamba avec ses shoots, Phil Jackson savait très bien doser ses critiques envers Kobe Bryant.
Afficher les commentaires (6)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest