Kristaps Porzingis, on a retrouvé la licorne

Kristaps Porzingis, on a retrouvé la licorne

Désormais lieutenant de Luka Doncic, Kristaps Porzingis a pris le costume de leader en l'absence du Slovène. Avec une première réussie face aux Bucks

N.SPar N.S | Publié

Au moment de faire les prévisions pour cette nouvelle saison NBA, la plupart des médias avaient placé les Dallas Mavericks comme un sérieux outsider pour la 8e place. Au mieux, ils auraient été une équipe pop-corn avec un duo naissant faisant penser à une reconstitution moderne de Steve Nash et Dirk Nowitzki. Ce 17 décembre au matin, les Texans viennent de mettre fin à une série de 18 victoires de la meilleure équipe de la Ligue, chez elle, seulement deux semaines après avoir terrassé l'autre ogre de cette saison, les Lakers, au Staples Center. Petite différence notable entre les deux, Rick Carlisle était privé de sa pépite Luka Doncic, sur le carreau pour les deux prochaines semaines. Mais alors comment cette escouade, surprenant troisième de l'Ouest derrière les deux équipes de LA, a-t-elle pu stopper des Bucks qui enchaînaient carton sur carton, qui plus est dans leur antre du Fiserv Forum ? Tout simplement parce qu'on a oublié qu'elle a, dans ses rangs, l'un des joueurs les plus excitants de la ligue. Absent pendant près de deux ans, Kristaps Porzingis redevient, petit à petit, le basketteur All-Star qui faisait rêver les fans des Knicks avant cette terrible rupture d'un ligament croisé. Il est même dans un cadre idéal en étant dans l'ombre de Luka Doncic.

Le Slovène est tellement fort qu'il éclipse tout ce qu'il y a autour. Et on en oublie même qu'il a, à ses côtés, un spécimen très rare. Un prototype de 2,21m, qui court (presque) comme une gazelle, et capable de faire feu de toute part. Pour un retour au jeu après une si longue absence, le contexte Dallas est idoine. Il a pu retrouver tranquillement sa fluidité, ses sensations et surtout le rythme sans avoir les projecteurs braqués sur lui. Alors quand la cheville de Luka a tourné ce week-end, le Letton s'est retrouvé, malgré lui, de retour au premier plan. Allait-il pouvoir assumer ce retour, même éphémère, en tant que franchise player ? Les Bucks peuvent aujourd'hui répondre en hochant la tête.

Kristaps Porzingis et les compliments du MVP

Pour sa première comme chef d'escadron, Kristaps Porzingis a livré une partition très convaincante : 26 points, 12 rebonds à 9/19 aux tirs dont 4/8 à trois points, 4 passes et 2 contres. Tout en sachant qu'il avait Giannis Antetokounmpo dans les basques la plupart du temps. Plus que ces chiffres, c'est l'impact de Porzi qui a été essentiel dans ce succès de prestige. On parle souvent des gars qui scorent envers et contre tous pour finalement empiler les défaites. On peut voir ça dans le Minnesota et l'Illinois par exemple. Porzi a lui été déterminant. De part son début de match où il permet à Dallas de faire rapidement l'écart. Puis surtout à six minutes du buzzer final, moment où les Bucks soufflaient dans leur nuque (99-91). Avec l'impulsion de leur public, un momentum retrouvé, la bande au Grec aurait très bien pu passer devant quelques minutes plus tard.

Mais c'est à ce moment-là que le joueur drafté par Phil Jackson en 4e choix de la cuvée 2015 a bouclé la partie. Un premier tir à 8m puis un second trente secondes plus tard du logo, le tout sur le nez du MVP en titre et accessoirement plutôt (très) bon défenseur. La boutique est pliée, rangée et fermée. Giannis s'est même incliné devant la performance du natif de Liepaja.

https://twitter.com/ClutchPointsApp/status/1206774864092131328?s=20

"Vous savez, ce sont des actions où vous devez tirer votre chapeau. Deux énormes shoots. Quand vous essayer de revenir au score avec des runs, quelqu'un qui met ce genre de tirs, c'est plus que des trois points. Ça change le momentum de camp et surtout ça détruit votre confiance".

Deux semaines en tant que franchise player

Oui, Kristaps Porzingis n'a pas été seul. Seth Curry a également claqué 26 points, Finney-Smith 15 et les toujours très utiles Jalen Brunson et Delon Wright 13 unités chacun. Mais il mis les shoots qui comptaient, ceux que met Luka Doncic en temps normal. Pendant deux semaines, ce sera à lui de les mettre, à lui de prendre ce leadership. Cette nuit, il a été, de loin, le joueur le plus indispensable avec +20 en plus/minus. C'est aussi pour ça que Dallas l'a fait venir, pour être cette deuxième lame qui sait prendre ses responsabilités quand c'est nécessaire.

"J'essaie juste de jouer de la bonne manière. Ce que nous voulons faire, c'est de jouer en équipe et ça a marché. Je ne veux pas tout faire tout seul parce que ça va gâcher notre dynamique offensive, et nous voulons continuer à gagner. Nous voulons que notre attaque fonctionne. Je m'en tiendrai à ça pour que nous continuons à faire ce que nous faisons", lance le héros du soir.

À la vue du calendrier qui les attendent sans Doncic ( Celtics, Sixers, Raptors, Lakers mais également Spurs, Warriors, Thunder voir Nets), les Mavs auront besoin du même Kristaps Porzingis, celui qui a montré à Milwaukee et à toute la NBA qu'il était encore cette licorne.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest