Kyle Lowry, il va falloir assumer

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Trop passif offensivement lors des deux premiers matches, Kyle Lowry jure qu’il sera plus agressif lors du Game 3. C’est à lui de tenir parole.

Kyle Lowry est parfois jugé à travers le mauvais filtre. Se contenter de regarder le nombre de points qu’il marque chaque soir est, le plus souvent, une erreur. Parce que le jeu du meneur des Toronto Raptors est concentré ailleurs : les passes, le mouvement qu’il suscite, les rebonds, les charges encaissés, la défense, etc. C’est un All-Star qui le profil d’un joueur de complément et ça lui convient nettement mieux. Surtout depuis qu’il dispose de Kawhi Leonard, d’un Pascal Siakam révélé et de Marc Gasol dans son équipe.

Le joueur de 33 ans n’a pas été mauvais lors des deux premiers matches des finales contre les Golden State Warriors. Il a été actif au cours du Game 1. Il était moins inspiré dans le Game 2 avec beaucoup de fautes, dont une sixième absolument stupide sur DeMarcus Cousins à moins de quatre minutes du buzzer final. Mais il y a tout de même une constance : il a été maladroit. Seulement 6 sur 20 aux tirs, dont 4 sur 12 à trois-points.

« Je vais tout faire pour aider l’équipe à gagner. Je cherche plus souvent à shooter quand on joue à l’extérieur, je suis plus agressif. J’ai toujours mieux joué à l’extérieur. C’est là où c’est supposé être le plus difficile et j’adore ça », promet l’intéressé.

En 12 matches de playoffs à domicile, Kyle Lowry a compilé 13,9 points à 44% aux tirs (10,5 tentatives) et 33% à trois-points. Ses statistiques grimpent légèrement en déplacement avec 14,6 points à 41% (11,4 tentatives) et 37% derrière l’arc. En revanche, les chiffres sont plus parlants pendant la saison régulière où il était à 12,6 points de moyenne à Toronto et 16,1 points à l’extérieur.

Il jure donc d’être plus agressif et les Raptors en auront besoin. Déjà parce que ce sont les finales et que chacun doit dépasser son rendement habituel pour gagner. Du moins dans l’idéal. Lowry garde l’étiquette d’une star et ça implique des responsabilités. C’est aussi à lui de faire la différence. Surtout avec un Leonard diminué par une blessure au genou. Il parlé, maintenant il faut assumer.