115 NOP
104 POR
95 MEM
114 GSW
120 SAC
116 PHO
112 LAL
107 OKC

Kyrie Irving a mis les Knicks K.O. une deuxième fois

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Après les avoir snobé pendant la Free Agency, Kyrie Irving a achevé les New York Knicks sur le parquet des Brooklyn Nets cette nuit.

« Avant c’était une rivalité entre la ville et la banlieue quand les Nets jouaient dans le New Jersey. Mais maintenant qu’ils ont déménagé à Brooklyn, c’est une bataille pour la ville. Pour savoir qui contrôle New York. » Kyrie Irving sait de quoi il parle. Il a grandi à West Orange, dans le New Jersey. C’est justement cette proximité avec la grosse pomme qui donnait aux New York Knicks l’espoir de le signer, lui et Kevin Durant, pendant l’intersaison. Les supporteurs y croyaient. Ils ont été déçus. Non seulement parce que le meneur All-Star n’a pas choisi les Bockers. Mais en plus parce qu’il est allé s’installer chez le voisin, à BK. En ramenant KD avec lui. Une désillusion pour les dirigeants des Knicks, franchise qui ne fait plus rêver. Comme le disait Durant lui-même « ils ne sont plus à la mode. »

« We got KD and Kyrie Irving, you got Dolan »

En coulisses, peut-être. Mais la suprématie de Gotham, elle se gagne aussi sur le terrain. Et R.J. Barrett et ses partenaires ne sont pas passés loin de refroidir le Barclays Center hier soir. Menés à l’entame de la deuxième mi-temps, encore derrière de 11 points au début du dernier quart, les jeunes Knicks se sont arrachés. Ils ont passé un 15-2 pour reprendre le contrôle de la partie (109-106) à un peu moins de quatre minutes du buzzer. Puis Kyrie Irving les a plantés une deuxième fois. La superstar a inscrit deux paniers de suite, dont un trois-points après un step-back qui rappelait son panier culte contre les Golden State Warriors lors des finales 2016. Le public de Brooklyn pouvait jubiler.

Les Nets sont sortis victorieux de cette première bataille. Ils ont eu chaud. Mais contrairement aux Knicks, ils ont l’un des quinze meilleurs joueurs du monde – deux avec Durant – dans leur effectif. Les fans n’ont d’ailleurs pas cessé de le rappeler en chambrant leurs rivaux avec des « on a KD et Kyrie, vous avez Dolan » ou encore des « où est Zion ? » C’est décidément un sale temps pour les Knicks. Comme depuis vingt ans quoi.