Kyrylo Fesenko, un contrat pour sauver sa famille

Alors que sa femme et sa mère sont en pleine zone de conflit entre la Russie et l'Ukraine, Kyrylo Fesenko va tout faire pour décrocher un contrat afin de les faire venir aux Etats-Unis.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Kyrylo Fesenko, un contrat pour sauver sa famille
Aux Etats-Unis, le schéma est bien connu. Une bonne partie des joueurs NBA sont issus de milieux défavorisés et avaient pour but de réussir une carrière professionnelle pour aider leur famille à bénéficier de meilleures conditions de vie. Le cliché veut que la majorité des joueurs internationaux et européens en particulier sont uniquement en NBA pour s'enrichier et goûter à ce qui se fait de mieux dans le monde au niveau de leur sport. Ce n'est pas le cas de Kyrylo Fesenko. Le pivot ukrainien, qui a rejoint les Minnesota Timberwolves en septembre dernier, s'est trouvé un objectif pour le moins louable, celui de permettre à sa famille de fuir la guerre et de le rejoindre sur le sol américain. Une situation qui ne sera possible que s'il parvient à décrocher un contrat garanti au sein de l'une des franchises de la ligue. Sa mère, sa femme et d'autres parents sont actuellement en pleine zone de conflit entre la Russie et l'Ukraine. A 27 ans, Kyrylo Fesenko n'a pour le moment pas connu de moments forts en NBA. Drafté par les Sixers en 2007 (38e choix), il a immédiatement été tradé au Jazz, pour lequel il n'aura joué que 132 matches en 4 ans avec un temps de jeu moyen de 8 minutes... Aperçu dans l'Indiana en 2012, il a bourlingué entre l'Ukraine, la Chine et la D-League depuis, avec pas mal de problèmes de poids et de santé. Flip Saunders, le coach des Wolves, est persuadé que Fesenko est un joueur qui peut faire son trou en NBA.
"S'il ne signera peut-être pas avec nous, je pense qu'il a une vraie chance de se montrer pour que quelqu'un d'autre le recrute. C'est un bon gars qui travaille dur. Avec les blessures en cours en saison, il peut très bien trouver sa place. On aura pas peur de le conserver si c'est mérité. On sait que la situation est difficile pour lui et qu'à chaque fois que son téléphone sonne, il y a un sentiment d'insécurité", a-t-il expliqué au Star Tribune.
On ne peut que souhaiter au grand Kyryl (2m16) de séduire l'une des équipes qui l'auront vu à l'oeuvre durant la pré-saison, voir de signer directement avec Minnesota. Malheureusement, la présence de Nikola Pekovic, Gorgui Dieng et Ronny Turiaf semble lui barrer la route.
Afficher les commentaires (3)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest